Publier

A quand des conditions d’accueil dignes ?

Jeudi matin, les forces de l’ordre grenobloises ont procédé à l’expulsion, manu militari, du campement du pont de la gare, en période de trêve hivernale, tout ça sur ordre de la préfecture.

Nous nous demandons alors, que vont devenir ces personnes ? Vont-elles toutes êtres relogées dignement ? Si oui pour combien de temps ? Nous ne savons que trop bien que les relogements, que ce soit en hôtel ou en hébergement d’urgence ne durent qu’un temps, que la plupart du temps, les personnes relogées se retrouvent à la rue, et parfois bien avant la fin de l’hiver. Ces personnes sont devenues, malgré elles, les patates chaudes que se renvoient la préfecture et la mairie, rejetant leurs responsabilités respectives, violemment et sans honte, des simples pions dans la mascarade politique à l’œuvre à Grenoble.
Aux dernières nouvelles, au moins quatre personnes ont étés placées en centre de rétention le temps d’êtres expulsées loin en dehors de nos frontières. Pourquoi les renvoyer vers des régions qu’elles ont fui, parfois au péril de leur vie ? Méritent elles vraiment un tel traitement ? Pourront elles rester là-bas et vivantes ? …
Qu’en est-il des tenues des forces de l’ordre ? Était il vraiment nécessaire qu’ils soient équipés de leurs équipements anti-émeutes (cagoules comprises) face à des populations déjà victimes de la violence sociale et raciste de la France. Est-il vraiment nécessaire de rajouter à ça la violence des armes ?

A la place du campement la mairie a mis en place, en plus des rochers déjà installés à la dernière expulsion, des blocs de béton, rouge sang, moches, violents.
Nous avons donc décidé de rendre cette violence visible, même par celles et ceux qui ferment les yeux face à celle-ci, et pour cela nous écrivons la réalité sale à l’huile de vidange. Crade. Comme la préf’. Comme les flics.

Nous luttons et lutterons encore.
Pour la dignité et la vie.
Pour des conditions d’accueil dignes.
Contre l’État et sa violence.
Contre les frontières.
Pour être libre,
A jamais.



Derniers articles de la thématique « Exils / Sans papiers » :

Resto Malap le 15 octobre

Bienvenue au Resto Malap ! C’est un repas congolais en soutien à des personnes sans papiers. Rdv à partir de 19h à la Malaprise (30 rue Marbeuf à Grenoble), évènement mixte. Pour les commandes à emporter c’est possible de nous joindre au 0749876554 (à partir de 14h et de préférence avant 16h). Plus...

Pique-nique de rentrée - Réseau université sans frontières

Le Réseau Université Sans Frontières (RUSF) organise un pique-nique de rentrée le jeudi 22 septembre sur le campus universitaire pour faire connaitre ses actions et rencontrer les personnes qui pourraient être intéressées et souhaiter nous rejoindre. Nous nous retrouverons sur les marches de...

Entretien avec Parwana Amiri Un contre...

Entretien avec Parwana Amiri Un contre discours au monde « libre », une voix et un espoir dans la lutte contre les frontières. « Je veux que le monde entende ma voix, écoute mes paroles » Parwana Amiri, âgée de dix huit ans, arrive sur l’île grecque de Lesbos avec sa famille en 2019. Après avoir fui...

> Tous les articles "Exils / Sans papiers"

Derniers articles de la thématique « Logement » :

hommage à la vie de nos morts à la rue

Pour toutes nos amies et tous nos amis morts à la rue, nous vous invitons à un moment de partage et d’hommage MERCREDI 21 SEPTEMBRE à partir de midi au Lîeu, 17 rue Abbé Grégoire, Grenoble (tram Saint-Bruno). Nous espérons que vous pourrez vous joindre à nous pour leur rendre hommage ! Ouvert à...

> Tous les articles "Logement"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org