Publier

Retour sur la sauvage contre le 49.3 : Grenoble en feu !


photo @DSAndre_


photos @jfmassat

photo @theo_lalliot


Retranscription de suivis twitter et autre

14h30 A l’annonce du passage en force par le gouvernement de la réforme des retraites à l’assemblée à l’aide du 49.3, l’intersyndicale a appellé à un rassemblement place verdun pour dénoncer cette réforme impopulaire !

vers 18h : Une immense manifestation sauvage, bruyante et rythmée par des tambours, se lance dans les rues de Grenoble où plusieurs milliers de personnes (certain.es parlent de 5000 personnes !!...) font un cortège sauvage, essaimant des tags sur son passage !
https://twitter.com/villermet_b2/status/1636436678192578577





19h20 : Le cortège continue en plein centre-ville au son des pétards et des slogans énervés, bloquant les routes et voies de tram, puis en direction des quais et de Porte de France, avec rage et détermination, sans être inquiété par le dispositif policier qui se tient à distance. Il prend ensuite la direction des grands boulevards, Jaurès puis Foch, laissant derrière lui des poubelles enflammées, trottinettes et quelques abribus pétés.
https://twitter.com/i/status/1636436401167188001


19h50 : La manif a refait un tour dans le centre, passant notamment par VH. Alors qu’elle se dirige à présent vers la place Verdun, les premiers gazs lacrymos sont lancés au niveau du pathé chavant. Les flics ont en effet décidé de protéger l’accès à la préf en déployant de nombreux fourgons autour de la place. Coincé.es dans la petite rue, les gaz sont bien vénères et font même vomir plusieurs personnes... Les premières lignes qui tiennent la banderole se prennent de nombreux coups de matraque par les keufs.
ACAB


20h : La plupart des manifestant.es décide malgré cette salve de rester ; des rangées de poubelles s’embrasent et des pavés s’envolent ! Les gens sont regroupés au carrefour Chavant et bloquent la circulation tandis que les forces de l’ordre se positionnent de l’autre côté des trams, pas de nouvelles salves de lacrymos pour l’instant. Une voiture de la bac tente une approche avant de repartir illico presto !


21h : Le cortège est encore énorme, et repart à nouveau sur les grands boulevards en scandant des slogans, encouragé par les klaxons des voitures et laissant derrière lui des barricades enflammées.
On apprend qu’une femme qui venait d’incendier une poubelle (selon la police) a été interpellée sur la place Gustave-Rivet.


21h40 : Les policiers sont la cible de projectiles jetés depuis un balcon d’un immeuble du cours Jean-Jaurès.

vers 22h : Gazage et tentative de nasse vers Vallier calmette/rue des eaux claires. Après que tout le boulevard Vallier et le sud de saint Bruno se retrouvent noyés sous les gaz lacrymogènes, l’ensemble de la manif sauvage semble s’être dispersée un peu de partout. Une bien belle et massive manif sauvage qui laisse quelques traces, et qui a duré tout de même près de 4 heures !!


22h30 : La police cherche les manifestants dans les rues environnantes après que tout le monde se soit dispersé pour se défouler en leur pétant la gueule. Des gens calmes, des enfants, et des vieux étaient présents, certain.es se font bousculer et contrôler. Force à toustes !

- Autre info dévoilée par Place grenet’, un homme de 30 ans, a été repéré par les caméras de vidéosurveillance (fuck les caméras) pour le même type de faits (feu de poubelle), puis interpellé par un équipage de policiers, quelques instants plus tard, alors qu’il se trouvait dans un tramway à l’arrêt, avenue Marcelin-Berthelot.

S’il est vrai qu’une kermesse syndicale ne constituera jamais une lutte sociale, une sauvage sans lendemain (si belle soit elle) non plus !

Derniers articles de la thématique « Travail / Précarité » :

Syndicats, SCOPs, Autogestion : quel monde du travail voulons-nous ?

SCOP et Syndicats, un mariage de raison ? Qui décide des orientations d’une entreprise ? A qui profite le travail des employé-e-s ? Peut-on choisir ses conditions de travail, sa façon de travailler et ce qu’on produit ? Travail ennuyeux, dégradant, stressant, pathogène, nuisible et mal payé…...

> Tous les articles "Travail / Précarité"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org