Publier

Un 25 novembre contre les violences sexistes, sexuelles, racistes, islamophobes et transphobes Et pour la Palestine !

Programme du 25 novembre 2023 à grenoble -

Rdv au jardin de Ville :

  • à partir de 15h : Ouverture du Village féministe : stands féministes et
    soupe à prix libre
  • 16h : Assemblée féministe : discussion collective autour des violences
    sexistes et sexuelles, leurs mécanismes, comment elles impactent nos vies,
    comment lutter contre
  • [ à 16h25, point d’information pour participer au groupe d’autodéfense de
    la manif (aucune experience nécéssaire) : besoin de monde !]
  • 18h : départ de la manifestation

Tract d’appel :

UN 25 NOV. CONTRE les violences sexistes, sexuelles, racistes, islamophobes et transphobes
Et pour la Palestine !

Cette année, plus que jamais, nous voulons crier notre colère en ce 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre. Au-delà de nos agresseurs, nous accusons l’État et ses politiques d’entretenir les violences sexistes, racistes et transphobes que nous subissons, et nous affirmons notre soutien au peuple Palestinien !

CONTRE UN ÉTAT RACISTE ET POUR LA PALESTINE

Nous ne pouvons pas lutter contre les violences sexistes et sexuelles sans lutter contre l’ensemble du système raciste et capitaliste.
Cette année, dès la rentrée scolaire, le gouvernement a imposé une loi raciste et sexiste : l’interdiction de l’abaya dans les écoles, collèges et lycées, soit-disant en simple continuité de la loi de 2004 qui interdit de port du voile dans de nombreux espaces publics. Une loi qui, sous prétexte de laïcité, a permis à l’État d’isoler et d’effacer les femmes musulmanes de l’espace public et de controler leurs corps. L’interdiction de l’abaya va encore plus loin que cette loi : en effet, ce vêtement est culturel, et non religieux, et l’État s’en prend ainsi ouvertement pas qu’aux femmes musulmanes, mais aux femmes maghrébines beaucoup plus largement.
Et l’État continue de maintenir que l’application de cette loi est neutre.

Ces mesures excluantes légitiment les actes et agressions islamophobes, dont 77% des victimes sont des femmes. Voilà l’imaginaire raciste qui sous-tend ces politiques : les femmes blanches seraient émancipées alors que les femmes musulmanes seraient l’incarnation de la femme opprimée que l’homme blanc et la République française viendraient sauver. Ceci s’inscrit dans la continuité des violences coloniales, notamment les cérémonies de dévoilement organisées en Algérie, durant lesquelles des colons retiraient le voile de femmes algériennes. Il faut bien comprendre que l’image de l’homme violent issu de l’immigration—venant des quartiers populaires— arabes-noirs est construite de toutes pièces : elle est un épouvantail au service de l’État, qui lui permet d’appliquer une politique raciste et anti immigration plutôt que de s’engager contre les violences sexistes.

Le gouvernement développe sa politique ouvertement raciste avec le projet de loi immigration actuellement débattu au Sénat. Cette loi durcit, criminalise considérablement les conditions d’obtention d’un titre de séjour, facilite les expulsions, systématise les enfermements en centres de rétention et supprime l’aide médicale d’État. Par ailleurs patriarcales et hétéro-normées, ces politiques migratoires soumettent les femmes à des lois d’exception, construites sur une perception sexiste des migrations, où les femmes sont perçues comme rejoignant un mari, un père...

On ne peut pas parler de racisme et de colonialisme sans s’indigner contre le génocide en cours du peuple palestinien par l’État d’Israël. Depuis plus de 75 ans, l’État d’Israël ségrègue, opprime et massacre les Palestinien•nes.
Nous assistons à une entreprise de déshumanisation et d’éradication d’une population entière, par des bombardements et une présence militaire dans la bande de Gaza, des exécutions de Palestinien•es par des colons armés en Cisjordanie et le projet de déplacer une population entière pour achever le projet colonial de l’État d’Israël. Plus de dix mille Palestinien•nes ont été tué•es en un mois, dont plus de 2500 femmes et 4000 enfants. L’État d’Israël ne cache plus son projet de nettoyage ethnique.

La censure et la criminalisation grandissante du soutien à la Palestine est extrêmement préoccupante et se répète évoquant les interdictions des manifestations de 2014, 2021. En octobre, le ministère de l’Intérieur interdit les rassemblements en soutien à la Palestine, maintenue par les préfectures de nombreuses villes, et en ce début novembre, la militante Mariam Abou Daqqa est expulsée de la France pour son appartenance à un collectif pro-palestinien. En tant que féministes, nous dénonçons le génocide en cours et nous appelons à soutenir la lutte du peuple de Palestine pour sa libération et son auto-détermination.
Féministes pour la Palestine !

CONTRE LES MOUVEMENTS RÉACTIONNAIRES ANTI-IVG ET TRANSPHOBES

En France comme dans le monde, des courants réactionnaires se mobilisent pour contrôler les corps des femmes et des minorités de genre. Aux États-Unis, les droits des femmes et des personnes trans ont subi d’importants reculs cette année.
De nombreux états ont remis en cause le droit à l’ivg, en profitant du renversement par la Cour Suprême de l’arrêt Roe vs Wade (qui faisait jurisprudence en matière de droit à l’avortement) pour limiter les conditions d’accès, réduire drastiquement la durée du délai légal d’ivg, voire l’interdire totalement. En parallèle, les mêmes États ont adopté des lois transphobes interdisant les parcours de transition aux mineur•es ou restreignant l’accès des adultes aux thérapies hormonales de substitution.
Sur ce modèle, l’extrême-droite française développe des paniques morales autour des questions lgbti, comme la polémique sur le « lexique trans » du planning familial ou les lectures de livres pour enfants animées par des drag-queens. Dans le même temps, elle s’organise pour restreindre les droits reproductifs des femmes, à l’image de l’Alliance Vita qui s’invite tous les ans à Grenoble pour organiser des évènements anti-ivg.
Ces mouvements réactionnaires s’appuient de plus sur une idéologie raciste qui prévoit un traitement différencié des corps : l’accès des femmes blanches à l’avortement doit être limité de façon à produire des enfants blancs pour fournir de la main d’œuvre au système capitaliste, alors que la stérilisation des femmes racisées doit être encouragée.
L’État français a ainsi cautionné plusieurs campagnes d’avortement sans consentement et de stérilisation forcée de femmes racisées, comme à la Réunion dans les années 1960. En mars dernier, le directeur de l’agence régionale de santé (ars) Olivier Brahic annonçait une campagne de sensibilisation à la ligature des trompes qui serait largement facilitée pour les femmes mahoraises, prétextant une natalité trop haute dans ce département.
En ce 25 novembre, nous dénonçons les violences exercées sur les corps des femmes et des personnes trans et les attaques contre leur droit à l’auto-détermination orchestrées par l’extrême-droite à l’échelle mondiale.


CONTRE L’IMPUNITÉ DES AGRESSEURS

107... 107 féminicides depuis le 1er janvier 2023 dont la plupart ont été commis par le conjoint ou l’ex conjoint. C’est également 94000 femmes qui sont victimes de viols ou de tentatives de viols chaque années, dont 9 sur 10 connaissent leur agresseur.
Au-delà des chiffres—sensiblement les mêmes chaque année—les violences sexistes et sexuelles dans la sphère privée ne sortent pas de nulle part mais sont permises et renforcées par les politiques d’un état et d’une justice sexistes qui se placent du côté des agresseurs. Sur l’ensemble des plaintes déposées (qui restent minoritaires au vu de la pression exercée sur les victimes), 80 % sont classées sans suite. La parole des victimes est encore et toujours remise en cause par des hommes pour défendre des hommes, à l’image du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, toujours en poste après avoir été accusé de viol et agressions sexuelles. Ce ne sont pas quelques flyers contre le harcèlement distribués par la police qui changeront la donne !

L’État entretient également ces violences par le renforcement de la pauvreté qui touche particulièrement les femmes et minorisé•es de genre. Réformes des retraites, loi assurance chômage, réforme du rsa touchent de plein fouet les femmes qui cumulent déjà 82% des temps partiels.
En limitant leurs options, ces mesures renforcent leur dépendance vis à vis de leur couple. Cette précarisation et les violences qui en découlent touchent d’autant plus les femmes qui subissent d’autres oppressions à l’image des femmes racisées, des femmes trans ou des femmes en situation de handicap.
Parmi les violences intra-familiales, l’inceste reste toujours tabou. On compte 1 enfant sur 10 victime d’inceste. La famille nucléaire est le premier lieu d’assimilation de l’autorité patriarcale et des violences.
Les violences se déroulent dans ce cercle, et c’est au sein de ce même cercle que l’on demande de gérer les violences par le silence.

C’est pourtant une lutte marginalisée des luttes féministes, qu’il faut investir parce que le parcours des enfants victimes d’inceste est confronté à la violence et à la misogynie de toute notre structure sociale, y compris des structures d’accompagnement à l’enfance en passant par la Justice, où les pères font et fondent la loi. Afin de lutter contre ces violences, il est urgent de développer l’autodéfense des enfants en les outillants, cela passe notamment par les séances d’éducation sexuelle et de vie affective obligatoire au primaire et secondaire, de débloquer les moyens nécessaires afin de repérer les enfants victimes de violences, les protéger et les accompagner dans toutes les démarches qu’ils et elles souhaitent entreprendre. Il est également urgent de mettre en place des plans de prévention afin de former les professionnel•les pouvant être en contact avec des enfants victimes d’inceste.
Un état qui organise une oppression sexiste, raciste et transphobe par ses lois, encadré par la police, légitime les agressions des mêmes natures dans la sphère familiale.
De plus, l’État français entretient ces violences en n’appliquant même pas
ses propres lois permettant de lutter contre ces oppressions : égalité professionnelles femmes-hommes, 3 séances d’éducation à la sexualité chaque année au cours de la scolarité...

CONCLUSION SUR LA LUTTE COLLECTIVE

L’État organise les violences que nous vivons et maintient ainsi le patriarcat. 5 ans après MeToo, et 2 ans après MeTooInceste, il faut réaffirmer la nécessité d’un féminisme de terrain à partir des réalités matérielles de chacun•e, qui s’oppose à l’État et à son système judiciaire misogyne et sa police qui va avec. L’acte individuel, le témoignage, participent de la conscientisation du système patriarcal et de ses violences, mais c’est collectivement que l’on parviendra à détruire ces systèmes d’oppression. En Espagne, la grève féministe massive a permis d’arracher une série de lois instaurant un certain nombre de droits qui garantissent notre survie et notre dignité : pénalisation du militantisme antiivg, obligation du consentement explicite, loi « transgenre » permettant le changement de genre pour l’administration via une simple déclaration à partir de 16 ans.

N’oublions pas que ces droits ne sont jamais garantis, les états peuvent à tout moment les remettre en cause, à l’image du droit à l’ivg aux États Unis.

La revendication de nos droits, mais aussi un travail collectif pour imaginer et créer une société vers laquelle nous souhaitons tendre, est primordiale.

C’est en s’engageant dans les syndicats, les collectifs de lutte comme l’ag féministe de Grenoble, en allant en manifestation... que l’on gagnera !

agfeministe38@protonmail.com
insta : agfeministe_38

Documents associés à l'article :

samedi 25 novembre 2023

Derniers articles de la thématique « Anti racismes / Antifacisme » :

> Tous les articles "Anti racismes / Antifacisme"

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

RUN4PALESTINE

L’association de Souly organise un cross en soutien aux enfants de Gaza de Deir El-balah au parc bachelard le 29/06/2024 à partir de 11H.

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org