Publier

SOLIDAIRES ET EN COLÈRE ! SOLIDARITÉ AVEC BARRY !

SOLIDAIRES ET EN COLÈRE ! SOLIDARITÉ AVEC BARRY !


Mamadou Barry, résidant depuis plusieurs années à Grenoble, s’est vu rejeter ses demandes de titre de séjour et s’est retrouvé, comme beaucoup, "sans-papier". Le 31 mai dernier, dans le cadre d’une lutte pour le logement avec des demandeurs d’asile, il a été arrêté et envoyé au Centre de Rétention Administrative de Lyon Saint-Exupéry. Par deux fois il a été conduit à l’aéroport et par deux fois il a refusé d’embarquer. Il passe maintenant en procès en comparution immédiate pour sa résistance.

RASSEMBLEMENT AU TGI DE LYON À 13H30 LE 12 JUILLET

Rappel des faits : répression contre une lutte pour le logement !
Le 31 mai, la police a expulsé un squat ouvert depuis plusieurs jours par les anciens habitant·e·s du squat du Village Olympique et leurs soutiens (un grand bâtiment squatté depuis plus de 4 ans et où vivaient presque 100 personnes). Il y a 2 ans déjà RESF avait protesté devant ce bâtiment public, vide depuis plusieurs années, pour dénoncer le refus des autorités de mettre à disposition les lieux vacants pour les personnes mal-logées.
Quand la police a été prévenue de l’occupation, le bâtiment a été expulsé manu-militari et 11 personnes ont été conduites au commissariat, dont Barry venu rendre visite. À l’oral, certains flics ont prétexté des dégradations quand d’autres disaient que l’expulsion était liée au fait que les occupant·e·s venaient d’arriver. Balivernes ! Le lieu était ouvert aux quatre vents depuis longtemps et les habitant·e·s avaient de nombreuses preuves justifiant leur présence depuis plusieurs jours.
Très vite la police a isolé Barry, prétextant qu’il était « spécial », après une nuit au poste il a été emmené au CRA. Le 20 juin (journée internationale des réfugiés), il a été conduit à l’aéroport pour être expulsé et il a une première fois refusé d’embarquer. Le 11 juillet, après 41 jours de rétention, un nouveau vol lui a été proposé qu’il a de nouveau refusé. Il a alors été directement emmené en garde à vue et passe en comparution immédiate à Lyon le 12 juillet à 14h.

Acharnement répressif et raciste
En février dernier l’électricité a été coupée dans le squat du VO, malgré les multiples alertes du danger que représente une coupure d’électricité, rien n’a été fait et trois semaines plus tard un incendie s’est déclaré entraînant l’expulsion du lieu de vie. Depuis cette date, les habitant·e·s et leurs soutiens sont en lutte pour obtenir un lieu de vie digne. En effet seule une trentaine d’habitant·e·s ont été trié·e·s et dispersé·e·s dans des centres d’accueil dans toute la France, tandis que la majorité d’entre eux ont été d’abord “mis à l’abri” dans des hôtels puis tout simplement mis à la rue.
À quatre reprises des lieux ont été ouverts, mais à chaque fois ils ont été expulsés sans justification tenable… autant dire illégalement !
La rétention et les tentatives d’expulsion de notre camarade sont clairement un moyen de répression, une tentative pour instaurer la peur, briser les personnes et les décourager de s’organiser et de lutter.
Depuis plusieurs mois maintenant nous nous organisons et faisons face à une répression féroce. Cela marque une volonté politique d’empêcher l’installation d’un nouveau squat pour les demandeurs d’asile et les réfugiés dans l’agglomération.
Alors que la classe politique et les institutions font preuve d’un racisme de plus en plus décomplexé, des tonnes de bâtiments restent à l’abandon, des milliers de personnes survivent à la rue et la guerre aux pauvres s’intensifie.

LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !
UN LOGEMENT DIGNE ET CHOISI POUR TOUTES ET TOUS !
CONTRE LE RACISME D’ÉTAT, DETER’ ET SOLIDAIRES !

Pétition en soutien à Mamadou BARRY

mercredi 12 juillet 2017

SOLIDAIRES ET EN COLÈRE ! SOLIDARITÉ AVEC BARRY !

13h30 - 16h30

SOLIDAIRES ET EN COLÈRE ! SOLIDARITÉ AVEC BARRY !

Mamadou Barry, résidant depuis plusieurs années à Grenoble, s’est vu rejeter ses demandes de titre de séjour et s’est retrouvé, comme beaucoup, "sans-papier". Le 31 mai dernier, dans le cadre d’une lutte pour le logement avec des demandeurs d’asile, il a été arrêté et envoyé au Centre de Rétention Administrative de Lyon Saint-Exupéry. Par deux fois il a été conduit à l’aéroport et par deux fois il a refusé d’embarquer. Il passe maintenant en procès en comparution immédiate pour sa résistance.

RASSEMBLEMENT AU TGI DE LYON À 13H30 LE 12 JUILLET

Rappel des faits : répression contre une lutte pour le logement !
Le 31 mai, la police a expulsé un squat ouvert depuis plusieurs jours par les anciens habitant·e·s du squat du Village Olympique et leurs soutiens (un grand bâtiment squatté depuis plus de 4 ans et où vivaient presque 100 personnes). Il y a 2 ans déjà RESF avait protesté devant ce bâtiment public, vide depuis plusieurs années, pour dénoncer le refus des autorités de mettre à disposition les lieux vacants pour les personnes mal-logées.
Quand la police a été prévenue de l’occupation, le bâtiment a été expulsé manu-militari et 11 personnes ont été conduites au commissariat, dont Barry venu rendre visite. À l’oral, certains flics ont prétexté des dégradations quand d’autres disaient que l’expulsion était liée au fait que les occupant·e·s venaient d’arriver. Balivernes ! Le lieu était ouvert aux quatre vents depuis longtemps et les habitant·e·s avaient de nombreuses preuves justifiant leur présence depuis plusieurs jours.
Très vite la police a isolé Barry, prétextant qu’il était « spécial », après une nuit au poste il a été emmené au CRA. Le 20 juin (journée internationale des réfugiés), il a été conduit à l’aéroport pour être expulsé et il a une première fois refusé d’embarquer. Le 11 juillet, après 41 jours de rétention, un nouveau vol lui a été proposé qu’il a de nouveau refusé. Il a alors été directement emmené en garde à vue et passe en comparution immédiate à Lyon le 12 juillet à 14h.

Acharnement répressif et raciste
En février dernier l’électricité a été coupée dans le squat du VO, malgré les multiples alertes du danger que représente une coupure d’électricité, rien n’a été fait et trois semaines plus tard un incendie s’est déclaré entraînant l’expulsion du lieu de vie. Depuis cette date, les habitant·e·s et leurs soutiens sont en lutte pour obtenir un lieu de vie digne. En effet seule une trentaine d’habitant·e·s ont été trié·e·s et dispersé·e·s dans des centres d’accueil dans toute la France, tandis que la majorité d’entre eux ont été d’abord “mis à l’abri” dans des hôtels puis tout simplement mis à la rue.
À quatre reprises des lieux ont été ouverts, mais à chaque fois ils ont été expulsés sans justification tenable… autant dire illégalement !
La rétention et les tentatives d’expulsion de notre camarade sont clairement un moyen de répression, une tentative pour instaurer la peur, briser les personnes et les décourager de s’organiser et de lutter.
Depuis plusieurs mois maintenant nous nous organisons et faisons face à une répression féroce. Cela marque une volonté politique d’empêcher l’installation d’un nouveau squat pour les demandeurs d’asile et les réfugiés dans l’agglomération.
Alors que la classe politique et les institutions font preuve d’un racisme de plus en plus décomplexé, des tonnes de bâtiments restent à l’abandon, des milliers de personnes survivent à la rue et la guerre aux pauvres s’intensifie.
LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !
UN LOGEMENT DIGNE ET CHOISI POUR TOUTES ET TOUS !
CONTRE LE RACISME D’ÉTAT, DETER’ ET SOLIDAIRES !

Pétition en soutien à Mamadou BARRY

TGI de Lyon (67 rue Servient Lyon 3eme)

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

Entretien avec Parwana Amiri Un contre...

Entretien avec Parwana Amiri Un contre discours au monde « libre », une voix et un espoir dans la lutte contre les frontières. « Je veux que le monde entende ma voix, écoute mes paroles » Parwana Amiri, âgée de dix huit ans, arrive sur l’île grecque de Lesbos avec sa famille en 2019. Après avoir fui...

Des nazis ukrainien à Grenoble ?

A plusieurs reprise le drapeau des nazis bandéristes à été vu dans le centre ville de Grenoble, lors de rassemblement "en soutien à l’Ukraine".

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Exils / Sans papiers » :

Pique-nique de rentrée - Réseau université sans frontières

Le Réseau Université Sans Frontières (RUSF) organise un pique-nique de rentrée le jeudi 22 septembre sur le campus universitaire pour faire connaitre ses actions et rencontrer les personnes qui pourraient être intéressées et souhaiter nous rejoindre. Nous nous retrouverons sur les marches de...

Resto Malap le 17 septembre

Bienvenue au Resto Malap ! C’est un repas congolais en soutien à des personnes sans papiers. Rdv à partir de 19h à la Malaprise (30 rue Marbeuf à Grenoble), évènement mixte. Pour les commandes à emporter c’est possible de nous joindre au 0749876554 (à partir de 14h et de préférence avant 16h). Plus...

Resto Malap le 12 juillet

Bienvenue au Resto Malap ! Il s’agit d’un repas congolais en soutien à des personnes sans papiers. L’évènement a lieu à partir de 19h à la Malaprise (30 rue Marbeuf à Grenoble) et il est mixte. Si tu peux appelle au 0749876554 le jour même entre 14h et 16h pour réserver. Ce sera le dernier resto...

> Tous les articles "Exils / Sans papiers"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org