Retours sur la manifestation du 20 Avril à la frontière italo/française

Samedi 20 Avril 2019, 11 heures, manifestation à Montgenèvre

Nous avions imaginé que ce serait un moment communicatif.

Bloquer les remontée de piste du Montgenèvre, en quelques sortes
proposer aux touristes de faire l’expérience, ne serait-ce que pour
quelques minutes de ce que c’est que de se trouver la route barrée, sans
possibilité d’avancer.

Une action vouée à perturber quelque peu le petit théâtre qui se repète
jour après jour, nuit après nuit, sur les pistes de cette station de
ski. Les personnes blanches fusent joyeusement d’un côté puis de l’autre
de la frontière sur leurs ski. Les personnes noires galèrent de nuit,
finissent parfois
en chaussettes dans la neige, ne vont évidemment pas plus vite que les
motoneiges avec lesquelles les flics les pourchassent.

Si cette dichotomie admet bien évidemment quelques exceptions, liées à
la possession des bons papiers et d’argent, elle décrit assez bien ce
que de nombreuses personnes vivent et constatent dans cette zone de
frontière, depuis quelques années.

On nous a suggéré que peut-être, le moment choisi n’était pas le
bon.C’est vrai quoi, le week end de Pâques, pour certain·e·s, la seule
possibilité de venir profiter un peu de la bonne neige artificielle que
les canons du Montgenèvre déversent généreusement, à la nuit tombée.
Et puis ptêt aussi qu’on aurait du penser un peu à la demi-journée qui
allait sauter pour les pacifiques monos de ski.

Nous sommes sûrement allé·e·s un peu loins dans la mise en scène en
barrant le passage. Les skieureuse n’ont pas voulu jouer le jeu, ont
vite arraché la banderole tendue devant l’entrée du télésiège.
La banderole où nous rappelions que cette frontière et son dispositifont
provoqué la mort de quatre personnes, en moins d’un an.

Ces quatre personnes s’appelaient Blessing, Taminou, Mamadou et l’une
d’elle est restée inconnue. Toutes quatres sont mortes la nuit. Toutes
quatres avaient choisi ce moment pour tenter la traversée, en espérant
qu’ainsi elles échapperaient aux contrôles policiers.

De nuit, pour échapper aux délateurs, qui lorsqu’ils voient un noir
marcher dans la montagne ou sur la route pour Briançon, apellent la
police. Comme certainEs travailleureuses de la station de Montegenèvre.
Ou certainEs touristes, qui s’illes se limitent souvent à la simple
indifférence, parfois s’appliquent à la délation.

Bref, on nous a répondu à coup de ski, d’insultes et d’injonctions à
aller travailler.
« Qui meurt ici ? Je dois manger moi ! »
La deuxième partie de la phrase nous semble bien légitime : tout le monde
doit manger.
La première en revanche, nous laisse songeureuses… Qui sont donc ces
personnes, qui semblent méconnaître autant le territoire sur lequel
elles évoluent pendant toute une saison ?

Leur juxtaposition illustre ce que nous dénonçons : l’invisibilisation
de la violence que tant de personnes subissent dans ces montagnes,qui
permet de normaliser le racisme, la discrimination et l’exploitation.
Accepter
aveuglément ce qui se passe tout les jours sous nos yeux sans se poser
de questions, c’est jouer le jeu de ceux qui prefèrent que nous
ignorions tout cela…

Il y à eu d’autres perles :
« Moi j’ai le droit de passer la frontière, parce que j’ai les
bonspapiers, et mon père travaille lui, c’est pas un dealer ! »
Nous aurions beaucoup à dire, mais peut-être que celle-ci se passe de
commentaires.

Finalement, les keufs nous ont accusé·e·s d’avoir été trop
« virulent·e·s », quand nous avons lu devant eux les témoignages
recueillis auprès des personnes exilées ayant subi les violences de la
PAF. En effet, pour empêcher le blocage, ils se sont rangés devant
l’entrée du télésiège, nous relayant sommes toute.
Des témoignages dans ce goût là, nous en avons recueilli beaucoup, et
nous en aurions eu beaucoup d’autre à partager. C’est probablement le
fait d’être en contact permanent avec cette violence là qui alimente
notre virulence.

S’est ensuivie une rixe, entre un nombre certain de policiers et un
certain nombre de manifestant·e·s. C’est à dire qu’ils ont cru opportun
de procéder à l’interpellation de l’une d’entre nous.

Sans trop exagérer, au hasard la seule personne racisée du groupe. On
peut citer le chef de l’opération, qui a lancé un élégant « Virez les
tous, et choppez la black ».
Peut-être est-ce de mauvais goût que de s’attarder sur ce détail ?
Peut-être que les millions de personnes non-blanches vivant en France,
en Italie ou essayant de passer les frontières de l’Europe
auraient-elles plus de choses à dire, sur cette étrange réalité qu’est
le contrôle au faciès…

Cette personne est a été placée en garde à vue à la PAF à 13h, et en est
sortie vers 21h30.

Une dernière précision, pour agrémenter le tableau : pour une
quarantaine de manifestant·e·s, sept camionnettes de gendarmerie mobile
ont été mobilisées. L’intention était d’empêcher la contestation, et
comme partout la répression guette, il semblerait que déranger l’ordre
des choses, ou bien la bonne marche de notre système économique, soit
devenu intolérable, immanquablement violent, trop quoi.

Si nous avons commis une erreur, c’est peut-être encore celle d’être
prisonnieREs de nos rêves.La rage froide qui nous habite, celle
provoquée par la violence, l’indifférence et l’injustice d’un système
que nous tenons à dénoncer sous TOUS ses
aspects, fait qu’on va continuer à déranger, communiquer, bloquer.

Ptêt juste qu’on fera preuve de plus d’imagination la prochaine fois.

Relayé depuis : https://www.passamontagna.info/?p=936&lang=fr

Derniers articles de la thématique « Exils / Sans papiers » :

Viens rencontrer le RUSF 38 !

Le RUSF 38 t’accueille à E.V.E sur le campus de St Martin d’Heres le jeudi 21 novembre de 12h à 14h. Un repas sera préparé et servi par la cantine La Grail. Le repas est à prix libre et ce moment d’échange est l’occasion de connaître un peu mieux le collectif, ses actions et son...

Journal Mur-mures du mois de novembre 2019

Dans ce numéro de novembre, des articles sur : Les incendies et luttes actuelles dans les CRA La situation qui se dégrade en Grèce pour les personnes exilées et la répression Le fichage comme outil de contrôle et de criminalisation des personnes...

Justice pour Babacar - Marche samedi 7 décembre 2019

Dans la lutte menée par Awa Gueye avec le collectif Justice et Vérité pour Babacar, de nouveaux éléments juridiques rendent possible l’ouverture d’une procédure à l’encontre des responsables de la mort de Babacar. Le collectif appelle à une marche pour honorer sa mémoire et soutenir ce...

> Tous les articles "Exils / Sans papiers"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org