Publier

Nous couperons le robinet à ST !

Nous étions environ une soixantaine ce mercredi 14 décembre à se rassembler devant le siège de l’entreprise Eaux de Grenoble Alpes (la régis des eaux) pour manifester contre l’utilisation de l’eau potable par des industriels comme ST Microelectronics, avec la complicité des politiques nationales, locales et du fournisseur Eaux de Grenoble Alpes. En effet Grenoble est la principale ville de France fabricante de puce en silicium. Les industriels du secteurs du semi-conducteur sont largement implanté dans la vallée (ST Microelectronics, SOITEC, Tronics, Aledia etc). Les habitants de la région grenobloise ont la chance de bénéficier d’une eau d’une pureté remarquable. Malheureusement l’industrie du semi-conducteur a des besoins colossaux pour laver ses plaques. Et ces besoins ne cessent de croître :des travaux d’agrandissement de l’usine ST de Crolles sont en cours (5,7 Milliards d’euros) pour doubler la production et donc la consommation en eau qui devrait atteindre 29 000 m3 en 2023-2024, soit 336 litres /secondes.
Comment ne pas mettre en parallèle ces deux dates : le 12 juillet 2022, le président Macron, avec une bonne partie de son gouvernement et tout le gratin dauphinois (Eric Piolle compris) fêtaient ce prochain agrandissement de ST microelectronics. Un mois plus tard, le 17 août, la préfecture de l’Isère plaçait l’ensemble du département en alerte sécheresse de niveau 4, interdisant aux particuliers d’arroser leurs potagers entre 9h et 20h. Cherchez l’erreur.
C’est pourquoi le collectif STop Micro ! à appelé dans son tract "De l’eau pas des puces" à se réunir devant le siège de Eaux de Grenoble Alpes pour dénoncer les centaines de litres d’eau pure utilisés par ST et SOITEC avec l’aval de la Métro, de la préfecture, de la communauté de commune du Grésivaudan et des « fournisseurs » d’eau.
Ces entreprises ne sont pas seulement gloutonnes en eau pure. Leurs consommations en électricité sont faramineuses, alors même que l’on prépare la population à des coupures durant l’hiver, reportant sur les particuliers les économies d’énergie.
Ces usines sont également classés Seveso seuil haut, et manipulent en grandes quantités des produits toxiques et dangereux (ammoniac, chlore hexafluorure, ...). Ultra polluantes, elles rejettent 40 tonnes de boues bien dégueulasses par an, en toute opacité.
A quoi sert ce pillage des ressources naturelles et ces rejets polluants ?
A la fabrication d’objets high-tech inutiles socialement et eux-même énergivores. En effet ST Microelectronics vend ses puces à des entreprises de l’internet des objets, aux satellites d’Elon Musk, à des fabricants de véhicules autonomes et d’autres gadgets de la "life.augmented" (c’est leur slogan)
Quand aux manifestants et manifestantes le leur étaient " de l’eau pas des nanos". Une grande action de mobilisation est prévu en mars pour la journée mondiale de l’eau."

STop Micro

Derniers articles de la thématique « Autres » :

Non à la vidéosurveillance algorithmique

Le projet de loi olympique commence à être examiné en commission au Sénat. En son sein, l’article 7 vise à autoriser la vidéosurveillance algorithmique (VSA). Bien qu’elle soit prétendument circonscrite aux JO, il n’en est rien : la VSA est un projet politique du gouvernement qui n’attendait...

Loi LOPMI : surveiller et punir

La loi LOPMI ("Loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur"), énième loi sécuritaire du pouvoir macroniste, est une suite de la loi "Sécurité globale" de 2020, avec la volonté de surdoter la police, d’affaiblir son contrôle par la justice (et donc les possibilités de recours...

> Tous les articles "Autres"

Derniers articles de la thématique « Anti capitalisme » :

> Tous les articles "Anti capitalisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org