Misère le Département

Tout en disant mener une lutte renforcée contre la précarité, le département de l’Isère - chef de file de l’action sociale - œuvre contre les plus précaires. Il démantèle les services qui les accueillent, en diminuant fortement leurs subventions, lorsqu’il ne va pas jusqu’à les supprimer [1]. Il détruit les lieux-ressources destinés aux personnes en difficulté, ainsi que les réseaux de professionnel·les compétent·es et reconnu·es qui les accompagnent. Autant de savoir-faire issus d’années d’expériences qui disparaissent !

Cette casse continue résulte de choix politiques et financiers délibérés. En 2018, plus de 11 millions d’euros ont été économisés sur le dos des pauvres (budgets cohésion sociale et protection de l’enfance) [2].

Nous - travailleurs sociaux des secteurs de la prévention spécialisée, de l’Aide sociale à l’Enfance, de l’insertion, de l’asile, de l’hospitalier, du médico-social, du handicap, de l’hébergement, des Services locaux de Solidarité... - refusons une commande publique qui verse de plus en plus dans le contrôle social des pauvres : demandeurs d’emploi, mineurs isolés, familles à la rue... Le Département fait de la chasse aux soi-disant fraudeurs aux allocations une priorité. Aider les =gens à faire valoir leurs droits en devient secondaire ! Pourtant, près de 4 personnes sur 10 éligibles au RSA ne le demandent pas [3].

Nous sommes dans un contexte où les inégalités et les injustices sociales sont indécentes.
Comment peut-on croire que la réduction des budgets destinés au social et le renvoi vers le secteur caritatif seraient la bonne réponse ?

Le Département de l’Isère pousse le social et les pauvres vers la déchèterie...

Si nos services et associations - qui assurent ces missions de service public - disparaissent, à qui vont être confiées les missions de solidarité : aux fonds privés et au libéralisme ?
Nous refusons la marchandisation de nos secteurs !

Il ne s’agit pas de défendre nos postes mais une conception plus juste et égalitaire de la société.

La solidarité est un principe fondateur de notre société :
Ne nous résignons pas à la politique anti-sociale du Département !
Mobilisons-nous avec les personnes, les professionnel·les et les services concernés pour une vraie solidarité !

[1] Nous pouvons citer : Un Toit pour Tous, le Satis, le PoPS, le SALTo, Solexine, les centres de santé Agecsa, l’Apart’, le CIDFF, le Planning familial, l’ADA, Roms Action, le CSRA, la Mission locale de Grenoble, l’ODTI, la Prévention spécialisée, l’APARDAP... et la liste n’est pas exhaustive !

[2] Assemblée plénière du mois d’octobre 2018 concernant la modification du budget 2018.

[3] https://odenore.msh-alpes.fr/documents/evaluation_non_recours_assemblee_nationale_-_synthese_de_la_mission.pdf, p.4.

Documents associés à l'article :

Derniers articles de la thématique « Travail / Précarité » :

> Tous les articles "Travail / Précarité"

Derniers articles de la thématique « Autres » :

Histoire d’une révolution manquée : l’Espagne de 1936-1938.

Myrtille, du groupe d’affinité des giménologues, vient nous présenter le dernier volume de sa trilogie sur Les chemins du communisme libertaire en Espagne. 1868-1937. Cette soirée du 24 Janvier 2020 constituera la suite de la conférence giménologique qui eut lieu à Antigone le 21 octobre 2017 dans...

Henri Lefebvre : Ré-emploi du temps.

Henri Lefebvre : Ré-emploi du temps. A l’occasion de la réédition des Eléments de Rythmanalyse, nous redécouvrons la pensée d’Henri Lefebvre. Théoricien de la critique de la vie quotidienne, il s’intéresse aussi bien aux habitudes, à la routine, aux rites calendaires qu’aux rythmes individuels et...

> Tous les articles "Autres"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org