Manifestation de soutien aux Soudanai·se·s réduit·e·s en esclavage

Il y a quelques mois, le monde découvrait avec stupeur la mise en esclavage de migrants africains en Libye. Suite à cela, des mobilisations citoyennes se sont déroulées dans de nombreux pays pour demander aux différents États et autorités d’intervenir pour mettre fin à ces exactions. De telles manifestations ont ensuite conduit la communauté internationale et plus particulièrement la France et les pays d’Afrique francophone à trouver un accord pour lutter contre l’esclavage, délivrer les victimes puis les rapatrier dans leur pays d’origine.

Le président Emmanuel Macron, en visite officielle en Afrique, s’est engagé publiquement, à deux reprises, à mettre fin rapidement à ce crime contre l’humanité.

De nombreux Soudanais sont actuellement réduits en esclavage en Libye sans que l’État du Soudan leur vienne en aide. Il s’agit parfois de réseaux organisés depuis le Soudan même. À cela, le régime dictatorial d’Omar El Béchir répond en niant que ces migrants soient Soudanais, se défaussant ainsi de ses responsabilités accablantes.

Pendant ce temps, des grandes manifestations citoyennes ont lieux au Soudan contre la hausse du prix des produits de première nécessité (pain, médicaments etc.), suite à la décision du gouvernement de privatiser les importations. Ces manifestations sont vivement réprimées : en réponse à cette colère populaire légitime, des morts et des arrestations massives…

Face à cet abandon, les Soudanais de la diaspora en Europe s’organisent pour manifester contre la dictature d’Omar El Béchir. Un appel a été lancé dans tous les pays et villes d’Europe où résident des Soudanais à manifester ce samedi 27 janvier, en soutien aux Soudanais victimes de l’esclavages en Libye ainsi que contre la vague de répression qui s’abat sur le peuple depuis la semaine dernière. Un rassemblement est prévu devant l’ambassade du Soudan à Paris ainsi que dans les principales capitales européennes.

Les Soudanais de Grenoble sont eux aussi mobilisés en solidarité avec leur peuple et appellent à une manifestation de soutien pour alerter l’opinion sur la gravité de la situation dans leur pays et contribuer à imposer une réponse politique pour résoudre cette crise. La violence politique doit cesser afin que tous les moyens et toutes les énergies soient concentrées sur l’éradication de l’esclavage des Soudanais et des Africains en Lybie, à commencer par les criminels mafieux qui opèrent au Soudan.

L’esclavage est un crime contre l’humanité.
La dignité n’est pas à vendre.
Un peuple qu’on affame est un peuple en colère.
Non à la répression politique.
Non à la dictature !
Liberté au soudan.

Le même jour a lieu une manifestation à Paris (de 14h à 16h) pour dénoncer l’esclavage en Lybie et la dictature au Soudan. D’autres manifestations ont eu lieu il y a quelques jours, comme en Angleterre.

La situation en Lybie est insoutenable : en plus des marchés aux esclaves où les personnes sont achetées environ 300 dinars (ce sont les marchands qui fixent les prix), la torture est régulièrement utilisée contre des personnes subsahariennes en exil, pour soutirer de l’argent à leurs proches. Des photos et vidéos ont récemment circulé sur les réseaux sociaux pour en témoigner (voir ci-dessous).
Contrairement à d’autres États africains, le Soudan n’a pas organisé de rapatriement de ses ressortissant.e.s en danger en Lybie.

Partagez et diffusez l’information, il faut que ça se sache, il faut que ça s’arrête !

Parlez-en entre vous et aux organisations des droits de l’homme, pour faire pression sur les gouvernements français et lybiens.

Il faut que les gouvernements européens arrêtent d’accueillir les autorités soudanaises et de conclure des accords anti-migratoires avec la Lybie.

Voilà quelques photos et vidéos qui témoignent des violences en Lybie. 
 !Attention scènes de torture !

samedi 27 janvier 2018

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

La Maison Cézanne, c’est (pas vraiment) fini...

Appel à soutien pour rebondir après l’expulsion. Le 9 août 2018, le juge d’application des peines de Gap a refusé le délai demandé concernant l’expulsion de la maison Cézanne (à Gap). 20 personnes sont actuellement en train d’attendre les forces de l’ordre qui viendront on ne sait quand vider la maison...

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org