Lettre des personnels de l’UGA à Patrick Lévy

Non, nos étudiants ne font pas « n’importe quoi » ! Lettre sur deux conceptions de l’université

Monsieur le Président,

Le mépris que vous déversez depuis des semaines sur les étudiants et sur les personnels, tant par vos courriers internes que dans la presse, est insupportable.
Non seulement vous ne vous êtes pas une fois préoccupé de l’état de santé des étudiants et des personnels blessés, physiquement et psychiquement, par les interventions policières et les vigiles que vous commanditez ;
Non seulement vous noircissez et criminalisez à plaisir, mais heureusement jusqu’au ridicule (du « saccage » aux « excréments »), une mobilisation légitime et nécessaire ;
Non seulement votre plébiscite nous a doublement pris pour des imbéciles, par sa formulation, puis par sa publication biaisée des résultats ;
Mais voici que vous nous salissez publiquement dans la presse (Dauphiné libéré, 16 mai 2018). Car, oui, c’est nous insulter, nos étudiants et nous mêmes, leurs enseignants, que de prétendre qu’ils font « n’importe quoi » et cherchent à « torpiller l’université ».
C’est l’honneur en tout cas des disciplines de sciences humaines et sociales – mais aussi de toute pratique universitaire – que de se nourrir du débat, et non de l’apprentissage par cœur de données à recracher dans des QCM. C’est aussi leur honneur de se nourrir de la pensée collective, et non de la concurrence. Par cette formule, on comprend mieux, certes, la distance incommensurable et inaliénable qui nous sépare du modèle que vous prônez, et que les étudiants refusent.
Nous soutenons pleinement et avec enthousiasme le fait que nos étudiants « ont travaillé collectivement » pendant les examens, et même le fait qu’ils aient mangé des crêpes. Quel pédagogue ne se réjouirait pas d’un apprentissage qui se fait dans la joie ? Nous saluons leur inventivité, leur curiosité, leur ironie critique et leur goût du partage. Nous les remercions et les félicitons d’avoir ainsi su mettre en pratique et en discussion leurs cours et leurs lectures.
Nous vous invitons, Monsieur le Président, à méditer cette pensée de Cornélius Castoriadis : « Nous appelons praxis ce faire dans lequel l’autre ou les autres sont visés comme êtres autonomes et considérés comme l’agent essentiel du développement de leur propre autonomie. La vraie politique, la vraie pédagogie, la vraie médecine, pour autant qu’elles ont jamais existé, appartiennent à la praxis. » (L’Institution imaginaire de la société, 1975, 1999, p. 112)

Premiers signataires : Jennifer Buyck - Rémi Clot-Goudard - Jean-Marc Colletta - Sylvain Coulange - Cristina Del Biaggio - Laurence Delpérié - Giovanni Depau - Catherine Frier - Nathalie Gary - Florent Gaudez - Franck Gaudichaud - Myriam Houssay-Holzschuch - Caroline Imbert - Marie-Paule Jacques - Kirsten Koop - Olivier Kraif - Isabelle Krzywkowski - Francis Lazarus - Lison Leneveler - Sébastien Leroux - Tanguy Martin-Payen - Sarah Mekdjian - Chloé Muteau-Jaouen - Judith Nelson - Martial Pisani - Marianne Prévost - Olivier Razac - Fanny Rinck - Julie Sorba - Jean-Yves Tizot

Derniers articles de la thématique « Justice / Police / Médias » :

UGACAB, c’est mal parti !

Dans le cadre de la semaine contre la répression du 10 au 16 septembre, la tambrouille vous convie à une journée festive sur le campus le jeudi 12/09. Au programme : une cantine, des stands, des ateliers, une fanfare, un concert et une chouette ambiance ! On vous attend nombreux.ses à partir...

> Tous les articles "Justice / Police / Médias"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org