Publier

Le pari du nous ?

Nous, collectif de personnes racisées, avons participé à la réunion inter-orgas du 1er septembre, en vue de préparer la manifestation du 23 septembre à la suite de l’appel national à se mobiliser contre les crimes policiers et le racisme.
Nous étions enthousiastes à l’idée de former un front unitaire contre le racisme d’état, mais surtout de dénoncer une enième loi islamophobe interdisant à des jeunes filles de porter la abaya ou tout autre vêtement pouvant affirmer leur islamité.

Dès le début de cette réunion, nous avons compris très vite, qu’une fois de plus, notre présence ne servait qu’à cautionner leur action antiraciste.

La disposition de la salle en témoignait : toutes les personnes racisées étaient debout dos au mur ou dans le meilleur des cas, assises sur des tables, derrière les militant.es blanc.hes assises en 1ere ligne autour de la table.

Cette scène, digne d’un tableau colonial n’a interpellé personne.

Tandis que leurs principales préoccupations se focalisaient sur le trajet ou l’heure d ela manifestation, avec des propositions hors sol et un fantasme sur les " quartiers populaires", le Collectif des Femmes Musulmanes, le FUIQP et les FRAP ont recentré le débat sur les véritables enjeux politiques de cette manifestation.

Nous avons demandé à ce que nos collectifs prennent la tête de la manifestation avec nos banderoles afin de donner une visibilité aux femmes musulmanes, aux jeunes filles harcelées politiquement et médiatiquement depuis la rentrée, aux personnes sans papier, mal-logées et toutes les personnes racisées subissant au quotidien racisme, islamophobie, sexisme et répression.

Dès qu’elles tentent de s’organiser, dans l’espace politique et médiatique, elles sont immédiatement réprimées ou discréditées.

Nous pensions que cette proposition évidente et légitime au plus haut point, serait validée à l’unanimité.
Nous avons reçu pour toute réponse, une avalanche de propos à la fois méprisants, violents, racistes, sexistes et islamophobes.

"Mettre les femmes musulmanes devant, c’est invisibiliser les blancs"
(citation prise dans le compte rendu officiel de la réunion)

De la CGT à la CNT, du PCF au NPA, d’Extinction Rebellion à l’Action Antifasciste, en passant par les syndicats étudiants et les organisations politiques "anticapitalistes, antifascistes et révolutionnaires", personne n’a stoppé les propos violents, ni dénoncé les intimidations et donné une réponse claire aux femmes musulmanes.

Aucun n’a eu ni la volonté politique ni le courage d’assumer une position de soutien à un collectif de femmes musulmanes.

Seuls les quatre collectifs féministes présents ont soutenu notre demande.

Les militant.es blanc.hes présent.es parlaient de notre positionnement dans le cortège comme si nous étions une variable d’ajustement à leur disposition. Tout comme leurs ancêtres, ils s’autorisent à disposer de nos corps comme bon leur semble.

Face aux hurlements des uns et au silence complice des autres, nos trois collectifs ont quitté la réunion.

Évidemment, nous ne porterons pas la banderole de la CGT avec vos membres noirs et arabes que vous mettrez devant pour soulager votre conscience. Et non, nous ne serons pas vos arabes et noirs de services qui vous légitimeront.

depuis des décennies, ces organisations, de la gauche à l’extrême gauche, des partis politiques aux syndicats s’approprient nos luttes anti-racistes, les vident de leur sens et les gardent sous contrôle.

Ce sabotage d’une part, a pour seul objectif de préserver leurs privilèges blancs. privilèges dont ils ont fermement nié l’existence durant cette réunion. D’autre part de tenir sous tutelle les collectifs antiracistes racisés, car ils n’acceptent pas l’autonomie de nos luttes et de nos modes d’organisation.

Ces stratégies destructrices et cette violence témoignent de l’impossibilité pour nous aujourd’hui à grenoble de lutter avec ces organisations blanches.

Les luttes antiracistes doivent êtres portées par les personnes racisées, seules à définir leur mode d’organisation et leur agenda de lutte.

Les personnes non concernées ne peuvent être que soutenantes ou alliées.

Malcom X disait : "Personne ne peut vous donner l’égalité et la justice, c’est à vous de la prendre"

Il est donc urgent que nous nous organisions entre nous et pour nous.

Parce que les luttes antiracistes nous appartiennent, nous lancons un appel à toutes les personnes non-blanches à participer à LA PREMIERE ASSEMBLEE ANTI-RACISTE

SAMEDI 23 SEPTEMBRE
à 16h30
AU JARDIN DES PLANTES
(après la manifestation)

samedi 23 septembre 2023

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

Semaine pour la Palestine

Semaine en soutien à la cause Palestinienne, avec au programme : tables rondes, ateliers cultinaires et artistiques, animations pour enfants, expositions photos, randonnée, projection cinématographiques

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Féminismes/Genres/Sexualités » :

soirée queer concerts chansons techno pop

Ce jeudi 29 février 2024 on accueille deux artistes queer, de Rennes et Grenoble, et une surprise pour finir la soirée ! On commence avec Amarin Romarin, en tournée tout le mois, à découvrir sur bandcamp https://amarin-romarin.bandcamp.com/ "Amarin Romarin fait des boucles de mots et de...

après midi entre deviant.es de genre

Salut tout le monde ! Ce dimanche 18 février on passe l’après midi ensemble au centre Lgbti :) Y aura un atelier d’écriture avec le collectif samovar, une réu pour ceux celles qui souhaitent plus s’impliquer dans deviations, du tarot, des réparations vélo et des objets à donner/prix libre.....

> Tous les articles "Féminismes/Genres/Sexualités"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org