Le gouvernement prêt à tout pour passer en force.

Interventions honteuses de la police dans les lycées et contre le mouvement social ! Le gouvernement prêt à tout pour passer en force.

Depuis le début du mouvement social en cours, nous assistons à une répression et une intimidation croissante des lycéen.nes mobilisé.es par les forces de police et les administrations.
Ainsi dès le début décembre 2019 deux élèves du lycée Vaucanson ont été exclus pour leur participation au mouvement contre les retraites. Depuis, notamment dans le cadre de la mobilisation contre les E3C, on ne compte plus les intimidations, les recherches de sanctions à l’encontre des élèves et des personnels.
Vendredi 24 janvier, à la demande du proviseur du lycée Vaucanson, les CRS sont intervenus pour disperser élèves, parents, et professeurs. Lundi 27, les gardes mobiles en tenue anti-émeute, ont évacué le Lycée Bergès de Seyssinet, un élève est sous le coup de sanctions disciplinaires et pénales. À Moirans et à Vizille, les forces de l’ordre étaient aussi présentes pour contraindre les élèves à entrer dans les salles d’examen. La force publique est aussi intervenue mardi 28 au lycée Marie Curie. Le mercredi 29 au Lycée du Grésivaudan à Meylan, la gendarmerie, présente dans l’établissement, est intervenue avec une agressivité disproportionnée pour interpeller un élève avec violence et sans discussion préalable. L’élève a ensuite été emmené en garde à vue.
Cette situation est délirante et sidérante. Partout en France des jeunes vont passer des épreuves d’examen, qu’ils rejettent pour un grand nombre, sous la contrainte de l’administration faisant appel aux forces de l’ordre.
Les autres secteurs ne sont pas épargnés. Les menaces de sanctions disciplinaires ou pénales commencent à tomber pour les professions fortement mobilisées depuis décembre (transport, énergie, …).
A Grenoble, le 10 janvier, deux travailleur·se·s sociaux ont fini à l’hôpital après un rassemblement devant les vœux du conseil général.
Pour nous, organisations syndicales signataires de ce communiqué, le gouvernement et les administrations, de par leur mépris de nos alertes répétées, sont pleinement responsables de la mise en danger des élèves et des manifestant·e·s. Cette situation est tout sauf banale, nous n’acceptons pas que ces mesures répressives deviennent la norme.

Nous continuerons la mobilisation pour la défense de nos retraites et l’intégrité physique et morale des élèves. Nous ne laisserons ni la jeunesse lycéenne, ni les grévistes, ni les manifestant·e·s seul·e·s face à cette répression organisée et délibérée.

Documents associés à l'article :

Derniers articles de la thématique « Travail / Précarité » :

Appel pour une journée de mobilisation féministe le lundi 8 juin 2020

Nos collectifs, assemblées et associations féministes, signataires de l’appel "face à la crise sanitaire, économique et sociale, un plan d’urgence féministe !", pensent qu’il est urgent que le mouvement féministe reprenne la rue. Face à l’ampleur de la crise, aux casses des services publiques et aux...

> Tous les articles "Travail / Précarité"

Derniers articles de la thématique « Justice / Police » :

conférence de presse contre l’état d’urgence

Nous, organisations iséroises signataires de l’appel "Non, la démocratie ne sera pas en quarantaine" (en pièce jointe) vous convions à une conférence de presse ce vendredi 29 mai à 12h30, place de Verdun, en face de la préfecture, lieu hautement symbolique, pour traiter et alerter sur la dérive...

> Tous les articles "Justice / Police"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org