discussion sur la récupération de l’anti-sexisme + concert (GATTACA, HLEDANI, FLEUVE)

19h30 : repas vegan et discussion autour de la récupération de discours anti-sexistes par des groupes nationalistes, regards croisés sur l’Europe centrale (Tchéquie) et occidentale. On pourrait partir de ce texte qui se situe dans le dernier disque de GATTACA :

La guerre symbolique dans laquelle le monde se trouve en ce moment nous montre dans un miroir. Ça nous montre que même si on a entendu des discours spectaculaires sur l’égalité et la fin de la nécessité du féminisme, ce sont les femmes qui, à la fin, sont otages de cette guerre. Nos deux morceaux parlent de ça.

« Nous ne vous donnerons pas nos femmes » — voilà l’un des slogans que des activistes anti-immigration, qui, en filigrane, en dit beaucoup sur leur propre culture. Dans ce pays [ndlr – la république tchèque], 60% de la population pense que les femmes sont responsables d’être violées. Des « étrangers » (ou des gens d’ « en dehors », des « impurs ») arrivent à faire descendre des milliers de personnes dans la rue, avec des panneaux arborant des slogans sur les droits des femmes, se convainquant eux-mêmes de leur propre vérité.

Quelle est la position des femmes dans cette « guerre » ? Elles ne sont qu’un butin de guerre. Les protecteurs autoproclamés de la tradition européenne qui disent « protéger les droits des femmes » ne font que les prendre en otage dans le but de consolider leur propre domination. Ils ne faisaient que cracher sur les droits des femmes et soudainement ceux-ci leur deviennent utiles lorsqu’ils arrivent à les faire rentrer dans leur programme nationaliste. Les ordres appelant à se couvrir, à se déshabiller, la police religieuse contrôlant le caractère conservateur de tenues vestimentaires, la police française vérifiant si les tenues de plage sont « assez européennes » — le principe est toujours le même. Le contrôle sur le corps des femmes se révèle être un facteur symbolique de la guerre pour le pouvoir. Et d’une certaine façon, on oublie que dans une société libre, ce devraient être les femmes qui contrôlent leur propre corps. Mon corps est mon corps.

21h : concerts avec :

GATTACA (crust, d-beat / Tchéquie) - écouter
HLEDANI (folk / Tchéquie)
FLEUVE (slow core / Grenoble)

prix libre
pas de chiens ni de relous

La BAF
2, chemin des Alpins
38100 Grenoble
lieu accessible

La BAF, c’est un centre social autogéré, qui met en place diverses activités autour de valeurs communes de solidarités, d’horizontalité, de convivialité, de luttes contre les oppressions, d’autogestion. La BAF fonctionne sans sponsor, ni subvention, les dons réguliers garantissant la bonne marche et l’indépendance du lieu. La BAF, c’est ce qu’on en fait, ce qu’on y crée.

https://labaf.org/

vendredi 17 novembre 2017

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

Revue de presse contre les frontières !

Comme chaque 1er mardi du mois on se retrouve de 18h à 20h au local autogéré (7 rue Pierre Dupont 38000 Grenoble), pour décrypter l’actualité des politiques anti-migratoires, relayer les luttes locales et internationales contre cette mécanique, partager nos points de vue et se donner des outils pour...

"Solitude" en résistances - Balade décoloniale #4

Quelles rues de Grenoble honorent des personnes ayant participé au processus de la racialisation, de la traite négrière, de l’esclavage et de la colonisation ? Quelles figures de résistant.e.s à ces oppressions aurait-on aimé voir honorer dans nos rues ? Lesquelles y apparaissent déjà...

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Féminismes/Genres/Sexualités » :

Le projet de l’arrogance - La Borie [Cévennes]

Pourquoi ce journal ? Pour donner des news, pour s’exprimer, pour montrer que nous sommes toujours là. On s’est senti tellement depassé.e.s par toutes les choses qui arrivent en ce moment à La Borie. C’est incroyable ce qui se passe tous les jours. Puis on rencontre des personnes qui demandent tout...

La décroissance, ce journal que nous n’achèterons pas

Le journal "La décroissance, journal de la joie de vivre" édité à Lyon, lié à l’association Casseurs de pub, se veut un journal critique de la consommation, prônant une société de partage et de sobriété. Mais ce partage ne se veut pas avec tout le monde. Cela fait de nombreuses années que ce journal...

> Tous les articles "Féminismes/Genres/Sexualités"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org