CONTRE LES DÉTOURNEMENTS DE PROCÉDURE ! CONTRE LES EXPULSIONS IMMÉDIATES !

  • Mardi 21 janvier 2020 à midi

    Suite à l’expulsion de la maison, deux personnes ont été embarquées en garde à vue. Elles sont sorties le lendemain avec une convocation à un procès pour dégradation, refus d’ADN et de signalétique.

  • Quelques photos de l’occupation de la mairie

    Elle a eu lieu de 10h à 16h le 20 janvier 2020
     

  • Aux alentours de 16h, la maison a été expulsée.

    Le soutien devant s’est fait gazer et violemment repousser. 2 personnes ont été embarquées au commissariat.
    L’occupation de la mairie a repris de la voix et s’est terminée en grand bruit !
    NON NON NON AUX EXPULSIONS !!!

Depuis quelques années, une politique de plus en plus répressive anti-squat se banalise dans l’agglo de Grenoble rendant toujours plus difficile les ouvertures de squats et laissant de très nombreux logements vides et de plus en plus de personnes à la rue.
Leur tactique ? Au moment où les occupations de bâtiments vides sont rendues visibles, la police procède à des expulsions systématiques, avec des propos du genre « c’est une violation de domicile », ou « y’a pas de délais qui protègent les squatteurs, on peut expulser comme on veut ». Bon, sauf que c’est à un tribunal compétent de statuer sur une expulsion, pas à la préfecture, ni aux propriétaires !
Les flics, la préfecture et le procureur s’arrangent pour pouvoir expulser les lieux en détournant leurs propres lois. Les petits arrangements de dernière minute, les bidouilles qui leur permettent d’outrepasser le droit au logement, les flics les connaissent et en abusent : opérer en urgence, coûte que coûte, en dehors des procédures légales (procédures légales qui ne garantissent pas beaucoup plus la pérennité d’un squat, on s’entend !)
Dernièrement, une de leur manœuvre préferée pour expulser consiste à inventer un délit de dégradation en réunion. Ils peuvent ainsi embarquer les habitant·e·s en garde a vue dans le cadre de l’enquête et pendant ce temps là fermer les lieux et empêcher leurs occupant·e·s d’y revenir.

Les municipalités se targuent de ne pas avoir de logements vides et disponibles… forcément elles en donnent la gestion à l’EPFL (Établissement Public Foncier Local). Au final, cet organe de la Métro est propriétaire des logements vides que les communes lui cèdent en attendant d’avoir des projets à mener sur ces logements et participe donc à la spéculation immobilière. C’est donc sûrement le plus gros propriétaire de logements vides de l’agglomération, pour le compte des mairies !
L’EPFL et les mairies sont spécialistes de ces magouilles avec la préfecture pour éviter à tout prix que ses logements ne soient squattés !
Et le prix est élevé, ainsi ils choisissent de débourser des centaines de milliers d’euros pour murer, barricader et mettre sous surveillance par tous moyens (alarmes, rondes de vigiles…) leurs bâtiments vides, souvent pendant plusieurs années. À la manœuvre, la boîte de sécurité SAGS dont le chiffre d’affaires est assuré à près de 80 % par le contrat passé avec l’EPFL.

Ces politiciens*, sous couvert de social, co-construction, développement, aménagement, concertation et autres mots issus de leur novlangue, expulsent les plus pauvres, s’attaquent aux classes et aux quartiers populaires pour laisser place à l’éco-ville aseptisée et bourgeoise de demain avec l’aimable soutien de leurs chiens de garde policiers.

AUJOURD’HUI, NOUS OCCUPONS DONC UNE MAISON
AU 16 CH. ROBESPIERRE APPARTENANT À L’EPFL
POUR LE COMPTE DE LA MAIRIE DE GRENOBLE !

Tant que nous continuerons de vivre dans ce monde de merde, ce rouleau compresseur capitaliste, raciste, impérialiste et patriarcal, nous continuerons à nous dresser sur son chemin, à lutter et à être solidaires de celles et ceux qui en subissent la répression.
Et tant qu’on vivra dans une ville faite pour accueillir tous les éco-ingénieurs et les skieurs bourgeois du monde, nous continuerons de squatter parces c’est une nécessité mais aussi un plaisir !

CONTRE TOUTES LES EXPULSIONS ! SQUATTE TA VILLE !

*Sachant que la présidente de l’EPFL, Mme Garnier, est élue à la mairie de Grenoble, du parti EELV.

lundi 20 janvier 2020

Derniers articles de la thématique « Logement » :

Chantier du Lîeu

Chantier collectif d’aménagement du Lîeu des habitant.e.s de la rue et de la ville

Fighting where we stand

De FIGHTING WHERE WE STAND film d’un média militant nord-américain. Il expose trois conflits d’occupation de l’espace : le camp Unist’ot’en, situé sur les territoires Wet’suwet’en dans la soi-disant “British Columbia” et les squats de Ljubljana en Slovenie et l’occupation de la ZAD, à...

Berlin contre Amazon

Appel à la manifestation contre le projet du Edge Tower à la Warschauer Strasse, Berlin, le 22 février à 14 heures au Frankfurter Tor. Contre l’isolement, les conditions précaires du travail et la vente massive de la ville - Pour une société qui s’oriente vers les besoins de chacun(e) et pas vers les...

> Tous les articles "Logement"

Derniers articles de la thématique « Anti capitalisme » :

[Campus en lutte] Programme du Semestre Alternatif - Semaine 5

Semaine 5 : du lundi 17 février au vendredi 21 février Le SEMESTRE ALTERNATIF a été initié par l’UFR autonome pour soutenir la grève à l’Université et dans les autres secteurs. C’est un outil collectif pour mieux rendre visible et accessible les temps forts de la mobilisation en cours, notamment ceux...

> Tous les articles "Anti capitalisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org