Publier

Contre la résilience - présentation/discussion

rencontre avec Thierry Ribault
autour de son livre Contre la résilience, à Fukushima et ailleurs

à la bibli les pages manquantes (102 - rue d’alembert gre)
qui ouvre à 18h00, la discut’ commencera à 19h
repas et entrée prix libre

La résilience est partout.

Du ministère de la résilience créé au Japon après le désastre nucléaire de Fukushima en mars 2011, à l’Opération Résilience lancée en France en mars 2020 contre l’épidémie de Covid-19 ; de la loi Climat et résilience de 2021, à la mission parlementaire sur la résilience nationale dont le rapport publié le 22 février 2022, deux jours avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, préconise un projet de loi « Engagement et résilience de la nation » ; des récentes déclarations tonitruantes du ministre des Armées Sébastien Lecornu visant à faire des Français « un peuple résilient préparé à tous les risques », aux incantations de la Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et du « plein déploiement » du Service national universel, Sarah El Haïry, selon qui « le pays a intérêt à accompagner le renforcement de la résilience parmi la jeunesse » ; sans oublier les « journées de la culture du risque », un « événement ludique pour toute la famille » organisé à la mi-octobre à Rouen, trois ans après la catastrophe de Lubrizol dans le cadre de la « Journée nationale de la résilience ».

La résilience est une technologie du consentement.

Comment et à quoi nous amène-t-elle à consentir ? Il s’agit en premier lieu de consentir à la fatalité des désastres afin d’apprendre à « vivre avec », sans jamais s’attaquer à leurs causes. Consentir encore à la participation pour fonder, à travers la cogestion des dégâts, la déresponsabilisation des décideurs et la culpabilisation des victimes. Quant au consentement à l’ignorance, il consiste à nous désapprendre à être affectés par ce qui nous touche au plus profond de nous, notre santé notamment, mais aussi notre désir de liberté et de vérité. Enfin il s’agit de consentir à l’entraînement, à l’apprentissage et à l’expérimentation de conditions de vie dégradées par le désastre.

L’analyse critique de la résilience préconise de nous défaire de cette arme d’adaptation massive, parce qu’elle est, dans les faits, l’art de faire du malheur un mérite. Il nous faut sortir de la logique du sacrifice à laquelle la résiliomanie nous invite à souscrire.

mercredi 26 octobre 2022

Derniers articles de la thématique « Autres » :

Cantine au Chantier le dimanche 25 décembre

Le Chantier est toujours en risque d’expulsion mais continue ses activités ! Rendez-vous dimanche 25 décembre pour la Cantine à : 10h pour préparer le repas 13h pour partager ensemble le repas Le Chantier Le chantier c’est un lieu et 3 collectifs qui œuvrent pour la création de lien social et...

> Tous les articles "Autres"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org