Contre la répression, liberté pour Georges Abdallah !

Mardi 6 février, Grenoble commémorait en grandes pompes les 50 ans de ses Jeux Olympiques. Nous nous sommes réuni.e.s pour rappeler à la population, aux médias et aux responsables politiques une bien plus sombre histoire, une histoire dont la justice et l’État portent la lourde responsabilité : celle d’un homme enfermé dans les prisons françaises depuis 34 ans pour ses combats révolutionnaires. En effet, mardi 6 février, aux alentours de 18h00, des militant.es se donnent rendez vous, non pas pour rallumer « la flamme olympique » comme la mairie de Grenoble le voudrait, mais pour visibiliser un combat politique autour de la libération de notre camarade Georges Ibrahim Abdallah.

Qui est Georges Abdallah ?

Georges Ibrahim Abdallah est un communiste révolutionnaire libanais, qui n’a cessé de défendre la cause des peuples opprimés et de lutter contre l’impérialisme.
Arrêté à Lyon en 1984, il paye le prix de sa lutte pour la cause palestinienne qu’il n’a jamais renié. Il subit depuis, un acharnement de l’État français dans des procès nourris d’éléments à charges plus que douteux.
Cela fait 34 ans qu’il est enfermé. Cela fait de lui un des plus vieux prisonnier politique d’ Europe. Sa peine dépasse ainsi celle infligée par le gouvernement d’apartheid sud-africain à Nelson Mandela. Il est aujourd’hui incarcéré à la maison centrale de Lannemezan. Depuis 1999, Georges Ibrahim Abdallah a droit à une liberté conditionnelle. Mais les gouvernements français successifs font depuis appel à des mesures d’exception pour le garder en prison, cédant ainsi aux pressions des Etats-Unis et d’Israël. Durant ces 34 longues années, il a toujours gardé sa dignité et a été le compagnon de toutes les luttes pour les opprimées, depuis la prison.

Ce mardi 6 février donc, voulant profiter de ce « cinquantenaire des JO » et de son exposition médiatique, nous voulions informer autour de la répression que vit Georges Abdallah et à travers lui les combats politiques qu’il défend et que nous défendons. Notre idée était de nous rendre visibles aux abords de la course d’inauguration de l’événement, mais à peine avait-on commencé à déployer notre banderole « LIBEREZ GEORGES ABDALLAH » que la police nous a encerclé, fait reculer le plus loin possible et gardé retenu.e.s sans raison pendant deux heures.

Décidément, lors d’événements publics et sportifs censés concerner les grenoblois.e.s et organisés par la mairie "de la démocratie participative", l’expression politique est plus que redoutée.

Nous ne sommes pas surpris.e.s par cette répression. Dans le combat contre la politique impérialiste française et pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, nous savons que cette attaque n’est pas la première et ne sera certainement pas la dernière. Nous continuerons coûte que coûte à faire vivre le combat autour de la libération de Georges Ibrahim Abdallah et le soutien à la résistance du peuple palestinien.
Il est de notre responsabilité de tout faire pour que Georges ne tombe pas dans l’oubli et qu’il soit libéré au plus vite.

LIBÉREZ GEORGES ABDALLAH !
IL EST DE NOS LUTTES,
NOUS SOMMES DE SON COMBAT !

Collectif « Libérez Georges Abdallah 38 »

Depliant Georges I. Abdallah

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

Réunion de la coordination contre les frontières

Prochaine réunion coordination contre les frontières : le mardi 25 septembre à 18h devant la Galerie des amphis 77 Rue des Universités, 38400 Saint-Martin-d’Hères (tram C : Condillac ou Bibliothèque universitaire) Next anti-border coordination meeting : Tuesday, september 25 at 18h in front of the...

Niger : militarisation des frontières et étouffement de la société civile

Relayé de la liste migreurop par emmanuel B.La militarisation de la région d’Agadez est telle qu’il n’est plus possible de venir y débattre des conséquences de la politique anti-migratoire menée par l’Etat nigerien en lien étroit avec ses financeurs européens ou étatsuniens et avec le soutien de l’OIM ....

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org