Communiqué des Gilets Jaunes de l’Isère

Des Gilets jaunes sont effectivement ressortis dans plusieurs villes de France hier, dans la grande majorité des cas pour apporter leur soutien aux soignants, comme on a pu le voir dans des villes comme Nantes ou Toulouse. En Ile-de-France, ils ont participé à la chaîne humaine contre les violences policières. Ces engagements font partie de notre combat depuis des mois.

En aucun cas, les Gilets jaunes n’ont suivi l’initiative tout à fait personnelle de M. Chalençon, qui est revenu sur le devant de la scène médiatique grâce à des vidéos appelant à renverser le gouvernement par la force, avec le soi-disant soutien de l’armée. Une initiative avortée et qui s’est achevée en garde à vue, comme chacun pouvait s’y attendre.

Si cet individu avait effectivement été l’un des visages du mouvement au cours de l’hiver 2018/2019, il avait disparu de la circulation depuis plus d’un an, comme beaucoup d’autres. Le caractériser aujourd’hui comme un « gilet jaune » nous apparaît non seulement hors de propos, mais qui plus est (volontairement ?) préjudiciable au mouvement.

Alors que durant le confinement, les services de renseignements annonçaient craindre une recrudescence des mouvements sociaux et l’apparition d’actions violentes de la part de « groupuscules », il semble que certains médias se soient saisis de sa pseudo action et de son interpellation pour décrédibiliser une fois encore le mouvement des gilets jaunes, soit volontairement, soit par manque d’informations.

Partout en France, les gilets jaunes sont restés actifs avant et pendant le confinement, que ce soit pour mener des actions de solidarités, pour réfléchir à l’avenir de notre pays, pour alerter sur certaines dérives ou tout simplement pour « tenir le pays » par leur travail. Il a souvent été rappelé que les « premiers de corvée » qui étaient sur le pont, soignants, caissiers, aides à domicile, éboueurs, etc., faisaient partie de cette « France d’en bas » qui compose le gros des troupes du mouvement.

Nous ne sommes pas dupes de la stratégie de communication qui consiste à couper l’herbe sous le pied d’un mouvement dont les revendications (voir l’Appel des Confinés : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=253896472680402&id=121119332624784) encore plus légitimes aujourd’hui par la stigmatisation et par la mise en lumière de faits isolés (et mensongers). Nous appelons les médias honnêtes, respectueux de leur charte déontologique, à ne pas verser dans le sensationnalisme et les fake news, à se renseigner et à prendre contact au besoin avec les groupes locaux pour prendre connaissance – et s’ils le souhaitent témoigner – de la réalité du mouvement aujourd’hui.

Derniers articles de la thématique « Médias » :

L’Éphéméride anarchiste reprend dès le 11 octobre sur #Radiolutte

Les diffusions de l’Éphéméride anarchiste reprennent dès le 11 octobre sur #Radio Lutte, à 9h00 et à 18h25 ! Radiolutte, c’est la webradio lancée par Thechangebook, réseau social associatif, non-marchand et sans pub, géré et financé par ses propres membres. Comme le réseau qui la porte, Radiolutte a...

Le Cric Papier est en ligne

Un an de luttes sur Gre en version papier, piochés sur le site du CRIC, à lire dans le tram, aux toilettes, avant de dormir ou en cas d’insomnie, à laisser traîner, à distribuer pour continuer à faire vivre la motivation et la détermination pour les luttes sociales dans...

> Tous les articles "Médias"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org