Appel des Gilets Jaunes de l’Isère.

L’Appel des confinés

Fin de partie pour Macron et son monde

Nous, gilets jaunes, en lutte depuis maintenant un an et demi pour une justice sociale et écologique, prenons le temps imposé par la situation actuelle pour réfléchir au monde d’aujourd’hui et penser celui que l’on appelle de nos vœux pour demain.

Le confinement imposé permet de se recentrer, de renforcer les liens avec les proches, mais aussi de prendre du recul et d’avoir un regard critique sur notre société. Toujours actifs et connectés malgré la distance nous restons attentifs, vigilants et continuons à réfléchir et construire collectivement.

On est là !

La crise sanitaire traduit à la fois les conséquences désastreuses des politiques d’austérité, le cynisme de nos dirigeants, l’incohérence de ce monde économique mondialisé et les méfaits de la surexploitation des ressources de notre planète et de la surproduction massive organisée pour les profits d’une minorité.

- Rappelons tout d’abord que la situation du confinement imposé à toute la population a été rendue inéluctable par la gestion catastrophique et la communication cacophonique du président et de son gouvernement. On n’oubliera pas les déclarations contradictoires de ces incompétents qui nous gouvernent, qui sont passées en quelques jours de « n’ayez rien à craindre le virus n’arrivera jamais à se répandre chez nous » dixit Mme Buzin début janvier, à « en fait on ferme les écoles puis les bars et les restos mais allez voter » de Mr. Macron le 12 mars, pour finir par « restez tous chez vous sauf celles et ceux qui doivent travailler !! ».

- Rappelons-nous aussi qu’il y a quelques mois seulement nos soignants que l’on applaudit tous les soirs aux balcons demandaient plus de moyens et étaient matraqués et gazés pour seule réponse. On n’oubliera pas également que l’utilité des masques s’est révélée proportionnelle à la disponibilité des stocks qui n’avaient pas été suffisamment renouvelés depuis 2011. L’État a sciemment menti sur ce point aux personnels soignants et à son peuple. On se rappellera de demander des comptes sur le refus de permettre au plus tôt aux laboratoires vétérinaires et de recherche qui disposent du matériel nécessaire de faire des tests ou de produire les réactifs nécessaires. Nous ne pouvons qu’être dubitatifs quant à la manière dont certains médicaments peu coûteux ont été mis de côté dans la stratégie de traitement du virus alors que leurs effets semblaient prometteurs. On peut se poser la question d’une corruption légale et de conflits d’intérêts de la part de médecins impliqués dans les décisions et grassement rétribués par l’industrie médicamenteuse qui fait ses profits sur le dos de l’assurance maladie.

- On n’oubliera pas enfin que sous couvert d’état d’urgence des lois scélérates sont passées par ordonnance et risquent une fois de plus d’être ensuite gravées dans le marbre. Ils détricotent le code du travail avec les congés payés et RTT imposés par l’employeur, et la durée de travail hebdomadaire pouvant aller jusqu’à 60h, tout en refusant « en même temps » un relèvement de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus et le rétablissement de l’ISF. Et maintenant les enfants vont devoir retourner à l’école pour mieux permettre aux parents de retourner au boulot, alors que les conditions sanitaires ne seront sûrement pas réunies. On veut des masques et des tests d’abord ! Les libertés sont rognées, le contrôle administratif et policier se renforce, et un climat de suspicion et de délation s’instaure, pour mieux nous faire accepter la surveillance généralisée. L’Etat achète en masse des gaz lacrymogènes et des drones, sa manière à lui de préparer l’après...

STOP les mensonges, l’incompétence, la corruption et le mépris de ce gouvernement nous poussent à devoir penser et préparer l’après.

Comment ? 4 points essentiels, pour commencer...

1 - .Rétablir des services publics dignes de ce nom.

Ceux-ci ont été sciemment dégradés sur injonctions des technocrates de l’Union Européenne. De manière générale, la course en avant du monde incarné par Macron et la politique néolibérale Européenne est insupportable. Les infrastructures financées par l’argent public ne doivent pas tomber dans les mains avides des actionnaires qui font « travailler leur argent » tout en dégradant les conditions travail et la qualité de service proposé. Hôpital, poste, services aux publics, autoroutes, aéroports, barrages hydroélectriques, tous ces biens communs doivent le rester ou le redevenir : les pertes publiques et les profits privés. Stop ! Quand tout sera privé, on sera privé de tout ! En particulier s’il y a une urgence, c’est pour l’hôpital public !

2 - .Une meilleure redistribution des richesses, finis les chantages à l’emploi !

Finis les cadeaux fiscaux et les subventions publiques pour des entreprises qui licencient ou délocalisent. CICE, CIR, des milliards accordés aux grosses entreprises qui savent optimiser grâce à leurs cabinets d’avocats conseils, de manière illégitime et sans contrepartie. Stop ! Finis aussi les cadeaux pour l’évasion fiscale : restauration de l’ISF et augmentation de la Flat Tax et de l’Exit Tax ! On sait qu’il y a assez de richesses pour que tout le monde vive dignement si on les partageait équitablement. Cette crise est l’occasion de remettre l’économie au service des populations : rapatriement et nationalisation des entreprises vitales pour notre indépendance économique, augmentation substantielle des salaires et disparition de la précarité, égalité de traitement entre hommes et femmes...

3 - La remise en question de nos modes de vie et de consommation.

Le mythe de la croissance infinie dans un monde aux limites finies, Stop ! La publicité intrusive nous crée sans cesse des besoins artificiels pour relancer la machine. L’obsolescence programmée est un scandale qui crée des gaspillages monstres, et des montagnes d’ordures en l’absence de moyens efficaces de réparation des objets en panne. La qualité d’une vie ne repose pas que sur le confort matériel. On a le temps en ce moment de questionner nos besoins essentiels et de faire le tri. Sauvons ce qui peut encore l’être pour l’avenir de notre planète, le nôtre et celui de nos enfants. Profitons de la crise pour p rivilégier les circuits courts pour revivre sainement au fil des saisons, grâce à nos producteurs locaux soutenu par l’Etat. Soyons consommateurs solidaires et responsables.

4 - Démocratie : Un gouvernement dans lequel le peuple retrouve sa souveraineté.

Cette crise a révélé la défaillance aggravée de notre système politique de gouvernance représentative, qu’on peut se garder désormais de nommer démocratie. Un pouvoir trop centralisé et des politiciens carriéristes en lien beaucoup trop étroits avec les puissances de l’argent, et beaucoup trop éloignée des gens . Stop ! La politique doit redevenir l’affaire de tous et il faut permettre l’implication des citoyens dans les processus de réflexion et de décision. Pour cela, on exige le RIC en toute matière, avec des seuils de déclenchement réalistes, pour demander l’avis au peuple sur les grandes questions d’orientation politique. Pour s’emparer de ces questions, il faudra développer un réseau national d’éducation populaire, et pouvoir sortir du carcan anti-démocratique de l’UE, qui renie notre souveraineté et nous expose aux lobbies sans contre-pouvoir possible.

Nous allons continuer de mettre à profit ces longues semaines de confinement pour affiner nos réflexions et compléter nos revendications.
Nous appelons toutes les personnes qui se sentent concernées par cet appel à se mobiliser, à s’en emparer et à le diffuser auprès de leurs proches et de leurs réseaux.
Le temps des révoltes va revenir, car il faudra se battre pour obtenir ce que l’on souhaite. Nous ne sommes pas en guerre contre un virus, mais contre ce système qui sert l’intérêt des dominants.

Pour l’honneur des travailleurs, et pour un monde meilleur, on sera toujours là !!! Rejoignez-nous et partagez vos réflexions pour l’après, ça commence ici et maintenant !

Des gilets jaunes de l’Isère, et quiconque s’y reconnaîtra...
contact : gj38isere@protonmail.com

Documents associés à l'article :

Derniers articles de la thématique « Anti capitalisme » :

Appel pour une journée de mobilisation féministe le lundi 8 juin 2020

Nos collectifs, assemblées et associations féministes, signataires de l’appel "face à la crise sanitaire, économique et sociale, un plan d’urgence féministe !", pensent qu’il est urgent que le mouvement féministe reprenne la rue. Face à l’ampleur de la crise, aux casses des services publiques et aux...

> Tous les articles "Anti capitalisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org