Tribune collective : « La présence d’Emmanuel Macron à Ouvéa serait un affront »

Alors que les commémorations des 30 ans du massacre d’Ouvéa ont débuté le samedi 22 avril et à l’approche du référendum d’autodétermination, Emmanuel Macron sera en visite officielle en Kanaky du 3 au 5 mai. Dans ce contexte, les organisations et personnalités signataires soutiennent les appels collectifs adressés au président français à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte indépendantiste, nombre d’entre eux ayant été tués par l’armée française. Elles rappellent également que le référendum sur la pleine souveraineté de Kanaky concerne avant tout les Kanak et les descendants des « victimes de l’histoire » [1] et que la puissance coloniale et ses représentants ne doivent pas fausser ce processus.

Le 22 avril 1988 des militants kanak indépendantistes lancent une occupation de la gendarmerie de Fayaoué sur l’île d’Ouvéa. Prévue pour être pacifique, l’action dérape : 4 gendarmes sont tués et 27 pris en otage. Une partie des otages est libérée très rapidement et l’autre maintenue dans la grotte d’Ouvéa. Alors que des négociations sont en cours, le gouvernement français décide dans l’entre-deux tours de la présidentielle de lancer un assaut militaire contre la grotte le 5 mai, au cours duquel 2 militaires et 19 militants indépendantistes sont tués, certains exécutés d’une balle dans la tête. Il est également avéré qu’avant l’assaut, les militaires français ont commis des mauvais traitements sur la population locale de Gossanah (un village à proximité), mais aussi ailleurs, afin d’obtenir des informations et de localiser la grotte [2].

Chaque année les familles des victimes et les habitants d’Ouvéa commémorent cette tragédie du 22 avril au 5 mai, désormais aux côtés des gendarmes de Fayaoué dans une démarche de réconciliation. Le « Comité des 30 ans des événements de Iaai » [3] qui participe à l’organisation des commémorations a fait savoir dès le 16 avril puis à plusieurs reprises que la présence d’Emmanuel Macron sur la tombe des 19 militants tués n’était pas souhaitée le 5 mai et serait considérée comme une « provocation » [4], de même que le « Comité Vérité & Justice », qui juge que ce déplacement « n’est pas acceptable s’il n’est pas accompagné d’un geste dans le sens de la vérité et la justice » [5]. Pourtant à l’heure actuelle la visite officielle à Ouvéa est maintenue. La tragédie d’Ouvéa s’inscrit dans la terrible lignée des crimes coloniaux et néo-coloniaux commis par l’Etat français, qui présentent des similitudes inquiétantes : impunité pour les responsables, vérité soustraite aux victimes, secret défense appliqué aux archives. La présence de la puissance coloniale aux commémorations d’Ouvéa sera vue à juste titre comme un affront et comme la négation de la parole des Kanak habitant sur place.

lire la suite sur : https://survie.org/pays/kanaky-nouvelle-caledonie/article/tribune-collective-la-presence-d-emmanuel-macron-a-ouvea-serait-un-affront

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

Cours d’Histoire de l’Afrique à Lyon au mois de juin !

L’Ecole des Langues Africaines, association de promotion des langues et des cultures africaines, a le plaisir de vous inviter à une session inédite de cours d’Histoire de l’Afrique, dispensés par des doctorantes en Histoire de l’Afrique. Vous trouverez ci-dessous le programme, qui commence dès le 30...

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org