Pas de liberté conditionnelle pour Jacqueline Sauvage

Jacqueline Sauvage, après avoir été victime de plusieurs décennies de violences conjuguales (incluant des violences physiques, psychologiques et sexuelles) et ayant assisté aux mêmes types violences de la part de son mari à l’égard de ses filles, a tué son mari en 2012.
En 2014, alors qu’elle plaide la légitime défense, elle est condamnée à 10 ans de réclusion criminelle car, selon la justice, le fait qu’elle tue son mari n’était pas une "réponse nécesaire, simultannée et proportionnée". Elle fait donc appel de cette décision, mais le même verdict tombe en 2015.
Ses avocates, sa famille, de nombreuses associations qui oeuvrent contre les violences faites aux femmes se mobilisent et finissent par obtenir un rendez-vous avec le président François Hollande le 31 janvier 2016.
Grandes annoncess médiatiques après ce rendez-vous : Jacqueline Sauvage aurait obtenu une grâce présidentielle qui va lui re-donner sa liberté !
En réalité, il s’agit d’une "grâce partielle" qui lui permet de demander tout de suite une libération conditionnelle, c’est-à-dire que le président ne remet pas en cause les décisions de justice, estime que Jacqueline Sauvage est bien coupable de meurtre (et donc n’a pas agi en état de légitime défense selon lui) et redonne à la justice le pouvoir de décider de sa libération ou non...
Résultat : Jacqueline Sauvage a demandé déjà deux fois une libération conditionnelle, qui lui ont été refusées successivement les 12 août et 24 novembre 2016, et reste actuellement toujours enfermée... Cette situation risque de durer encore longtemps (sa libération sans aménagement est prévue pour 2018), malgré les annonces médiatiques du début de l’année 2016 qui ont également permis de donner une image plus que positive de François Hollande
.

Ciel strié de barbelés avec des oiseaux

Derniers articles de la thématique « Féminismes/Genres/Sexualités » :

Le projet de l’arrogance - La Borie [Cévennes]

Pourquoi ce journal ? Pour donner des news, pour s’exprimer, pour montrer que nous sommes toujours là. On s’est senti tellement depassé.e.s par toutes les choses qui arrivent en ce moment à La Borie. C’est incroyable ce qui se passe tous les jours. Puis on rencontre des personnes qui demandent tout...

La décroissance, ce journal que nous n’achèterons pas

Le journal "La décroissance, journal de la joie de vivre" édité à Lyon, lié à l’association Casseurs de pub, se veut un journal critique de la consommation, prônant une société de partage et de sobriété. Mais ce partage ne se veut pas avec tout le monde. Cela fait de nombreuses années que ce journal...

> Tous les articles "Féminismes/Genres/Sexualités"

Derniers articles de la thématique « Justice / Police / Médias » :

UGACAB, c’est mal parti !

Dans le cadre de la semaine contre la répression du 10 au 16 septembre, la tambrouille vous convie à une journée festive sur le campus le jeudi 12/09. Au programme : une cantine, des stands, des ateliers, une fanfare, un concert et une chouette ambiance ! On vous attend nombreux.ses à partir...

> Tous les articles "Justice / Police / Médias"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org