Liberté d’expression du Peuple Kanak bâillonnée : 42h de garde à vue pour des militant.e.s indépendantistes

Un vent de censure a soufflé lors de la venue d’Emmanuel Macron, ce vendredi 4 mai 2018, dans le quartier de Pierre Lenquette, à Nouméa, capitale de la Kanaky (colonialement appelée Nouvelle-Calédonie).

Bien loin des quartiers aisés et européanisés du sud de la ville, ce quartier est le reflet de l’apartheid social et colonial où la dure réalité de la vie quotidienne des Kanak est omniprésente : discrimination à l’emploi, difficulté à se loger, vie chère, emploi local non respecté. Les maires successifs de la droite coloniale ne se sont jamais souciés d’améliorer les infrastructures environnantes des logements sociaux du quartier de Pierre Lenquette, sauf en ce jour de la venue d’Emmanuel Macron pour lequel il vient découvrir la zone pilote de la police de sécurité au quotidien : quartier nettoyé, maison de quartier repeinte, tags effacés, débroussaillage, élagage.
Tout y est pour que la communication de Macron y soit resplendissante.
La colère de la population contre sa venue doit rester dans l’ombre. L’Histoire tachée de sang depuis la prise illégale de possession du pays par la France en 1853 ainsi que le désir d’indépendance à moins de six mois du référendum sont censurés : sacs fouillés, banderoles saisies, snipers aux derniers étages des bâtiments sociaux. La tension est palpable de la part des policiers, du service d’ordre et des RG présents.

Interpellations musclées
Des militants indépendantistes et nationalistes se sont vus dans l’obligation d’ouvrir leurs sacs et ont été saisis de leurs banderoles sur lesquelles où pouvaient y lire : « France, Paye ta dette coloniale ! » ou encore « Ici, c’est Kanaky », « Etat français assassin » ; « France = Voleur, restitution des 83% des terres volées ».
Lors du passage de Macron au commissariat pour le plan de promotion de la police de sécurité, une militante indépendantiste se fait violemment embarquer en sortant sa banderole qui reprend la phrase du président français lors de son discours à Alger : « La colonisation est un crime contre l’humanité ». Trois autres militants indépendantistes sont neutralisés et menottés et placés en garde à vue.
Gardes à vue
Trois d’entre eux sont libérés après 22h00 et la quatrième après 42h00 de garde à vue suite à ses propos envers le président de la République française : « Etat français assassin... Macron assassin... Kanaky Libre ».
Etrangement, au moment de sa comparution devant le procureur après 23h de cellule, l’avocate commis d’office n’apparaît plus. La militante sort après 42h avec un rappel à la loi pour outrage à l’état français et au président de la République Emmanuel Macron avec aucune suite judiciaire à condition qu’elle ne commette pas une autre infraction dans un délai de 6 ans. La peine serait alors de 6 mois à 1 an de prison ferme.
Emmanuel Macron a donné le ton médiatiquement pendant son séjour dans sa lointaine colonie où le maintien de la France est le meilleur chemin pour la population en continuant d’occulter les revendications de liberté, d’indépendance, de souveraineté du Peuple Autochtone Kanak qui n’a jamais cessé de résister depuis le début de la colonisation

Kanaky, le 7 mai 2018
Une militante emprisonnée

source parti travailliste Kanaky

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

Cours d’Histoire de l’Afrique à Lyon au mois de juin !

L’Ecole des Langues Africaines, association de promotion des langues et des cultures africaines, a le plaisir de vous inviter à une session inédite de cours d’Histoire de l’Afrique, dispensés par des doctorantes en Histoire de l’Afrique. Vous trouverez ci-dessous le programme, qui commence dès le 30...

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org