Ça soulève du lourd

LAGWIYANN LÉVÉ LÉVÉ ! SOUTIEN INCONDITIONNEL DU FUIQP !

Les causes de ce mécontentement populaire, sont aussi nombreuses qu’évidentes :

*le retard structurel de la qualité et du nombre de routes, d’écoles, hôpitaux, tribunaux pour le plus grand « département » français
*la discontinuité territoriale pour l’accès à l’eau et à l’électricité en particulier pour les communes de l’intérieur
*la violence endémique parmi une jeunesse abandonnée à elle-même avec un taux de chômage en Guyane qui dépasse les 22%
*le mépris pour les communautés bushinengués et amérindiennes qui vivent dans une précarité extrême dûe au pillage de leurs ressources et à l’absence de pouvoir décisionnel sur leurs propres terres

L’UTG (Union des Travailleurs Guyanais) déclara une grève générale dès le 27 mars. Le 28 mars plus de 40 000 Guyanais-e-s sont sortis défiler dans les rues du pays au cri de « Nou Gon Ké Sa », ras-le-bol, afin de faire décoller leur pays et non plus les seuls intérêts européens liés à la fusée Ariane : par leur conviction et force, elles et ils ont forcé la venue de ministres les dédaignant jusqu’alors, et ce, sans attendre leurs élus locaux.

Au FUIQP, nous refusons la lecture xénophobe de Marine Le Pen qui fait du migrant brésilien, haïtien ou surinamais les ennemis de la Guyane : les colons blancs français arrivés au 17è siècle sont les premiers « migrants » de Guyane et les responsables de la paupérisation des autres communautés. Les peuples bushinengués et amérindiens, eux, n’ont jamais choisi les frontières coloniales françaises, hollandaises et portugaises qui divisent leurs peuples et territoires sur chaque rive de façon aussi absurde qu’administrativement pénalisante.

Nous refusons aussi la lecture universaliste ras-des-pâquerettes du candidat de gauche Mélenchon qui déclare que « la Guyane, c’est la France » et que la « France doit rester indivisible » : c’est nier la violence coloniale qui lie la Guyane à la France, le particularisme de la Guyane en territoire sud-américain amazonien et littoral, qui souffre toujours de l’absence de réparations économiques dûes aux descendant-e-s d’esclaves africain-e-s, de l’absence de la ratification par la France de la convention 169 de l’O.I.T. relative aux peuples autochtones et plus généralement de la nécessaire sortie de la dépendance économique envers la métropole qui pille or, bois voire bientôt pétrole, pratique un brain-drain dévastateur, envoie des fusées hors de prix depuis un territoire où beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté…

Au FUIQP, nous :

refusons toute récupération de la lutte historique des Guyanais-e-s à des fins électoralistes
soutenons inconditionnellement le cahier de revendications exprimées par le collectif « Pou Lagwiyann Dékolé » qui réunit toutes le revendications des collectifs mobilisés et des peuples autochtones (http://nougonkesa.fr/)
dénonçons la seule réponse sécuritaire du gouvernement face à la détresse sociale, sanitaire, économique, environnementale, agricole et politique guyanaise et les effets d’annonce des ministres Fekl et Bareigts déconnectés des revendications
appuyons à la suite du collectif « Pou Lagwiyann Dékolé » la révision du statut de la Guyane ; sa départementalisation, on le voit toujours plus, ne permet qu’une gestion impériale paternaliste depuis Paris, impropre pour les Guyanais-e-s de bâtir par eux-mêmes et elles-mêmes un avenir local meilleur, avec ou sans la France
appuyons la poursuite de la lutte jusqu’à obtention de toutes les revendications, le refus de tout décollage de fusée entre temps et le soutien à toutes les mobilisations du peuple guyanais en lutte au pays et en métropole.

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

Mobilisation et pétition contre l’expulsion de M. Barry !!

Venu rendre visite à des ami.e.s vivant dans un bâtiment vide depuis quelques jours, M. Barry s’est fait arrêté le 31 mai dernier par la police venue pour expulser par la force ses occupant.e.s. Alors qu’elle libérait les autres personnes, la police a isolé M. Barry, prétextant qu’il était « spécial »....

Gens d’ici et d’en face

Festival théâtral d’une semaine du 30 mai au 5 juin, dans les rues de Grenoble et l’espace public, sur le thèmes des migrations, du racisme. Gratuit. Tout public.

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

Les enfants volés de l’ïle de la Réunion

Projection / Débat avec Valérie Andanson De 1963 à 1982, au moins 2 150 enfants réunionnais « abandonnés ou non » et immatriculés de force par les autorités françaises à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales, furent déplacés par les autorités dans le but de repeupler les...

De retour du Kurdistan

Samedi 10 juin : présentation et projection sur les luttes et la répression au Bakur (Kurdistan du Nord-Ouest, Turquie), avec des militant.e.s de retour du Kurdistan. Au Local autogéré à partir de 15h.

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org