« Ecoute-moi bien, sale arabe. Tu prends ta voiture et tu vas te faire enculer ailleurs »

La crise sanitaire, Houssam la vit intensément. Le jeune homme de 25 ans est informaticien à Santé Publique France, l’agence nationale de santé publique. Alors, en ce moment, c’est évidemment la course. « Il fallait répondre présent, explique modestement le natif de Nancy. Parce que si les ordinateurs ne marchent pas, mes collègues ne peuvent pas bosser. »

Il doit s’occuper non seulement du parc informatique des bureaux de l’agence, qui se situent à Saint-Maurice dans le Val-de-Marne, mais aussi de tous ceux qui travaillent maintenant depuis leur domicile. Par son travail, il participe à la lutte contre l’épidémie, puisque l’informatique fait partie intégrante de la recherche scientifique, comme de toutes les tâches qui l’entourent.

« C’est un plaisir de contribuer, mais en même temps on fait partie des gens qui gens qui ne peuvent pas télétravailler donc il y a une vraie inquiétude », reconnaît-il. Le jeune homme passe ses journées à sillonner la région parisienne pour régler des problèmes techniques en tout genre. Ce n’est surement pas ce à quoi il s’attendait en postulant pour un poste d’informaticien, mais l’urgence sanitaire l’a jeté en plein dedans. Il a un laisser-passer officiel qui explique qu’il peut être amené à se déplacer 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

En tout cas, en théorie… Jeudi 19 mars, quelques jours à peine après le début du confinement, il rentre chez lui en voiture à Aulnay-sous-Bois, où il habite depuis un an et demi. Comme ses collègues, il a non seulement pris son laisser-passer mais aussi imprimé, par précaution, une attestation dérogatoire sur laquelle il a coché la case « travail ».

« C’est parce que t’es con »

Quand il rentre, il est tard, presque minuit, et Houssam vient de finir sa journée. « J’arrive dans ma rue, je trouve une place, je me gare, se souvient-il. A ce moment-là, je n’ai même pas le temps de couper le contact que je vois une voiture de police qui arrive sur ma gauche. Ils mettent un coup de klaxon et ils se garent au même niveau que moi. Je baisse ma fenêtre. »

Jusque-là, rien de particulièrement anormal, estime-t-il. Les policiers doivent contrôler qui est dehors, c’est le jeu. Le premier policier ouvre le bal de façon plutôt directe : « Bonsoir, y a rien qui vous dérange ? » Ils sont trois, deux hommes et une femme, la quarantaine. Quelque chose qui le dérange ? Non, il ne voit pas trop.

Houssam sort son laisser-passer, le tend au policier… qui le lui jette presque à la figure. C’est une dérogation permanente, qui doit être valable pour toute la durée de l’épidémie. Alors il y a la date à laquelle il a été fait, mais c’est tout parce que, forcément, personne ne sait quand ça finira.

« Il est où l’autre papier ? », poursuit l’agent. Le jeune informaticien sort l’attestation, qu’il a pris soin de remplir. Problème : un détail manque, son année de naissance. Il a mis le jour et le mois mais a oublié de mettre son année de naissance complète. « C’est parce que t’es con », entend-il, éberlué, de la part du policier.
Depuis qu’il s’est installé à Aulnay, Houssam en a vu d’autres

Houssam l’assure : il n’a jamais eu le moindre ennui avec la police mais, depuis qu’il a déménagé en banlieue, il est témoin de situations douteuses. « Des problèmes desquels on ne parle pas, des petites insultes, énumère-t-il. Parfois, les provocations viennent des jeunes, parfois, elles viennent des policiers. »

Et parfois, elles amènent à des dérives graves. Il se souvient avoir entendu des fonctionnaires lancer des « sale noir », « casse-toi », « connard » ou encore « toi aussi, t’en veux une dans le cul ? », en référence aux violences subies par Théo, un jeune de la ville, en février 2017.

Il a vite compris que ce genre de choses étaient récurrentes dans le quartier, mais comme il n’est pas « H24 dehors » ça ne l’avait jamais tellement concerné. Et puis il aime bien le quartier, avec ses habitants installés depuis des décennies et d’autres fraîchement arrivés. Il y a beaucoup de mixité sociale et il trouve qu’entre eux les gens s’entendent plutôt bien – ça « aide les mamies à porter leurs sacs », par exemple.

A ce moment-là, Houssam pense à tout cela, à toutes ces histoires de contrôle qui finissent mal… « Parfois, ça reste des intimidations et parfois, il y en a un qui franchit la ligne et là, ça peut partir très vite en cacahuète. » Comment ça, il est con ? Houssam prend sur lui et demande simplement pourquoi ils lui parlent comme ça, pourquoi ils font en sorte que le contrôle se passe mal.

Pour toute réponse, le policier prend l’attestation en photo avec son téléphone et lui annonce qu’il recevra une amende de 135 euros. Selon Houssam, le motif invoqué est simple : depuis le temps qu’ils discutent, il est maintenant 00h10 et la date mentionnée est donc celle de la veille. « Pour le moment je gardais mon calme et je me disais que de toute façon j’allais la contester, que mon employeur allait m’aider. Y’avait pas mort d’homme. »

Il essaye seulement de les convaincre que c’est de la mauvaise foi.

– Ce sera tout pour moi, bonne soirée à vous vous pouvez circuler.

– Mais je n’ai pas à circuler, je rentre chez moi !

– Je vous garantis vous que allez bouger d’ici !

Il est garé en bas de chez lui, il n’y a pas d’autres places puisque, leurs propriétaires étant confinés chez eux, toutes les voitures sont parquées. Sans oublier que la voiture de police lui barre la route. Il faudrait faire toute une manoeuvre pour sortir de la place, et puis, zut, « c’est débile de toute façon », se dit-il.

« Si, si, insiste l’agent. Tu vas aller te faire enculer ailleurs, moi j’ai tout mon temps. » Là Houssam commence à s’inquiéter. En effet les vidéos de contrôles qui tournent mal sont devenues virales sur les réseaux sociaux, il ne sait plus comment réagir. Il n’y a pas de passants, pas de témoins, pas de caméra de surveillance…

« Verbalisé pour avoir sorti son téléphone… alors qu’il était garé »

Ça dure un moment, il prend son téléphone, pour trouver une solution ou se donner une contenance. « Au bout de dix minutes, il toque à ma fenêtre et me dit ‘Monsieur, il vous reste cinq points sur votre permis.’ » Houssam s’étonne, il pense en avoir beaucoup plus. L’agent lui explique : il a consulté son téléphone au volant et il a refusé une priorité.

« Mais qu’est-ce que vous racontez ? Je suis stationné ! J’ai le droit d’être sur mon téléphone ! » Le policier lui répond : « Ce sera votre parole contre la nôtre, de toutes façons ». A ce moment, une autre voiture passe à proximité et les policiers décident de la contrôler. Houssam en profite pour cogiter, remonter sa fenêtre et prendre en photo la plaque d’immatriculation de la voiture de police.

C’est là que le troisième policier, qui n’était pas intervenu jusque-là, fait demi-tour et lui lance : « Ecoute-moi bien, sale arabe. Maintenant, tu prends ta voiture et tu vas te faire enculer ailleurs. Sinon on va t’embarquer. » L’embarquer pourquoi, se risque-t-il à demander ? « T’inquiète pas ! Quand on veut embarquer quelqu’un, on trouve toujours l’inspiration. ».

Avec le recul, Houssam se demande ce qui serait arrivé s’il avait voulu se défendre. Il se serait fait frapper, se dit-il. Comment ça pouvait arriver en France, ça ? C’est la première fois qu’il se fait traiter de sale arabe, se dit-il, sidéré, en partant. « Ce n’est même pas l’insulte raciste qui m’a le plus touché, assure-t-il. C’est le fait de me dire qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent, ils peuvent dire ce qu’ils veulent et ça va aller dans leur sens. C’était une prise de conscience. »

De retour au travail, Houssam a raconté cette mésaventure. Heureusement, se félicite-t-il, « toute (sa) hiérarchie (lui) a accordé son soutien. » Il a déjà déposé une plainte mais désormais, il veut que les gens sachent.

Coline BEGUET

Illustration : Coline BEGUET

Derniers articles de la thématique « Quartiers Populaires » :

> Tous les articles "Quartiers Populaires"

Derniers articles de la thématique « Justice / Police » :

> Tous les articles "Justice / Police"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org