CP : Violences contre les militantes féministes de La Barbe lors d’un colloque pro colonial à l’Ecole militaire le 26/11/2016

La Barbe-groupe d’action féministe·28 novembre 2016

En prévision des discours et attitudes racistes et sexistes qui s’y manifesteraient, et des 12 hommes sur 13 intervenants, quatre activistes du collectif féministe La Barbe sont intervenues au colloque “Bigeard et l’Indochine”, organisé par la Fondation Général Bigeard à l’Ecole militaire le samedi 26 novembre, sous le patronage du Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Elles en ont été sorties par les participants d’une manière ultra violente. Récit.
La 206ème action de La Barbe a pour origine l’intervention d’un militant lors d’une réunion publique organisée par des collectifs anti racisme. Il disait son choc et sa colère de voir se tenir un colloque sur « Bigeard et l’Indochine » à l’Ecole Militaire. En soutien à cette colère, et après une rapide vérification, qui, sans surprise, dénombrait 12 hommes sur 13 interventions, La Barbe a décidé de se rendre à ce colloque. Pour avoir assisté avant d’intervenir sur scène à quelques échanges à la tribune et dans le public, les activistes de La Barbe peuvent témoigner des propos sexistes et racistes confirmant le programme du colloque : “Nos voisins étaient ainsi occupés à comparer « qui des Viets et des Thaïs étaient les plus barbares », les personnes en tribune se remémoraient comment il avait fallu « casser du Viet », et « nettoyer le Delta ». Ou encore comment « les points d’appuis des français portaient tous des prénoms féminins. On disait alors que c’était les prénoms de la maîtresse du Général de la Croix de Castries. Sont tombés Béatrice, Gabrielle puis enfin Anne-Marie ». D’autres propos en tribune précisaient aussi « des ’bataillons français’, je mets cela entre guillemets car il y avait beaucoup de Nord Africains et de Sénégalais ». Il était aussi beaucoup question de la guerre d’Algérie pour expliquer que « la guerre d’Indochine n’était pas aussi populaire et était contestée par ’Le lobby’. Le ’lobby intellectuel’. ’Les maoïstes’ ». Après avoir écouté ces propos, les activistes ont revêtu leurs barbes pour monter sur scène et lire leur tract (voir lien du site ci-dessous). Elles souhaitaient en particulier pointer la parfaite concordance et la future désignation de François Fillon qui, il y a peu, déclarait que « la colonisation c’était le partage des cultures », et félicitait Bigeard qui en 1976 expliquait au sujet d’Arlette Laguiller qu’il faudrait « la marier avec un second maître ou un para, et on en entendrait plus parler ». Les activistes ont à peine eu le temps de lire deux lignes de leur tract. Elles ont fait face à l’envahissement de la scène par de nombreux hommes avec insignes et décorations militaires qui les ont empoignées extrêmement violemment par les bras, les jambes, les cheveux, cognées, menacées de jeter dans les escaliers. Le tout accompagné d’insultes. Elles ont gardé de ces interventions des touffes de cheveux en moins, bleus et coupures.
Le service de sécurité a ensuite empêché les activistes de quitter l’Ecole militaire, en refusant de leur rendre leurs papiers, et appelé la police, précisant aux barbues « si vous portez plainte cela se retournera contre vous ». Vive l’impunité, vive la Barbe !
Pour plus d’informations et lire le tract de l’action : http://labarbelabarbe.org/Colloque-Fondation-General-Bigeard-26-11-2016

Derniers articles de la thématique « Féminismes/Genres/Sexualités » :

> Tous les articles "Féminismes/Genres/Sexualités"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org