Publier

Aperçu des luttes actuelles en Grèce - 2022 Episode 1 - janvier


Articles tirés d’Indymedia Athènes :

Quelques mots sur l’attaque du professeur A.Drako

de : anarchistes

le : 21.02.2022

Article initial

Aux temps que nous vivons, nous nous retrouvons pris·es au piège d’une régularité spectaculaire, imposante mais en même temps fragile, la régularité des "aristos" et de leurs esclaves. Assis derrière leurs sièges, avec de larges sourires et des comptes bancaires sur-gonflés, les "excellents" sont le rêve de tous les petits bourgeois. Mais même s’ils organisent cette image de manière communicative, la pourriture et la puanteur omniprésentes qui les régissent débordent de partout, déchirant l’espace ou ils se tiennent et respirent.

Cette image s’accompagne généralement d’un statut social élevé et peut-être d’une position de haut rang dans le firmament académique, artistique ou politique. Sans oublier le cas du violeur en série, pédophile et impliqué dans des structures d’hébergement d’enfants réfugiés mineurs, D. Lignadis, acteur "accompli" aux yeux de la fragile société grecque, dont les contacts politiques étaient et sont si forts qu’il a été nommé président du Théâtre national. Un autre exemple brillant d‘"excellence et d’éthique" est Nikos Georgiadis, député et secrétaire à la planification politique de ND. En 2016, cette ordure a été retrouvée impliquée dans un circuit pédophile en Moldavie. Nous nous excusons si les noms ci-dessus vous ont dégoûté, mais il y a une suite et c’est le professeur agrégé de gestion financière de l’Université d’économie et de commerce d’Athènes, Anastasios Drakos.

Le mardi 22/01/11, nous avons envahi l’auditorium A de l’Université d’Économie et de commerce d’Athènes, lors d’une leçon donnée par A. Drako. Sa proscription, l’écriture de slogans sur les murs de l’amphithéâtre et la violence physique que nous lui avons infligée ont été nos principaux moyens de mettre en lumière une question enfouie autour de solides connaissances.

Deux plaintes a son encontre a ont été rendues publiques. Drakos ayant pour élément commun ses habitudes pédophiles. Plus précisément, la première plainte provient d’un ancien partenaire de A. Drako - également professeur à l’AUEB - avec lequel il coexiste dans une affaire d’usure, et il est indiqué que A.Drako a été pris en flagrant délit en train d’avoir des relations sexuelles avec des enfants mineurs dans leur société commune en Roumanie en 2016. Quant à la deuxième plainte qui a été rendue publique en 2019 - également par deux collègues professeurs de l’Université qui ne sont pas liés à l’affaire susmentionnée, - indique que lors d’une réunion au sein de l’école, A. Drako a fait connaître ses relations amicales étroites avec le pédophile N. Georgiadis, a admis qu’ils partageaient les mêmes tendances pédophiles et n’a pas hésité à montrer son pénis. Tout cela en continuant à enseigner sans être perturbé quatre ans de plus.

Bien que les plaintes soient de nature publique et en même temps aient été envoyées sous forme de lettres et à l’amiable aux bureaux des ministres et recteurs compétents dès 2019, en octobre 2019, A.Drako a été placé par décision du ministre de l’Environnement et de l’énergie de l’époque, Kostis Hatzidakis en tant que membre du Fond vert. Comme si cela ne suffisait pas, en novembre 2019, il a été placé en tant que membre du Conseil de sept membres du Centre d’Études de sécurité par décision du ministre de la Protection du citoyen de l’époque, Michalis Chrysochoidis. Après notre action, comme on pouvait s’y attendre, ses proches confédérés se hâtèrent de le défendre. L’un des premiers a été Dimitris Bourantonis, recteur de l’OPA, qui, par une annonce du rectorat quelques jours après l’attaque, a déclaré que le professeur pédophile est et restera membre de la communauté universitaire. En outre, il a déclaré ignorer l’existence de toute plainte de nature sexuelle envers la personne du professeur, oubliant semble-t-il la lettre qui lui a été envoyée en mars 2021, laquelle évoque des soupçons concernant l’implication d’A.Drako dans un circuit de pédophilie, ainsi qu’ignorant complètement les 2 plaintes déposées par un total de trois professeurs enseignant dans son université. Une tentative triste et pathétique de rejeter la responsabilité d’un scandale dans lequel lui aussi est partie prenante. Niki Kerameos, actuelle ministre de l’Éducation et des Affaires religieuses et députée de ND, bien qu’elle ait reçu la même lettre que D. Bourantoni et qu’elle soit pleinement consciente des faits, a choisi dans ses déclarations d’omettre le fait de l’activité d’un violeur d’enfants dans la zone universitaire. Elle a utilisé cette action comme une autre occasion pour soutenir la campagne répressive dans les universités et a clarifié l’attitude de solidarité envers A. Drako. La même lettre a également été reçue par le bureau du procureur de la Cour suprême ainsi que par le manoir Maximos. Il convient de mentionner la réponse immédiate de SYRIZA car il a été l’un des premiers à condamner notre action, il a donc été l’un des premiers à être informé des actions de A. Drako, puisqu’une lettre a été envoyée dès 2019 au ministre de l’Éducation de l’époque K. Gavroglou. Cette question était largement connue dans toute la gamme de "l’excellence" qui, tout au long de cette période, a contribué à faire capoté l’affaire et au maintien du nom et de la carrière académique de A. Drako. En raison de cet appel, nous avons choisi de mener l’action dans un auditorium rempli d’étudiant·es, sachant que nous pourrions ainsi diffuser le plus possible la question en l’exposant à la fois aux fonctionnaires et aux mécanismes de l’État qui, de toute façon, tenteront de couvrir des secrets communs à ceux qui menacent leur image "sans faille". Dans une dernière tentative d’être enterré par les médias du régime et A. Drako, les motifs de l’attaque contre lui ont été présentés comme des conflits personnels, ce qui implique qu’il s’agissait d’un coup de type mafieux dirigé par un tiers. C’est absurde, car notre caractère anarchiste tout au long de l’intervention était distinct et notre discours très spécifique.

Le cas d’A. Drako n’est pas un exemple isolé. Ce n’est pas non plus une question d’incompétence ou d’indifférence des personnes impliquées, mais c’est ainsi que le système et ses ramifications fonctionnent au fil du temps. De tels sujets existent dans notre vie quotidienne sous diverses formes, des sujets qui, profitant du pouvoir qui leur est donné, oppriment la vie des autres pour satisfaire leurs désirs personnels, ayant l’illusion qu’ils ne seront jamais confrontés à aucune conséquence. Nous avons choisi de "briser" cette illusion en rappelant à nos exploiteurs qu’aucune position et aucun statut social ne vous rend invulnérable. Nous refusons l’asservissement et construisons des barrières à la mise en œuvre de la normalité qu’ils veulent nous imposer.

DE TELLES ORDURES N’ONT LEUR PLACE DANS AUCUN DOMAINE SOCIAL

LUTTE ANARCHISTE PERPÉTUELLE CONTRE TOUT POUVOIR

Anarchistes

Revendication de responsabilité - ICI CE N’EST PAS UN MUSÉE, ICI NOUS VIVONS !

De : AnarchistEs

Le : 21/01/2022

Article initial

Vous l’aurez compris, dans les bus, dans les rues, dans les magasins, les caméras surveillent et enregistrent chacun de nos pas. L’industrie des réseaux sociaux nous a habitué à la présence de caméras dans les événements, les manifestations et dans notre vie quotidienne (sur les lieux de travail, les écoles, etc.) avec pour résultat la diminution de notre résistances face à celles-ci. Il semble qu’il n’y ait pas d’autre moyen et cela ne nous laisse aucune marge de manœuvre.

L’État installe des caméras pour protéger ses infrastructures, enregistrer les manifestations et surveiller ses citoyens. De l’autre côté, les petits bourgeois les utilisent pour protéger leurs biens sacrés tandis que leur matériel visuel est toujours mis à la disposition des flics et sert d’élément incriminant dans les procès. Sous prétexte que ce système de surveillance et de contrôle créera une plus grande sécurité, il protège le système de domination.

Les caméras n’ont jamais empêché un "crime", ni "protégé" quelqu’un. L’objectif de la surveillance est de créer le sentiment que chacun de nos pas est suivi, chaque publication sur les réseaux sociaux est enregistrée et profilée avec des données qui peuvent être utilisées contre nous.

Ensuite, nous commençons à réfléchir à deux fois, où nous allons, ce que nous disons, à qui nous parlons et ce que nous faisons. Cette obéissance de précaution relève de la répression et de l’autocensure. Lorsque nous ne sommes pas anonymes, nous n’agissons pas ou ne parlons pas comme nous le voudrions, mais selon ce qui est socialement acceptable.

La gentrification est également liée à l’expansion de la surveillance.

La gentrification est un processus violent qui dépend de l’État et de ses bravos. La police s’engouffre dans les maisons pour poursuivre les personnes qui ne peuvent plus payer leur loyer et nettoie les quartiers des squats et des résistances en leur sein. Quoi qu’il en coûte, l’État est toujours là pour défendre les intérêts des grandes entreprises et des startups, qui voient les quartiers comme des projets d’investissement.

Dans chaque parc, place ou espace public, ielles voient une "perspective inexploitée" pour faire du profit.

Ielles prévoient pour les projets d’investissement cités ci-dessus, des cafés prout-prout pour répondre aux besoins du capital. En même temps, ielles essaient de nous vendre cette situation comme un développement et une amélioration de notre qualité de vie.

Nous savons cependant qu’en raison de ce processus, les résident·es se sont noyé·es sous le fardeau de l’augmentation des loyers et ont été déplacé·es du centre d’Athènes, là où ielles n’ont ni expériences, ni amitiés et de relations sociales.

Les grandes entreprises telles que AirBNB surveillent nos quartiers depuis longtemps et en raison de la répression croissante et de la résistance déclinante, elles deviennent plus fortes et plus agressives.

Ielles croient qu’il est temps pour elleux de s’emparer de notre espace de vie. Nous assistons à ce développement dans toutes les grandes villes d’Europe et nous savons qu’ielles ne s’arrêteront pas devant notre lieu de prédilection, mais continueront jusqu’à ce que le dernier espace de chaque quartier soit commercialisé, jusqu’à ce que toutes nos relations sociales soient soumises à la dictature, jusqu’à ce que le dernier mur soit débarrassé des slogans, ielles demandent le QR code dans les cafés et attendent que nous partions dès que l’apéro est fini, pour que le prochain client puisse prendre notre place. Cette situation ne laisse que des déserts capitalistes auxquels nous sommes confronté·es aujourd’hui dans la plupart des centres-villes. Cela ne vaut plus la peine d’y vivre car après trois jours il n’y a rien de nouveau à découvrir. Mais de toute façon, peu importe, puisque le séjour moyen d’un touriste en Europe n’est que de 2,5 jours. Des journées passées à acheter des choses inutiles et hors de prix et de la bouffe industrielle "locale". Pendant ce temps, les locaux et la classe ouvrière multinationale occupent des emplois misérables dans le secteur du tourisme, espérant économiser suffisamment d’argent pour vivre dans les métropoles ou pour voyager une ou deux fois par an dans un endroit qui n’est pas différent du leur.

En même temps, on voit des mouvements de résistance à travers le monde lutter contre l’exploitation des quartiers. Ils ne réussissent peut-être pas toujours totalement, mais ils contribuent certainement à leur manière à ralentir le processus, tout en renforçant la solidarité entre les personnes en lutte. Les réunions de quartier sont un moyen de prendre le contrôle de nos vies et de lutter contre la gentrification. Toutes les formes de lutte doivent avoir leur place et leur "légitimité" puisqu’elles fonctionnent mieux en combinaison. Notre force est la connaissance de nos quartiers et notre spontanéité est ce qu’ielles ne pourront jamais contrôler. Nous pouvons choisir l’heure et le lieu de nos attaques et peu importe le nombre de caméras et de flics qu’ielles installent, nous trouverons toujours nos propres façons de nous déplacer. Nous faisons un premier pas et pour encourager d’autres personnes à faire de même, nous assumons la responsabilité de trois attaques à Exarcheia, toutes très proches de la présence des flics. Nous voulons montrer qu’il est possible et facile de saboter la rénovation et la surveillance en cours, quelle que soit la contamination de la zone par les forces répressives. Emmenez simplement vos ami·es et sortez des fauteuils confortables des magasins pendant une demi-heure. Il y a assez de cibles pour nous tous·tes.

SI NOUS NE RÉSISTONS PAS DANS TOUS LES QUARTIERS, NOS VILLES DEVIENDRONT DES PRISONS MODERNES.

Cibles :

Anexartisias & Escaliers

Charilaou Trikoupi - 76 Athens Way Apartment

Charilaou Trikoupi 95

KOMOTINI : La solidarité est notre arme, force aux camarades arrêté·es

De : Utopia A.D (lieu anarchiste universitaire)

Le : 17/01/2022

Article initial

FAIRE DE LA SOLIDARITÉ NOTRE VÉRITABLE ARME, PAS SEULEMENT UN SLOGAN

Malheureusement, une autre année a commencé sous l’égide de l’État attaquant et supprimant les structures du milieu anarchiste, poursuivant ainsi la dictature de la ND (Nouvelle Démocratie) et la guerre qu’elle a déclarée contre tout ce qui n’est pas conforme à leur programme fasciste.

Cette fois, c’est le Steki Biologiko (squat de la fac de Bio) qui est dans l’oeil du viseur de la répression. Un lieu qui, depuis 34 ans, a été un point de référence pour le milieu anarchiste non seulement de Thessalonique mais de toute la Grèce. D’innombrables assemblées, événements, débats, concerts et toutes sortes d’activités cinématographiques s’y sont déroulé·es, en faisant un lieu vivant de questionnement sur l’État et le capital. Son évacuation et sa démolition nous coûteront cher, mais nous ferons tout ce que nous pourrons pour coûter 10 fois plus cher à l’État et à ses sbires.

Dans cette opération, le rôle des médias a également été important, puisque les reportages ont été tirés des communiqués de presse de la police grecque et du bureau de propagande du dictateur. Leurs rapports ridicules sur les découvertes présumées visent à créer une image criminelle du Steki Biologiko, tout en ouvrant également la voie vers la suppression du squat de la fac de Chimie.

Tout comme le lieu anarchiste Utopia A.D avait été évacué lorsque les portes des écoles étaient fermées pendant les vacances de Noël (27/12/2019), le Steki Biologiko a été évacué le 31/12/2021. Comme notre évacuation, l’évacuation du Steki Biologiko s’est faite sur ordre des autorités rectorales.

Comme pour notre lieu, dans la première phase, ils ont tout démonté, laissant l’endroit tel quel, en bordel, et quand ils ont réalisé que nous le reprendrions, ils ont abattu le mur qui nous séparait de l’amphithéâtre, sous prétexte qu’ils comptaient en faire un foyer, de même que le Steki Biologiko après en avoir d’abord démoli une partie, lorsqu’il a été repris, l’autorité du recteur avec l’aide de la police l’a démoli complètement, cette fois-ci sous prétexte qu’il est destiné à devenir un foyer/bibliothèque.

Notre première réponse réflexive a été d’occuper un autre espace jusqu’à ce que nous retrouvions et reconstruisions notre espace naturel. Presque de la même manière, les camarades de Thessalonique ont occupé un nouvel espace dans la fac de Chimie, car leur ancien lieu ne pouvait plus être reconstruit.

A l’aube du 12/01/2022, le rectorat de l’AUTH (université de Thessalonique) a de nouveau envoyé des MAT (CRS) et des agents de sécurité pour évacuer la nouvelle occupation. Après la résistance des camarades, des grenades éclair et des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour finalement réaliser l’évacuation, tandis que les ordures complexées de la police ont brisé les fenêtres du bâtiment ainsi que les murs avec leurs masses. Il semble que la nouvelle et la plus correcte des manière d’utiliser les installations universitaires se fasse avec l’utilisation correcte de produits chimiques, de flash flash et de masses.

Les universités ont toujours été des lieux de développement d’idées et de mouvements, c’est exactement ce que vise la répression, afin de les affiner comme un rouage de l’appareil d’État. Il est plus important pour l’État et ses citoyen·nes respectueux·ses des lois d’éradiquer toute voix radicale, alors même qu’un professeur de l’ASSOE (université d’économie d’Athènes) accusé de détournement de fonds publics et de pédophilie continue d’enseigner sans être dérangé, bénéficiant même de la bénédiction du gouvernement.
L’État est un mécanisme impitoyable qui sert des intérêts spécifiques, plus vite nous le réaliserons, plus vite nous pourrons lutter pour sa destruction. Que la reproduction du récit étatique et de la guerre au sein de l’espace anarchiste s’arrête et que chacun et chaque collectif se battent de la manière qu’il juge juste. Puisque nous ne pouvons pas nous mettre d’accord, que personne ne gêne personne. La répression vient à la fin pour tout le monde, même s’ils sont « gentils et ne dérangent personne ». Il faut harceler, harceler la société confortablement installée dans sa misère et la machine étatique, sinon il y a quelque chose qu’on ne fait pas bien ; il faut reconnaître qui est l’ennemi avant qu’il ne soit trop tard ; il faut faire de la solidarité notre véritable arme, pas un simple slogan.

De notre côté, en tant que lieu anarchiste Utopia A.D, nous avons toujours été solidaires des squats et, bien sûr, nous restons solidaires, loin du sectarisme, de la mesquinerie et de la micro-politique qui ne servent qu’à l’État et ses sbires. Les squats sont le sable dans les engrenages de la machinerie étatique, continuons ainsi jusqu’à sa destruction totale.

Enfin, nous voulons envoyer un signal de force et de solidarité aux camarades qui ont été arrêté·es le 15/01 à Thessalonique lors d’une marche en solidarité avec le Steki Biologiko. Ils essaient de nous enterrer mais ils ont oublié que nous étions une graine.

SOLIDARITÉ AVEC LE STEKI BIOLOGIKO

SOLIDARITÉ AUX CAMARADES DE LA FAC DE CHIMIE ARRÊTÉ·ES

SOLIDARITÉ AUX ARRÊTÉ·ES D’ASOEE

TANT QU’IL Y AURA DES UNIVERSITÉS, IL Y AURA DES SQUATS

Lieu anarchiste Utopia A.D.

PS : Le 14/01 nous étions à Kavala pour soutenir le rassemblement que les camarades appelaient en solidarité avec le Steki Biologiko.

De Strefi à Filopappou défendons les espaces libres

rassemblement dans les bureaux de PRODEA

- Vendredi 21 janvier – 18h

de : Assemblée Ouverte Des Résidents De Petralona – Thissio-Koukaki

le : 18.01.2022

Article initial

De Strefi à Philopappou luttes pour la défense des espaces libres. Les espaces publics ne sont pas une marchandise.

Nous soutenons le rassemblement dans les bureaux de PRODEA (Chrysospiliotissis 9 & Aiolou) le vendredi 21 janvier, à 18h.

Le 21 janvier, cela fait un an que la municipalité d’Athènes a annoncé l’octroi à l’agent immobilier PRODEA Investments de l’étude et du projet de réaménagement de la colline de Strefi.

Une année de fonctionnement de l’Assemblée ouverte pour la défense de la colline de Strefi, une année de lutte pour la défense de l’espace libre et public et contre les politiques de gentrification d’Exarcheia. Avec les mêmes armes, nous continuons.

La colline de Philopappou ne sera pas privatisée, pas commercialisée, pas clôturée. Elle restera ouverte, vivante et gratuite.

Philopappou est une zone libre de 700 acres au cœur d’Athènes. C’est un espace au caractère multidimensionnel, c’est un site archéologique déclaré, mais surtout cela a toujours été un espace libre avec un écosystème important, une promenade et une zone de loisirs. Cet espace public libre a été revendiqué et protégé par les habitant·es avec détermination, lorsque la Société d’Unification des Sites Archéologiques d’Athènes (EAHA SA), le Ministère de la Culture et la municipalité d’Athènes, au moment des Jeux Olympiques, ont voulu la clôturer avec des balustrades, imposer un billet d’entrée, ouvrir des routes et la commercialiser avec des expositions de sculptures en plein air, des théâtres de type Lycabette (autre colline d’Athènes), des rafraîchissements et des magasins.

Les habitant·es, en novembre 2002, ont développé un mouvement diversifié et de masse pour défendre la colline. Grâce à des assemblées populaires, des marches, des manifestations, des ateliers, des plantations d’arbres, des remises en question pratiques des interventions destructrices, ielles ont réussi à ce qu’elle reste accessible 24 heures sur 24 sans clôtures et autres types d’exploitation commerciale. Ielles ont empêché la destruction des pavés de Lubardiaris par le passage des voitures, empêché grâce à leur alerte quotidienne et à leurs patrouilles sur la colline - en août 2003 - sa destruction totale par 17 incendies criminels. Ielles ont empêché des parties de Philopappou d’être vendues à la Bourse d’Athènes par l’intermédiaire des propriétés touristiques grecques (ETA SA) anciennement EOT, telles que le théâtre Dora Stratou, la buvette Loubardiaris et le restaurant Dionysos. Ielles ont revendiqué et continuent de revendiquer sa protection contre les incendies, le soin et l’irrigation des arbres et des plantes, le respect de sa biodiversité et le libre accès pour toutes et tous. Ielles ont empêché sa clôture et sa stérilisation ainsi que des plans pour l’exploiter comme une autre source de profit pour les capitalistes. En 2017, il y a eu un autre grand combat impliquant l’affaire "Dionysos", où 13 acres de la Colline allaient être ingérés par le HRADF puis vendus. Alors que dans le même temps, la société privée "DASYC A.E. - Société Anonyme industrielle artisanale de conseil en défense technique commerciale" a tenté sans succès de s’emparer du petit parc de la rue Orlov dans la zone de Philopappou.

En septembre 2018, les dirigeants des médias, en étroite collaboration avec le Service archéologique, sous prétexte de crime et pour “notre sécurité” proposent de mettre en œuvre tous les plans que le mouvement des résident·es a empêché depuis 2002. Avec l’appui de police et la chancellerie, ils essaient à nouveau d’exclure les habitant·es, de stériliser la colline et de la commercialiser. En novembre 2018, le Service archéologique et le Ministère de la Culture tentent d’ériger une clôture à l’intérieur de la colline et de fermer la Pnyx. Dès le premier instant, les habitant·es entravent la tentative de clôture par tous les moyens, tandis qu’une série de mouvements ont lieu (assemblées populaires, injonctions, rassemblements protestataires, sabotage des clôtures et des avant-postes, plantation d’arbres) pour contrecarrer leurs plans. Montrant clairement que la seule qui sera faite sur la colline est qu’il n’y aura pas de clôture.

Début mars 2020, la création de la « S.A Jardin National et Verte Métropolitaine » est votée, qui fonctionnera selon les règles d’une société privée, gérera Philopappou et le Jardin National, sera payée pour ses services par la municipalité d’Athènes et tirera des revenus de la location des espaces qu’elle gérera. Il est clair pour nous tous·tes qu’il s’agit d’une autre tentative de privatisation et de commercialisation des deux espaces. Une fois de plus, des tentatives sont faites pour privatiser la colline de Filopappou. Cette fois, le relais est pris par le ministère de l’Intérieur avec la municipalité d’Athènes. Les garde-corps, l’entrée contrôlée avec un billet, les boutiques touristiques, les cafés, les événements commerciaux dans les locaux sont juste au coin de la rue.

Le dimanche 15 mars 2020, une assemblée populaire de masse se tient qui parle sur tous les tons de défendre la colline par tous les moyens. Depuis mai 2020, L’Assemblée Ouverte des résident·es de Petralona-Thissio-Koukaki mène constamment des interventions dans nos quartiers et avec d’autres résident·es des zones autour de la colline, il y a périodiquement des visites à Filopappou, la collecte des ordures, des discussions avec des personnes qui marchent ou grimpent sur la colline, dans le but de faire comprendre que le soin des espaces libres est aussi leur affaire. Car nous avons non seulement le droit d’accéder à la colline, mais aussi une grande obligation de la préserver et de la défendre. Nous devons la protéger, prendre soin d’elle et la garder propre.

Au cœur d’Athènes, pour les souverains, La Colline est un joli filon d’exploitation. Dans les quartiers qui l’entourent, le tourisme augmente et La Colline est vue comme une attraction touristique attrayante. Apostolou Pavlou et Dionysiou Areopagitou sont les rues piétonnes trapézoïdale les plus fréquentées, la vitrine touristique d’Athènes. Alors que des plans sont constamment élaborés pour la vente de petit bout de Philopappou. Les espaces publics ont été et continuent d’être un domaine où les plans de l’État et des entrepreneurs se heurtent aux besoins et désirs de la société. La même chose se produit avec Philopappou comme avec Konistra, le marché coréen, le Ruf, mais aussi avec les espaces publics de toute la ville.

À partir de septembre 2019, la gestion du parc Tritsi passe du ministère de l’Environnement à la compétence de la région de l’Attique. Le gouverneur de district C. Patoulis, connu pour des affaires liées à des pots-de-vin et à des affectations directes, recommande le nouvel organe de direction, nommant lui-même 5 de ses 7 membres au total. Gestion du parc signifie partition, clôture, commercialisation, bénéfices monétaires, contrôle et exclusions sociales. Ce qui inclut le ciblage de l’occupation d’Agros dans le parc Tritsi, qui depuis 12 ans est un remblai constant contre le pillage du parc, qui a, pour prendre un exemple récent, empêcher la création d’une station biologique - havouza dans sa partie sud, et qui s’oppose également à l’installation de dizaines de caméras de surveillance en son sein.

Les plans du ministère vont dans le même sens. Développement Rural, l’IGE (Institut des Sciences Agricoles), la commune de Maroussi et la région de l’Attique concernant la Forêt de Syggrou. A partir de septembre 2020, ils ont annoncé sa transformation en domaine commercial, avec des partenariats public-privé.

Le 18 janvier 2021, la municipalité d’Athènes a voté l’octroi de la colline de Strefi à une grande société immobilière nommée Prodea Investments dans le cadre du programme de privatisation "adoptez votre ville". Prodea est une société immobilière qui est à l’avant-garde de la transformation de nos quartiers en stations touristiques, intensément impliquer avec airbnb. L’imposition d’une intense présence policière dans le quartier d’Exarcheia a été immédiatement suivie de « l’exploitation » en faveur des intérêts des hommes d’affaires, qui ont décidé de créer des cafés, des clôtures complètes et d’installer des caméras à l’intérieur de la colline sous prétexte de s’en occuper. La société en coopération avec la municipalité d’Athènes effectuera un "réaménagement" de la colline de Strefi, afin bien sûr de son exploitation commerciale, de son profit et de sa transformation en un chantier privé pour les riches clients de la société.

À la mi-novembre 2021, le ministère de la Culture et la municipalité d’Athènes ont annoncé qu’ils procédaient à la mise en œuvre de leurs plans de commercialisation et de privatisation de la colline de Filopappou. Leurs plans comprennent un contrôle accru, des affectations de projets à des entreprises privées, un placement de sécurité, l’installation d’un réseau d’éclairage intensif à grande échelle qui fonctionnera de manière destructrice pour l’habitat, la séparation du travail de Pikionis avec une maintenance sélective. Même les projets qui sont des demandes constantes du mouvement pour la protection de la colline, tels que l’irrigation et la protection contre les incendies, ne seront pas mis en œuvre avec soin, mais sur la base de la maximisation des bénéfices de l’industrie du tourisme.

De tout ce qui précède, il est clair pour nous tous·tes que les espaces publics sont assiégés. Les plans d’affaires, tant publics que privés, favorisent la dévaluation la première année et la deuxième année leur contrôle, privatisation, bétonisation et commercialisation. Philopappou, le Jardin national et aucun espace public n’est une marchandise, c’est une oasis dans l’atmosphère étouffante de la ville de béton, comme on a pu mieux s’en rendre compte au milieu d’une pandémie et d’un confinement. Nous devons défendre le caractère public et le libre accès pour nous tous·tes aux collines, parcs et places et y opposer la gestion collective pour en prendre soin et les protéger.

Tout comme hier, ainsi aujourd’hui et demain et sous tout régime d’urgence imposé nous défendons la colline de Filopappou, la colline de Strefi et tous les espaces libres et refusons leur privatisation, leur commercialisation et leur clôture.

Assemblée Ouverte Des Résident·es De Petralona - Thissio-Koukaki

Tous les dimanches 18h00 Assemblée dans l’occupation d’ex Pikpa, Timodimos et Antoniadou, Ano Petralona – askpthk.espivblogs.net

Derniers articles de la thématique « Quartiers Populaires » :

Resto Malap

Bienvenue au Resto Malap ! Il s’agit d’un repas congolais en soutien à des personnes sans papiers. L’évènement a lieu à partir de 19h à la Malaprise (30 rue Marbeuf à Grenoble) et il est mixte. Appelle au 0749876554 le jour même entre 14h et 16h pour réserver. Avec l’arrivée de l’été il y a de plus...

> Tous les articles "Quartiers Populaires"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précarité » :

Parlons-en : Femmes et précarité

Parlons-en : femmes et précarité Mercredi 11 mai 2022, de 10h à midi au Lîeu des habitant-e-s de la rue et de la ville 17 rue Abbé Grégoire, Grenoble (Tram Saint Bruno) Femmes en galère, pauvres, mal logées ou à la rue... Mon genre est-il un frein pour l’accès à mes droits ? Les...

Resto Malap le 30 avril

Bienvenue au Resto Malap ! Il s’agit d’un repas congolais en soutien à des personnes sans papiers. L’évènement a lieu à partir de 19h à la Malaprise (30 rue Marbeuf à Grenoble) et il est mixte. Appelle au 0749876554 le jour même entre 14h et 16h pour réserver. La météo devrait normalement nous...

> Tous les articles "Travail / Précarité"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org