Publier

8 mars - journée internationale des femmes- paroles du front en Ukraine

Le 8 mars. Un jour qui symbolise la liberté, un jour qui donne envie de se battre, un jour où les voix des féministes peuvent être entendues par des millions de manifestant.e.s marchant sur le chemin de l’égalité.

Mais le chemin des femmes ukrainiennes a changé du tout au tout le 24 février 2022. Le début de la guerre en Ukraine est devenu un tournant existentiel dans la vie de millions de personnes. Une réalité paisible et sûre a brûlé dans les flammes des roquettes russes, a été écrasée par des chars marqués "Z", a été tuée avec les civils de Boutcha...

Des milliers de femmes ont décidé de résister à l’agression venue de l’Est. Elles ont rejoint les forces armées de l’Ukraine pour défendre leurs foyers, leurs familles, leurs ami.e.s, celleux qu’elles aiment, la liberté et l’indépendance du peuple. Notre initiative soutient huit femmes ou combattant.e.s non-binaires qui, il y a 2 ans, ont marché pour l’égalité en Ukraine et dans le monde, et qui aujourd’hui défendent l’Ukraine au prix d’efforts incroyables.

Chacun.e d’entre elleux est un.e héro.ïne, chacun.e a une histoire incroyable, on se demande parfois combien de courage, de force, d’inspiration il y a dans une seule personne, chacun.e d’entre elleux a sacrifié quelque chose, chacun.e d’entre elleux a perdu quelqu’un.

Ici, nous avons recueilli la parole de certain.e.s de nos camarades :

1)

Nous, les femmes en ce jour devons croire dans nos cœur que nous ne marchons pas en tant qu’individus mais toustes ensemble dans une lutte que toutes les femmes et les personnes LGBTQI+ supportent partout dans le monde, dans chaque pays, chaque maison, chaque rue et chaque tranchée. La même oppression sous toutes ses formes : de la violence verbale, de la violence physique qui tentent de nous priver de notre dignité ou de nous rendre faibles. Mais nous ne sommes pas faibles ! Nous sommes fort.e.s ! Tout au long de l’histoire, les femmes ont prouvé, au prix de leur vie, qu’elles ne seront pas oubliées et que leurs vies ne seront pas réduites au silence ou ignorées.

En ce jour, nous nous souvenons de toustes celleux qui nous ont précédé.e.s, qui se sont battu.e.s et sont mort.e.s pour que nos voix soient entendues. Et qui continuent à le faire dans les batailles dans les champs de tournesols gelés de l’Ukraine ou dans la chaleur torride et la roche dure du Kurdistan.
Leurs mémoires et celles de tant d’autres servent d’exemple pour nous toustes ! Les courageux.ses tombé.e.s au combat ! Leurs vies continueront toujours à avoir un sens parce que nous, les vivant.e.s, refusons de les oublier !
Parce que les femmes ne plient pas et ne cèdent pas face à la cruauté de ce monde ! Nous allons de l’avant ensemble ! Nous crions ensemble ! Nous aimons et nous rageons ensemble !
Alors en ce jour, faisons en sorte de marcher ENSEMBLE.♡

Avec l’amour et la rage d’une femme médecin de combat en Ukraine,
lev

2)

Journée de lutte... Depuis plus d’un an en Ukraine, chaque jour est un jour de lutte. Un jour de lutte contre l’ennemi et l’occupant, la peur et le désespoir au ventre, un jour de lutte pour l’espoir. Pour moi, le 8 mars a perdu un peu de sa signification. Toute lutte est avant tout celle d’un peuple. J’écris ce texte et j’imagine si la commémoration du 8 mars était organisée maintenant. Par qui ? Pour qui ? Une rue vide, des maisons brisées, le vent, le son des sirènes, des tirs de roquettes. 24 février 2022. La plupart sont parti.e.s, le reste se bat ou se porte volontaire. Et chacune porte sa propre histoire traumatique. La guerre est effrayante... la guerre n’est pas romantique, c’est la mort, c’est le destin ruiné de millions de personnes, la guerre c’est le syndrome de stress post-traumatique, c’est quelque chose qui laissera une empreinte pour la vie, et beaucoup n’y survivront pas. Je demande ici une minute de silence à la mémoire des camarades tombé.e.s au combat.

Celleux qui sont en guerre maintenant ont besoin de soutien beaucoup plus qu’iels ne le disent. Même plus qu’iels ne le disent dans les médias ou ailleurs. Iels ont besoin d’armes, iels ont besoin d’équipements, de drones, d’ailes, de caméras thermiques, de médicaments et bien plus encore. Je vous invite à évaluer honnêtement et gravement la réalité, nous n’avons pas encore parcouru tout le chemin, qui semble long et sacrément épineux. Je vous demande de soutenir les femmes en guerre en Ukraine (bien sûr, pas seulement les femmes, mais comme nous parlons du 8 mars...), qui ont pris les armes et combattent l’envahisseur, de les soutenir autant que possible. Parce que c’est follement effrayant et difficile, et tout ne peut être surmonté qu’en combinant les efforts, ensemble et sans perdre courage. Et les vacances reviendront après la victoire.

C’est promis.
Swallow

3)

Ce jour a pris de l’importance pour moi l’année dernière. Il se trouve que par hasard, je suis arrivé.e en Ukraine pour combattre le 8 mars.

Je ne l’avais pas prévu. Tout était trop chaotique, tout était trop incertain et le monde semblait devenir fou pour pouvoir donner un sens particulier à n’importe quelle journée. Mais j’aime bien le symbolisme de cette date. Et c’est facile de compter les jours que j’ai déjà passés ici.

La guerre est une chose très étrange. Les pires choses s’y produisent, tout comme les meilleures. Ou, peut-être, je devrais dire qu’on y trouve les meilleures personnes et les pires personnes. Beaucoup des meilleures personnes ici sont des femmes. Des femmes fortes, qui méritent toute l’admiration, mais qui sont généralement très humbles et simples. Très souvent, elles sont beaucoup plus courageuses que les hommes.

Peut-être parce que les femmes ne viennent pas ici pour tuer, mais pour se battre pour sauver des vies. C’est la principale raison pour laquelle il y a tant de femmes médecins. J’en suis une. Ça ne veut pas dire qu’elles se cachent et ne prennent pas de risques. Ces médecins se rendent là où quelqu’un a déjà été blessé ou tué - Elles viennent pour les autres en s’oubliant elles-mêmes. J’ai travaillé avec de nombreuses femmes médecins. Elles n’ont pas peur de se faire tuer. Elles ont seulement peur de faire une erreur et de ne pas être assez professionnelles pour sauver les autres. Elles ont peur d’arriver trop tard.

Nous sommes souvent attaqué.e.s. Nous sommes souvent tué.e.s. Hier encore, j’ai perdu une autre amie et camarade. C’était une toute jeune fille, elle riait beaucoup, elle aimait la vie, elle était belle et brillante dans tous les sens du terme. Et elle a été tuée en essayant d’évacuer les blessés. Il y a beaucoup d’autres personnes que nous avons perdues en chemin. J’espère que lorsque nous rentrerons toustes chez nous, lorsque la guerre sera terminée, l’histoire ne glorifiera pas celleux qui tuent. J’espère que nous nous souviendrons de l’héroïsme de celleux qui sauvent. J’espère que l’on se souviendra de toutes les femmes qui ont tant sacrifié pour mettre fin à cette guerre. Volontaires, médecins, combattantes...

Et aujourd’hui, le 8 mars, j’espère que vous vous souviendrez des femmes les plus fortes qui luttent en ce moment même ici avec moi.

Médecin biélorusse en Ukraine,
Tsen’ (Цень)

4)

Je me souviens qu’en CE1, je fabriquais une carte postale artisanale pour l’offrir à ma mère à l’occasion du 8 mars. Le numéro 8 était dessiné avec des haricots secs collés sur le carton... On n’aurait pas pu inventer quelque chose d’aussi kitsch : c’était ridicule que la journée internationale des droits des femmes soit dévalorisée et déformée en devenant le "Jour du printemps et de la beauté", célébrée par des ribambelles de cartes postales stupides, des coffrets de shampooings, et des fêtes arrosées, tout ça sous le prétexte de porter, une fois par an, les couleurs de « l’équipe des femmes ».

On serait en droit de comprendre une partie de notre société qui demande l’arrêt de la célébration du 8 mars, comme l’un des derniers héritages merdiques de l’Union soviétique. Il serait aussi logique d’abandonner le "jour des garçons" qui est le 23 février, le "jour des filles" étant le 8 mars.

Mais il y a autre chose... Le 8 mars dans le monde, ce n’est pas un jour de printemps et de beauté, mais un jour de lutte pour les droits des femmes. Et c’est toujours d’actualité, étant donné les problèmes auxquels sont confrontées de nombreuses femmes dans le monde et en Ukraine en particulier.

Cela est particulièrement vrai pendant la guerre, car les niveaux de pauvreté, de chômage, de violence et de discrimination ont explosé et les femmes en sont les premières victimes.
Du coup, tant que la lutte pour les droits des femmes est d’actualité, cette journée reste d’actualité.

Maintenant, je suis en guerre. Comme plus de 5 000 autres femmes qui sont en première ligne des opérations de combat et comme les 60 000 femmes qui servent dans les forces armées ukrainiennes, je lutte contre l’agression russe.
Je veux que nous vainquions rapidement cet empire du mal. Après la victoire, le patriarcat restera notre seul ennemi. Mais il sera vaincu.

Mort à l’empire !
Mort au patriarcat !

Chimera

5)

1 an de guerre totale

Bien que cela fasse 9 ans que tout ait commencé avec le massacre de Maidan et la fuite de notre ancien président Ianoukovytch, un sympathisant de la Russie.

Bien sûr, j’ai ressenti l’anxiété grandir en moi et dans notre société ces jours-ci (et c’est toujours le cas). Les Russes sont connu.e.s pour être obsédés par les dates, donc nous nous attendions à une escalade de la terreur exactement un an après leur invasion à grande échelle.

Aussi, nos esprits et nos corps sont en détresse à cause de ce traumatisme répété.

Pour préserver ma santé mentale en ces temps difficiles, j’ai essayé de me concentrer sur le fait que la plupart de mes proches ont SURVECU cette année.

De plus, je me sens maintenant beaucoup plus puissant.e qu’en 2022, parce que je fais partie de la résistance organisée et équipée des forces armées de l’Ukraine.

Donc... Je sais que ce n’est pas la fin, loin de là, et c’est certainement frustrant, car j’espérais que cette merde resterait dans les livres d’histoire et ne se reproduirait plus jamais. Et que quand ce genre de chose arrive, il faudrait l’arrêter immédiatement.

Mais la géopolitique ne fonctionne pas comme ça.

Donc je dois seulement continuer à résister et essayer d’être non pas dure au mal, mais résiliente.

Heureusement, en tant que militant.e des droits de l’homme, ça me connaît.

En plus, grâce à mon expérience personnelle et au soutien de mes adelphes fem/lgbtqi+, je ne me sens jamais seule et j’obtiens les meilleures fournitures militaires et des ptits souvenirs qui font chaud au cœur.

Et en plus, je suis heureuse que la résistance de l’Ukraine contre l’"État russe" terroriste reçoive encore beaucoup d’attention dans le monde entier et que nos réfugié.e.s soient bien pris en charge.
Merci de soutenir l’Ukraine dans notre combat anti-impérialiste !

Zemlynika

6)
J’ai vécu en Allemagne pendant plus de cinq ans. Ces dernières années, j’ai beaucoup appris sur les opinions de la société allemande sur l’histoire de l’Europe de l’Est. Et je n’ai pas aimé ce que j’ai appris. J’ai aimé le fait que des personnes d’origine est-européenne se battent pour que ces opinions changent. Je suis fier.e de vous.

Mes camarades et ami.e.s allemand.e.s proches étaient très inquiet.e.s pour ma vie lorsqu’iels ont appris que j’allais servir le peuple ukrainien, et comme par hasard iels ne se souvenaient plus des slogans sur la lutte et la liberté que nous avions criés ensemble lors de diverses manifestations.

Iels ont essayé de me convaincre que ma décision n’était pas la bonne et que rester en vie était plus important. Je voulais qu’iels commencent à faire des dons pour répondre aux besoins de l’armée ukrainienne, pour signifier leur solidarité, un mot que l’on aime tant utiliser en Europe occidentale. En Allemagne, des manifestations de grande ampleur ont toujours lieu, dans lesquelles on appelle non pas à donner des armes à l’Ukraine, mais à s’asseoir à la table des négociations avec la Russie. Seriez-vous prêt à vous asseoir à la table des négociations avec un violeur qui plaide non coupable ? Pourriez-vous regarder dans les yeux des femmes, des filles et des enfants ukrainiens violé.e.s et leur dire de s’asseoir à la table des négociations et qu’elleux et leurs sœurs n’ont pas besoin d’armes pour se défendre et défendre celleux qui les entourent ? L’Ukraine est une victime qui se défend. Aidez-la comme elle le demande.

kira

Solidarity Collectives
Vous pouvez trouver plus d’infos sur notre groupe et ce que nous faisons :
Pas de repos jusqu’a la mort du dernier dictateur.

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

RUN4PALESTINE

L’association de Souly organise un cross en soutien aux enfants de Gaza de Deir El-balah au parc bachelard le 29/06/2024 à partir de 11H.

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Derniers articles de la thématique « Féminismes / Genres / Sexualités » :

Présentation du nouveau numéro de la revue Z !

À l’occasion de la sortie de son dernier n° “Seine-Saint-Denis : Faire corps face aux Jeux”, l’équipe de la revue Z traverse un bout de la rhône-alpie, aux côtés de la grandissante mobilisation NOJO contre la tenue des Jeux d’hiver dans les Alpes en 2030.

réunion collectif bi-pan

Cette année on a monté un collectif qui se retrouve régulièrement à Grenoble. C’est un espace dans lequel on se retrouve entre personnes bi, pan et en questionnement, pour parler de nos vécus et leur redonner du sens politique, nommer la biphobie pour la contrer, créer des rencontres qui nous...

> Tous les articles "Féminismes / Genres / Sexualités"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org