Publier

Lettre au président

Cher président,

J’ai appris aujourd’hui par la presse que tu avais très envie de m’« emmerder ». Que tu parles ce langage ne m’étonne pas car tu avais déjà à maintes reprises manifesté ton arrogance. C’est je crois un trait saillant des personnes de ta classe.

De mon côté, je ne représente pas les personnes non vaccinées, et encore moins les « anti-vax », mais je me sens quand même visé par ton envie pressante car je ne suis pas vacciné. Cela ne me dérange pas que tu ne me considères pas comme un bon citoyen, car non seulement je ne suis pas vacciné comme visiblement tu le souhaites très fort, mais il y a aussi tout un tas d’autres valeurs que je ne partage pas avec toi. Le travail, l’argent par exemple, ou encore l’innovation technologique pour prétendre résoudre le désastre que l’innovation technologique a engendré. Je trouve cela aussi un peu amusant que tu penses que je suis gêné par le fait que tu m’empêches d’aller manger au restaurant ou de me divertir au cinéma. Visiblement tu ne me connais pas très bien. Ou plutôt si, et comme tu sais que je ne suis pas gêné par tout ça, tu penses que ce serait plus efficace de me faire, publiquement, porter le chapeau pour les morts du coronavirus. Là tu marques un point. C’est précisément pour cela que je me permets de te répondre, et un peu plus poliment que toi comme tu vois.

D’ailleurs, même si je voulais moi aussi t’embêter très fort, je ne le pourrai pas. On ne peut pas t’atteindre, tu es très fort là tu es. Bon c’est vrai qu’en décembre 2018 tu as quand même eu très peur par chez toi, vu que ça brûlait de partout. Heureusement tu sais te défendre, et pas seulement avec des mots méprisants, mais aussi en éborgnant les gens ou en leur arrachant des mains. En plus c’est vrai que tu es président, les gens ont voté pour toi. Même moi d’ailleurs, car à cette époque je pensais que le fascisme c’était juste les gens étiquetés d’extrême-droite, tu vois le genre. Je sais c’est con. Bon maintenant je t’avoue que j’ai les idées plus claire au sujet du fascisme. C’est vrai que coller tous les problèmes et toute sa haine sur le dos d’une partie des citoyens, on le retrouve bien chez les gens qui sont officiellement d’extrême-droite – ce que tu n’es pas, note. En plus les gens officiellement d’extrême-droite font une petite fixation sur la couleur de peau ou bien l’origine ethnique. Toi c’est plutôt les désargentés et les chômeurs que tu n’aimes pas, et puis les non-vaccinés aussi apparemment. Enfin bref, je ne vois plus trop la différence entre les gens officiellement d’extrême-droite et toi. Ce qui fait que, si c’était à refaire, je n’aurais pas voté pour toi la dernière fois, maintenant que je sais que tu es fasciste toi aussi, même si c’est pas encore très officiel.

J’ai aussi écouté tes acolytes qui disent que ton langage méprisant n’est rien au regard de toute la colère qu’une partie des gens ont envers une autre partie des gens. Je dois dire que je pense qu’ils se font plus bêtes qu’ils ne le sont, et leur sottise, même si elle s’exprime poliment, traduit le mépris que vous avez envers les gens. Un peu plus et vous nous feriez le coup du « dire tout haut ce que les gens pensent tout bas ». Alors c’est ça, le monde se diviserait en deux, les bons français et les mauvais ?

Revenons quand même à ton insulte, au fait que je ne sois pas vacciné. C’est si passionnant, et si essentiel n’est-ce pas. Parce que tu as acheté en mon nom un vaccin qui ne protège pas de la contagion, tu voudrais que je le prenne pour… quoi exactement ? Pour te faire plaisir ? Pour faire comme tout le monde ? Par politesse ? C’est vrai que depuis deux ans, des gestes nouveaux se sont installés dans notre quotidien, qui sont du ressort de la politesse, du respect d’autrui, comme le fait de garder ses distances ou de porter un masque. Si tu me donnais la preuve que ce vaccin était cette forme de politesse-là, d’empêcher que je refile un virus tueur à d’autres personnes, alors je l’aurais pris, ton vaccin. Mais voilà dès l’été, on savait que le vaccin que t’avais acheté n’empêchait pas de contaminer les autres. Comme je suis en bonne santé (je n’ai pas été malade depuis un bon moment), je me suis dis que c’était pas trop la peine d’avoir ton vaccin. Voilà, tu vois c’est pas compliqué, je ne suis pas spécialement méchant avec des mauvaises intentions. Alors oui, tu vas me dire, et si jamais je me retrouvais à l’hôpital à l’agonie, tout en n’étant pas vacciné, cela ne voudrait-il pas dire que je suis un mauvais citoyen, à consommer indûment un service public alors que j’aurais pu l’éviter ? Tu as raison ! Ça m’est arrivé d’être bien malade, et quand je regardais en arrière, je trouvais que j’aurais pu prendre mieux soin de moi. Mais jamais, je ne me suis senti coupable de consommer un service public dans ces situations. Je sais pas comment t’expliquer ça mais ce truc de soins gratuits pour tous est quand même là pour nous tirer de la panade, même quand c’est un peu de notre faute des fois.

Dès fois, je me dis juste que, comme t’as tout dépensé l’argent pour nous acheter plein de vaccins, t’as pas pu mettre assez d’argent dans les autres choses, et ça t’énerve de voir que les gens ont besoin des autres choses aussi (comme des gens qui soignent d’autres gens et qui s’occupent bien d’eux, ou bien des médicaments pour soigner les gens malades, vaccinés ou pas) et pas seulement de tes vaccins qui sont bien. Je te comprends. Tu as fait des mauvais choix, en notre nom mais en décidant tout seul, et là tu te retrouves avec plein de gens qui ne te suivent pas. A mon avis, tu devrais reconnaître tes erreurs, ce qui te permettrait de sortir la tête haute de tout ça.

Mais là tu n’en es plus là, et c’est vrai que c’est à devenir dingue : tu mets en place ton pass policier pour obliger les gens qui veulent manger au restaurant à se faire vacciner, tu obliges les gens qui s’occupent d’autres gens à se faire vacciner. Résultat six mois après : presque tout le monde est vacciné. Et pourtant, le coronavirus s’en fiche, il se balade de plus ne plus vite dans nos corps. Et c’est chiant. Un gosse le choppe, on ferme la classe. La nounou le choppe, faut rester à la maison. Pas moyen de bosser tranquille. Ton explication à cette chienlit ? Eh bien, il y a encore des gens qui sont pas vaccinés. Mmh.

Je sais pas comment t’expliquer sans te froisser. Et j’ai quand même envie de te féliciter. Tu pourrais te dire que tout ces gens vaccinés, c’est un beau succès car on partait d’assez bas question envie de se faire vacciner. Avec ton pass policier, t’as réussi à renverser la vapeur. En plus tu te retrouves avec un bel outil de contrôle social que tu pourras réutiliser plus tard. Faut dire qu’à cause que tu veux rien faire contre la pollution de notre environnement, on est pleins, mais pleins, à être tout le temps plus ou moins malades. Sans trouver la solution à notre niveau, puisqu’on est bien obligé de consommer ce que ton économie produit comme merdes. Enfin bref, je pense qu’avec toi on est au top niveau question vaccinations, et c’est un truc à célébrer je pense.

Juste, maintenant il faut que tu passes à autre chose. Je sais pas moi, tu pourrais t’attaquer à pourquoi est-ce qu’on tout le temps malade comme ça. C’est vrai que c’est sympa que tu nous donnes des vaccins pour pas crever. Mais enfin, tu peux viser mieux. Vivre en bonne santé ce serait quand même beaucoup plus chouette, tu crois pas ? Ça a quand même plus de gueule que lutter contre un virus pendant deux ans sans réussir à le stopper (et qu’est-ce qu’on va retenir de toi plus tard ?). Et puis bon, si tu ne peux pas décrocher avec le coronavirus, peut-être que tu peux voir comment soigner les gens qui en sont malades. Il paraît qu’il y a plein de médicaments utiles. Comme ça, pas besoin de se prendre la tête avec les gens malades qui sont vaccinés ou pas vaccinés, là t’auras plusieurs cordes à ton arc pour sauver des vies. Parce que c’est bien ça que tu veux, non, sauver des vies ?

Avec mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année,

Simple citoyen

le 5 janvier 2022

Derniers articles de la thématique « Anti capitalisme » :

Festival La Petite Échappée « Fini de jouer ?! »

Festival // Vendredi 3 juin (20h) et Samedi 4 juin (9h30-23h30) au Percy // Jeux et ateliers en journée, concerts le soir // prix libre L’Assoce Béchamelle remet le couvert après deux ans de diète involontaire, et on a faim ! Pour ne pas risquer l’indigestion on vous a concocté une P’tite Échappée,...

> Tous les articles "Anti capitalisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org