Publier

Retour d’expérience autour du livre « Comment la police interroge et comment s’en défendre »

Mise à jour du 11/12/2023
La version audio du livre est en ligne  ! Également disponible sur la plupart des plateformes de podcast.
Et dès le printemps 2024, le livre sera à nouveau disponible en librairie, édité par les Éditions du Commun.

En juillet 2022, nous avons auto-édité 2 000 exemplaires du livre « Comment la police interroge et comment s’en défendre » en français. Un an plus tard, notre stock est presque vide et nous arrêtons donc les envois, tout en réfléchissant à une ré-impression. À cette occasion, nous avons souhaité revenir sur l’expérience qu’a été ce projet et transmettre nos réflexions à d’autres.

Le début du projet

L’idée du livre est née d’un constat : plutôt que de se défendre en refusant de faire des déclarations, trop de personnes tombent encore dans les pièges que la police tend au travers des interrogatoires. Les formations anti-répression des milieux anti-autoritaires se contentent souvent de présenter le silence face à la police comme une règle à suivre, sans prendre le temps d’expliquer en profondeur pourquoi le refus de parler est le meilleur bouclier lors d’une confrontation avec la police. Or, suivre une règle sociale sans l’avoir totalement comprise ou se l’être appropriée peut s’avérer difficile quand on affronte la pression que représente un ou plusieurs interrogatoires, accompagnés d’un jour, une semaine, un mois, une année de détention provisoire. Alors, pour pouvoir détailler comment se défendre au mieux et pourquoi, nous avons choisi de commencer par expliquer comment la police apprend à mener des interrogatoires, quelles stratégies existent et comment elles sont utilisées.
L‘écriture

Avant le format « livre », ce contenu a été transmis pendant plusieurs années sous la forme d’ateliers. L’idée d’en faire un livre est venue avec le souhait de diffuser ce contenu plus largement et notamment en dehors de son milieu anarchiste natal. Le processus de rédaction a duré une année et demie et s’est fait en prenant appui sur plusieurs réflexions :

Accessibilité

Dès le début, nous avions une volonté forte de rendre notre contenu le plus accessible possible et ce critère a été un fil rouge dans les différentes étapes du projet :

    1. un texte aéré, augmenté d’exemples concrets, de citations et d’extraits de livres,
    2. une mise en page sobre favorisant l’idée du livre-outil,
    3. un champ lexical explicité, une écriture simple et directe qui ne s’adresse pas uniquement aux initié.é.x.s,
    4. jusqu’à une diffusion à prix libre et une version PDF librement disponible sur le net.
Un processus individuel ET collectif

Écrit par une seule personne, le livre est néanmoins le fruit du travail d’une bonne quinzaine de complices tout au long des différentes étapes : relectures et retours critiques, corrections, traductions, illustrations, mise en page, diffusion.

Une perspective large

Le livre a été écrit avec une perspective anarchiste assumée et transparente, critiquant la police dans son ensemble, en tant qu’institution sociale et gouvernementale. Toutefois, le livre a dès le début été pensé pour toucher des gens en dehors des milieux anarchistes et pour l’amener plus largement vers les différentes catégories sociales ciblées par la police. En cela, il a donc semblé logique de le faire relire par des personnes extérieures à ces milieux, pour en enrichir le contenu avec d’autres regards et des parcours différents.
Pour les relectures une attention a été portée à favoriser une certaine diversité. Des personnes de quatre pays différents l’ont relu, certaines ayant une très bonne connaissance du fonctionnement de la répression, d’autres n’en ayant pas du tout. Certaines personnes se sont concentrées sur un seul aspect spécifique (orthographe, est-ce que le texte est compréhensible par des personnes sans connaissance du système répression, comment se lit-il depuis la perspective d’une personne ayant déjà eu recours à justice, etc…)

Un outil international

Quand on s’intéresse à comment les flics apprennent à mener des interrogatoires, on remarque vite que le contexte juridique importe peu à cette question. C’est aussi pour cette raison que nous avons voulu créer un livre-outil qui fasse sens dans différents pays et contextes juridiques. Ça tombe bien, dans le projet-evasions on adore se situer aux interconnexions entre zones linguistiques et géographiques. Depuis sa publication, nous avons eu des retours positifs sur son utilisation depuis des endroits comme la Turquie, le Maroc, la Serbie, le Danemark et bien plus encore.
Le livre a directement été écrit en français et en allemand. Une version anglaise est en cours d’édition et des traductions vers l’espagnol, l’italien et la darija marocaine sont en cours. D’autres propositions de traductions sont toujours le bienvenues = (evasions(AT)riseup.net)

L’impression

L’impression a été faite par une imprimerie autogérée du coin (mais on ne dévoilera pas de quel coin il s’agit) à 2 000 exemplaires en allemand et 2 000 exemplaires en français.

Le financement

À l’exception du graphisme réalisé par une seule personne, tout le travail autour du livre a été non-rémunéré. Grâce à une opportunité en or (littéralement), l’impression du livre a pu être financée par un fonds de soutien aux projets politiques. Nous avons donc eu la position confortable d’avoir déjà tous les frais remboursés lorsqu’on a commencé la diffusion du livre. C’est aussi cela qui nous a permis de le diffuser à prix libre. Et pour les librairies qui ne souhaitaient pas travailler avec un prix libre, nous vendions le livre au prix coûtant de son impression, soit 4 €, avec la seule demande qu’il ne soit pas revendu à plus de 6 €. Après déduction des frais postaux, les entrées de prix libre constituent donc un bénéfice réinjecté dans les autres initiatives du projet-evasions.

La diffusion

Diffuser un livre sans maison d’édition ni diffuseur constitue un véritable travail de fourmis. Démarcher les librairies, présenter le livre, expliquer pourquoi on souhaite fonctionner à prix libre, expliquer pourquoi on n’a pas de compte bancaire où nous verser l’argent, faire les envois, trouver des punk-post… Tout ça prend énormément de temps.
Environ un tiers des livres en français a été diffusé à travers des librairies (et un musée). Un autre tiers est parti dans des infokiosques, fanzinothèques, tables de presse et groupes antirep. Le dernier tiers est parti soit en commande directe depuis le site web, soit à travers les stands du projet-evasions à l’occasion de différents évènements.

Pour pouvoir le diffuser plus largement (et donc toucher un public le plus large possible) nous avons pourvu le livre d’un numéro ISBN, porte d’entrée vers le « grand public » selon nos croyances. Pourtant, on n’a pas assez creusé cette thématique pour que ce soit réellement utile. Si nous l’avions fait, nous aurions su que la porte d’entrée, c’est surtout de mettre le numéro ISBN sous forme de code-barres sur le livre, ce qu’on n’a pas fait… En plus de ça, nous n’avons finalement jamais pris le temps de l’enregistrer dans la base de données utilisée par la majorité des librairies. En outre, une grande déception a été d’apprendre que très peu de bibliothèques publiques acceptent des livres auto-édités.

N’ayant pour l’instant pas de présence sur les réseaux a-sociaux, nous nous sommes donc « contenté·e·x·s » d’annoncer le lancement à travers les sites camarades du réseau mutu (reseaumutu.info). La suite s’est beaucoup faite par bouche-à-oreille et ce fut au final largement suffisant.

Et maintenant ?

Pour l’instant la version française, c’est fini !
Nous arrêtons ici la diffusion et nous gardons quelques exemplaires de livres en stock pour nos futurs ateliers. La version PDF est, elle, toujours librement disponible. La demande étant toujours là, nous avons d’abord hésité à nous relancer nous-mêmes dans une réimpression et continuer la diffusion en auto-édition, ce qui nous aurait permis de rester proches de notre envie d’indépendance. Mais vu la masse de travail que cela représente, on pense plutôt se tourner vers l’une ou l’autre des excellentes maisons d’édition émanant de l’univers militant (avis aux maisons d’étitions qui nous lisent, n’hésitez pas à prendre contact avec nous). Nous pourrons ainsi, de notre côté, nous concentrer sur la version allemande, les traductions et diffusions dans les autres zones linguistiques, et surtout de nouveaux projets enthousiasmants. On espère aussi atteindre un public encore plus large à travers le réseau de librairies du futur diffuseur, et outiller ainsi plein de personnes pour qu’elles puissent se protéger au mieux dans une situation d’interrogatoire.

Pour finir sur une bonne nouvelle, nous avons le plaisir d’annoncer qu’une version audio du livre, à partir d’une lecture enregistrée, sera bientôt disponible. Plus d’infos suivront sur le site du projet-evasions.

On continue avec intérêt à lire vos propres retours et feedback après lecture du livre. C’est très instructif et motivant.

Prenez-soin de vous et n’oubliez pas que même si les chats pouvaient parler aux flics, ils ne le feraient pas.

Projet-evasions.org

Derniers articles de la thématique « Répression / Justice / Prison » :

Présentation du nouveau numéro de la revue Z !

À l’occasion de la sortie de son dernier n° “Seine-Saint-Denis : Faire corps face aux Jeux”, l’équipe de la revue Z traverse un bout de la rhône-alpie, aux côtés de la grandissante mobilisation NOJO contre la tenue des Jeux d’hiver dans les Alpes en 2030.

> Tous les articles "Répression / Justice / Prison"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org