-->

« Je ne peux pas intervenir parce que je suis blanc-he »

Une soirée militante s’est terminée par un open mic ( un « micro libre » pour ceux et celles qui ont envie sur le moment de venir rapper, poser un texte, etc.). Des paroles sexistes ont émané d’un passage de deux rappeurs pendant cet open mic, heurtant plusieurs personnes dont une camarade lassée de l’accumulation de plusieurs expériences similaires. Celle-ci a d’abord tenté de parler aux rappeurs, mais cela s’est fait en vain. Elle a alors voulu quitter la soirée.
Je suis allée voir les personnes derrière le bar qui m’ont indiqué que deux personnes étaient responsables de l’organisation des concerts de cet événement, une que je ne connaissais pas, et une autre que je connaissais. Je suis donc allée voir cette dernière en lui disant quelque chose du genre : « meuf, on m’a dit que c’est toi qui organise la partie concerts/open mic, et il y a une copine qui est en train de quitter la soirée, énervée jusqu’aux larmes, à cause de certaines paroles craignos et du mur auquel elle s’est confrontée en tentant de parler aux gars qui ont tenu ces propos ». La personne m’a alors répondu d’une manière pas du tout surprise et assez détachée quelque chose comme « heu ouais, mais moi tu vois, je me vois pas aller dire à ces personnes racisées ce qu’il faut dire ou pas, en tant que personne blanche ». Elle ne souhaitait donc ne rien dire et laisser l’open mic continuer sans intervenir.
Je n’ai rien répondu, je crois, parce que je ne savais pas quoi répondre, et de toute manière je venais de voir les deux personnes du bar discuter avec les rappeurs pour soulever les problèmes posés par certaines de leurs paroles, je les ai donc rejointes. Mais après réflexion, je veux réagir à cette phrase et je souhaite que cette réponse soit publique et généralisée afin que d’autres personnes qui se retrouvent dans des situations similaires ne soient pas démunies d’éléments de réponse, et afin de faire réfléchir d’autres personnes.

Une personne s’est donc justifiée auprès de moi de sa décision de ne pas réagir et de ne pas intervenir face à des propos sexistes sous prétexte qu’elle était blanche. L’ironie, c’est que j’entends cela alors que je suis une personne racisée. Je crois que c’est cela qui m’a empêchée de répondre tout de suite : de me dire, ha, si je me mets à sa place, peut-être que oui je la comprends. Mais non, définitivement non, je ne comprends pas cette justification, et je la trouve politiquement grave et oppressive.
Je viens voir une personne membre de l’organisation pour soulever le problème de propos sexistes qui ont notamment heurté une amie à moi, et cette personne me répond sa décision de non-intervention en la justifiant par le fait que cela risque d’établir une situation de domination / d’oppression entre elle et les rappeurs. Cette justification me met directement et fatalement sur les épaules le poids de la nécessité d’intervenir parce que, moi, je ne suis pas blanche (et, qui, plus est, une des rares spectatrices à ne pas l’être). Et oui, qu’est-ce que je peux ressentir quand une amie à moi est énervée jusqu’aux larmes à cause de propos sexistes, que l’organisatrice à laquelle j’en parle dit qu’elle ne veut pas intervenir parce qu’elle est blanche, et que moi, je ne suis pas blanche ?
Cette personne ne voulait sans doute pas oppresser des personnes racisées en tant que personne blanche ce soir-là, c’est une bonne démarche, mais je trouve que par ce discours, une oppression se fait. Cette justification et ce positionnement fait porter aux personnes racisées la responsabilité d’intervenir si d’autres personnes racisées font preuve de propos ou de comportements sexistes/transphobes/homophobes. Et, il y a là, un grand problème.

Cela serait aux personnes racisées, seulement, de devoir intervenir, de prendre du temps et de l’énergie, dans ces situations, parce que les personnes qui font de la merde sont aussi racisées ? N’y a-t-il pas un problème là avec l’oppression raciale auquel conduit ce raisonnement ? Nous, personnes racisées, devons intervenir, même si nous n’avons rien organisé, si d’autres personnes racisées ont des propos incorrects, parce que bon, les personnes blanches, elles, ne peuvent pas le faire parce qu’elles ont peur d’être dans une situation d’oppression vis-à-vis des personnes racisées ? Mais c’est justement mettre les personnes racisées, encore une fois, dans une situation d’oppression que d’avoir une telle position affichée.
C’est oppresser les personnes racisées qui sont présentes en mettant sur leurs épaules le poids du devoir d’intervention. C’est se servir d’un privilège, le privilège blanc, pour justifier une non-intervention. C’est encore profiter de son privilège au final, le reproduire.
C’est également, pour moi, aller dans le sens de l’oppression raciale que de penser que les jeunes rappeurs racisés présents à l’open mic ne peuvent pas avoir une discussion sur le sexisme et qu’ils ne peuvent pas comprendre et accepter des limites posées par les organisatrices et organisateurs concernant des propos sexistes dans certains espaces, dont celui-ci, ou au moins entendre ces limites sans penser qu’ils sont victimes de racisme. Mais il s’agit là d’un autre débat qui nécessiterait plus de temps.
Quoi qu’il en soit, je pense qu’on ne peut pas, sans assumer une reproduction de domination, justifier une absence d’intervention face à une situation d’oppression telle que que celle-ci en tant qu’organisateur ou organisatrice (ou face à une agression en tant qu’individu) par le seul motif qu’on est blanc-he et que cela risque de créer une situation d’oppression raciale : cette justification crée justement une oppression raciale. Je pense aussi que si des personnes organisatrices d’événements ne se pensent réellement pas capables de parler d’un problème à des personnes racisées sans être dominantes et/ou si elles ne souhaitent pas poser des limites à l’expression pendant les concerts ou les open mic, notamment en termes de sexisme, elles devraient afficher publiquement ce positionnement, et ce en amont des événements afin que chacune et chacun sache où ielle va (ou ne va pas du coup).

Pour faire comprendre autrement mon raisonnement et ma position, je vais donner un exemple fictif où le contexte est exactement le même que celui de ce texte : j’intervertis seulement les places de l’oppression raciale et de l’oppression sexiste dans la situation.
Toujours en tant que meuf et racisée, je suis dans un concert, où il y a des paroles racistes dites par des meufs. Un ami à moi, cis et racisé, est en larmes. Je vais voir des gens derrière le bar, on me dit que c’est tel mec, appelons-le Rémi, qui organise le concert. Disons que Rémi est, comme mon ami, cis et racisé. Je vais le voir, je lui dis que là les paroles sont racistes et choquantes et que mon ami est en train de quitter la soirée.
Je trouve que ce mec aurait une réaction similaire à celle à laquelle j’ai fait face, qui poserait aussi un contexte oppressif en faisant porter le poids de la responsabilité d’intervention sur les meufs, et particulièrement dans ce contexte sur moi, précisément parce que je suis une meuf, s’il me répondait sur un ton nonchalant : « ha ouais mais tu vois, c’est des meufs là, et en tant que mecs cis, je me vois pas trop d’aller leur dire quoi que ce soit, ça risque de créer une situation de domination ».
Vraiment, est-ce ok comme comportement et comme justification ? Surtout de la part d’une personne organisatrice ? Je crois que non, et j’espère que l’oppression qui découle de tels discours est claire, ainsi que l’utilisation d’un privilège et d’une position de pseudo allié-e pour se dédouaner d’un travail énergivore que l’on reporte, de fait avec une telle justification, sur les épaules des personnes vis-à-vis desquelles on a un privilège.

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

BAFfe les frontières !

"La coord 38" organise une journée "BAFfe les frontières" à la baf le samedi 2 novembre dès 10h30 et jusqu’au bout de la nuit. La coordination contre les frontières rassemble différentes personnes qui luttent contre les politiques anti­-migratoires et la fermeture des frontières....

« Points de vie »

Expo et discussion sur la situation de personnes vivant avec le VIH puis falafels-party et karaoké

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Féminismes/Genres/Sexualités » :

[Ahwahnee] Projection de Filles du Feu

Elles ont à peine vingt ans et affrontent l’État islamique au Kurdistan syrien. Dans cette région du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, ​le fait qu’elles ​aient pris les armes​ ​aux côtés de leurs frères ​revêt une signification​ extraordinaire. D’ailleurs, nous les connaissons déjà ; leurs...

> Tous les articles "Féminismes/Genres/Sexualités"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org