Publier

Afa Grenoble : appel à rejoindre les manifs du samedi

Pourquoi nous manifestons le samedi

Depuis le 17 juillet, des manifestations contre le pass sanitaire ont lieu à Grenoble. Depuis cet été nous participons à ces manifestations derrière la banderole "contre le pass sanitaire et l’extrême droite, pour les droits sociaux et les services publics".

La gestion de la crise du coronavirus est catastrophique, le gouvernement optant sans surprise pour la répression plutôt que pour la solidarité face à la crise. Le pass sanitaire fait partie de cette logique. Il fait porter aux individus la responsabilité de la situation sanitaire, renforçant un climat malsain de surveillance et de répression généralisée. Les atteintes aux libertés et aux droits (emploi, transports, services publics, activités...) sont graves et le risque existe qu’elles ne s’arrêtent pas, où pas complétement, à la crise sanitaire, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement.

Ces mesures ne nous atteignent pas toutes et tous de la même manière. Les catégories déjà les plus précaires sont les plus atteintes par ces restrictions antisociales : sans emploi, travailleurs et travailleuses pauvres, habitant.e.s des quartiers populaires ou des zones rurales, personnes sans papiers, personnes trans... Cette mesure renforce le capitalisme, le racisme et l’hétéropatriarcat qui nous oppriment chaque jour.

Nous pensons que la crise sanitaire et sociale se combat au contraire par la solidarité : levée des brevets pour un accès égal et transparent aux vaccins dans tous les pays, réquisition de l’industrie pharmaceutique, arrêt de la destruction du service de public de santé et politique de prévention et de soins ambitieuse.

En nous joignant aux manifestations qui ont lieu tous les samedis à Grenoble, nous avons pu constater la présence de plusieurs groupes fascistes. Ils se présentent comme des "citoyens apolitiques défenseurs de la liberté", mais avancent en réalité masqués pour servir leurs intérêts nationalistes, n’hésitant pas à commettre des agressions en pleine manif, comme ce fut le cas le 4 septembre.

Le parti "Les Patriotes", en pleine préparation de la candidature de Florian Philippot aux présidentielles, est présent dans les cortèges sans s’afficher clairement. Le candidat, issu du Rassemblement National, ne cesse de crier "liberté", alors même que son programme est encore plus autoritaire, liberticide et discriminant que celui de Macron.

Civitas, également présent en sous-marin, est un groupuscule ultra nationaliste, raciste, sexiste et LGBTIphobe se revendiquant clairement de l’héritage du Maréchal Pétain et du régime de Vichy. "Contre la dictature sanitaire", mais pour la collaboration avec le nazisme donc...

Des membres d’Égalité et Réconciliation ont été également vus en manifestation. Ce fan club d’Alain Bonnet de Soral se fait passer pour rebelle, mais ne fait que suivre un chef d’entreprise issu de la grande bourgeoisie, se revendiquant "national-socialiste" et violemment raciste (antisémite, mais aussi islamophobe et négrophobe).

Enfin, le collectif local GreLive, né pendant la crise sanitaire, s’associe fréquemment aux 3 groupes précédents, sans surprise quand on a le malheur d’écouter les horreurs de leur leader François-Marie Périer (encore un grand bourgeois). Ce grand amateur de théories du complot et d’antisémitisme est allé jusqu’à se positionner contre les bibliothécaires en grève, pourtant mobilisé.e.s contre le pass sanitaire et pour un accès libre aux bibliothèques.

Rappelons que l’antisémitisme est un poison qui a causé au moins 6 millions de mort.e.s durant le régime nazi. Cette idéologie nauséabonde revient régulièrement en France lors des périodes de crise économique, parfois sous couvert d’"anticapitalisme". Pour nous, la lutte contre le capitalisme doit unir et non diviser. Toute théorie raciste et criminelle ne fait que l’affaiblir et doit être combattue.

La présence du plus grand nombre lors de ces manifestations est donc importante pour 4 motifs :

- Lutter contre les dérives autoritaires et liberticides menées par le gouvernement à travers le pass sanitaire.
- Soutenir les salarié.e.s en lutte contre l’application du pass dans leur secteur : bibliothèque, restaurations, santé, médico-social...
- Exiger la levée des brevets, la réquisition de l’industrie pharmaceutique et des moyens pour le service public de santé.
- Ne pas laisser les groupuscules fascistes profiter de ces manifestations pour se faire passer pour rebelles, alors qu’ils sont encore plus autoritaires que Macron et que leurs théories racistes sèment la violence et la division. Le fascisme fait partie du problème, pas de la solution !

A bas le fascisme, à bas le racisme, à bas l’impérialisme, à bas le patriarcat  !

Action antifasciste Grenoble

Derniers articles de la thématique « Anti racismes » :

Arrivée de la délégation zapatiste à Grenoble

Une délégation de zapatistes et de membres du Congrès National Indigène (CNI) sera à Grenoble du 31 octobre au 4 novembre. Ici vous trouverez : 1. Les dernières infos sur l’arrivée de la délégation à Grenoble 2. Une tribune signée par des collectifs locaux (en...

> Tous les articles "Anti racismes"

Derniers articles de la thématique « Anti colonialisme / Anti impérialisme » :

> Tous les articles "Anti colonialisme / Anti impérialisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org