Présence policière devant le 38 lors de la soirée du 10 novembre

Aux alentours de 17h30, la police installe son dispositif au croisement entre la rue Dalembert et le Cours Berriat. Une fourgonnette de la police nationale est stationnée, son équipage semble se prêter au super jeu des contrôles aux faciès. Qui ? Pourquoi ? On ne le sait pas encore. Certaines personnes passent, d’autres non, de façon plutôt aléatoire. Pendant ce temps, une autre estafette policière se stationne au croisement entre la rue Dalembert et la rue Marx Dormoy, juste en face du restaurant le Saint Christophe. On ne se rend pas bien compte si les contrôles ont lieu là aussi.

Vers 18h-18h30, après l’arrivée de deux autres véhicules de police au croisement Dalembert-Berriat, un groupe d’une douzaine de policiers nationaux, accompagnés d’une personne en civil qui semble elle aussi faire partie de la même équipe, se dirigent vers le lieu. Le Centre Social accueille ce soir là une soirée projection-concert en soutien aux personnes qui traversent les frontières et aux lieux qui les accueillent. Suite aux mésaventures de la semaine précédente au milieu de la fête des morts, les personnes à l’entrée décident de fermer le portail et d’empêcher les policiers de rentrer dans le bâtiment.

A partir de là, les flics se confondent en prétextes et excuses pour justifier leur intervention. Des soutiens affluent dans la rue devant le lieu. Encore une fois, nous réclamons une justification à leur présence, ce qui met pas mal de temps à arriver. Ils menacent de contrôler toutes les personnes qui sont là, et finissent par nous présenter du bout des doigts une ordonnance sur requête d’un procureur qui leur donne le droit de contrôler les rues adjacentes au lieu. Dans l’heure qui suit, le dispositif se lève progressivement et la soirée se déroule comme prévu sans encombre.

Cette nouvelle offensive de la préfecture s’inscrit dans le prolongement de celle de la semaine précédente, et de la fermeture administrative qu’a subi l’engrenage il y a tout juste quelques jours. Devons-nous nous attendre à organiser nos événements sous siège jusqu’aux élections de mars 2020 ?
Il nous apparaît presque inutile de rappeler que nous continuerons nos activités et à faire vivre ce lieu comme nous le faisons depuis déjà maintenant 4 ans.

L’assemblée du 38

Derniers articles de la thématique « Quartiers Populaires » :

Le feuilleton de l’été du 38 !

Dans la saga qui anime le quotidien du centre social Tchoukar, le dernier épisode est sans doute celui qui nous aura le plus fait rire. Après les tentatives d’incendie moins réjouissantes de l’hiver dernier, notre voisine préférée tente un nouveau buzz, en mettant le 38 en location sur le bon coin pour...

> Tous les articles "Quartiers Populaires"

Derniers articles de la thématique « Logement » :

Le projet de l’arrogance - La Borie [Cévennes]

Pourquoi ce journal ? Pour donner des news, pour s’exprimer, pour montrer que nous sommes toujours là. On s’est senti tellement depassé.e.s par toutes les choses qui arrivent en ce moment à La Borie. C’est incroyable ce qui se passe tous les jours. Puis on rencontre des personnes qui demandent tout...

Mise à la rue de jeunes majeurs hébergés au CATALPA

Suite à une décision du financeur, 13 jeunes majeures seront sorties du dispositif d’hébergement et remis à la rue le 31 aout. Cette décision intervient après un nombre croissant d’expulsions et de délivrance d’Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) par la...

> Tous les articles "Logement"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org