Festival Transfo : ou comment à Grenoble on construit les technologies toujours plus propres et plus vertes

Ça vous dit peut-être rien mais à Grenoble du 8 au 15 octobre prochain aura lieu le plus gros festival de la région. Si vous connaissez l’histoire et la spécificité de la cuvette grenobloise vous aurez devinait tout de suite qu’il ne s’agit pas d’un festoche de musique ou d’artisanat mais de promotion des hautes technologies et de l’idéologie croissantiste et capitaliste qui l’accompagne. [1]

La troisième édition de Transfo (https://www.festival-transfo.fr/) aura pour thème l’écologie et la sauvegarde de "la-planète-qui-est-malade-aïe-aïe-aïe-ça-chauffe". Normal, dans une ville gouvernée par un ancien cadre de Hewlett-Packard reconverti à l’écologie, quoi de plus logique de promouvoir et de fusionner deux mouvements a priori antinomique : la protection de la nature et du peu de vie qu’il nous reste avec le mouvement industriel des hautes technologies.
il faut bien que les technocrates et autres startuppers justifient leur méfaits par un supplément de peinture verte et de s’engouffrer dans le marché prometteur des green technologies.


Derrière ce festival se cache deux grosses structures :
Le label national lancé par Fioraso, la "French tech" et sa version local "French Tech in the Alps" qui c’est donner pour mission : "faire de la France un des pays les plus attractifs au monde pour les startups qui veulent se lancer, partir à la conquête des marchés internationaux et bâtir un avenir qui ait du sens. [...]Nous sommes un mouvement collectif, engagé pour le développement et le rayonnement de l’économie du numérique, des nouvelles technologies et de l’innovation sur le sillon alpin." Rien que ça.
Et la grosse boîte d’informatique Hewlett-Packard implantée à Grenoble depuis les années 80.

Repoussé du mois d’avril à octobre à cause du confinement, le festival prévoyait à la base d’inviter tous les éco-tarpins locaux afin de répandrent la bonne parole : Éric Piolle notre cher maire écotech, Aurélien Barrau astrophysicien, porte-parole de la green attitude à la fois décontracté et responsable, ou encore des malfaiteurs comme Mateo Dugand, responsable développement durable à HP, ou des encravaté reverdit d’Orange Lab.
Que du bon.
Vous pourrez venir voir toutes ces idoles lors de conférences aux intitulés alléchants :
"Les écosystèmes & la technologie au service de la planète" organisée par HP ;
"Slow Marketing, Digital Green : Décryptage" organisée par la start-up "Digital Effervescence"
"Transformation digitale et IA, au service de notre planète" organisée par Atos, une grosse multinationale de l’IA et des "smart grid" implanté à Grenoble

Toutes ces conférences sont bien sûr ouvertes au public et gratuite, faut juste s’inscrire.

On vous invite à aller voir tous ces énergumènes en costard ouvert nous raconter notre future plus beau, plus vert, plus propre. On vous invite à aller leur dire en face, ce que vous en pensez de leurs merdes électroniques, leur croissance folle et leur course au bonheur connecté.
On vous encourage à vous renseigner sur les tenants et les aboutissant des high tech dans la vallée, secteur essentiel dans le maintient de la puissance politique de cette région.

Au final, Transfo c’est plus un organe de propagande. Un évènement qui donne le ton et l’ambiance, permet d’attirer encore plus les ingénieurs et les scientifiques dans cette métropole déjà bien pourrit par l’ambiance faussement décontracté de ces hauts revenus. Cela permet de faire se rencontrer tous ces requins en mal de reconnaissance et de fric pour lancer leur start-up avec les cadres des grosses boîtes venu chercher la pétite jeune et dynamique.

DÉMASQUONS LES IMPOSTEURS PEINTS EN VERT, ZBEULONS TRANSFO !

Notes

[1Pour une histoire de l’industrialisation de la cuvette et du "modèle grenoblois" le livre le plus intéressant reste celui de Pièces et main d’oeuvre, Sous le soleil de l’innovation, rien que du nouveau, disponible ici

Derniers articles de la thématique « Anti capitalisme » :

Repartir ? combativité et mouvements sociaux

Deux crises majeures ont mis à mal l’élan de combativité sociale qui jalonne la France depuis l’automne 2018 et le mouvement des Gilets Jaunes : D’abord la forte répression étatique, juridique et policière qui s’est abattue sur les gens engagés dans des mouvements sociaux d’ampleur autour des...

> Tous les articles "Anti capitalisme"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org