Ça soulève du lourd

Logement : le gouvernement Macron ouvre les hostilités

Perversité rarement atteinte !!


"Les mesures de rabot c’est jamais intelligent"

déclaration du premier ministre sur RMC jeudi 24 août, à propos de la ponction générale de 5€ sur les APL

Alors que doit-on penser des “coups de rabot” annoncé sur le budget 2017, concernant :
- les 5 euros d’APL , 140 millions d’euros
- les aides à la réalisation de logements très sociaux : 132 millions d’euros
- les aides aux politiques de la ville : 46,5 millions d’euros
- les aides à l’amélioration de l’habitat :130,5 millions d’euros
- la dénaturation de la loi SRU (obligation faite aux communes de construire des logements
sociaux à loyer très modéré)
- un projet de budget 2018 qui vise à réduire encore les aides au logement et les aides sociales
pour financer 8 milliards de cadeaux pour les plus riches ?

Le gouvernement ne renonce pas et en plus le premier ministre nous prend pour des idiots !

Cette politique anti-sociale, humiliante et méprisante touche énormément de personnes, affectant prioritairement les plus modestes et va conduire à :

  • Augmenter le nombre de ménages en difficultés financières : des retraité-e-s aux étudiant-e-s, des personnes au chômage à celles touchant le RSA ou l’AAH, des travailleurs.euses pauvres aux familles monoparentales. Nous sommes 6,5 millions ciblé.es par ce mépris de classe.
  • Augmenter le nombre de mises à la rue qui n’a jamais été aussi élevé ces dernières années, donc aggraver des situations sanitaires et sociales déjà complexes ;
  • Acculer toujours plus de ménages à devoir choisir entre : se chauffer, manger, se soigner, l’éducation, s’habiller, les loisirs... et devoir habiter dans les logements les plus vétustes et les moins isolés ;
  • Boucher l’accès au logement des sans-logis actuels, car dans le parc privé comme dans le parc public les locataires doivent être « solvables »... et comptent sur les APL et les loyers très modérés.
  • Augmenter encore la charge de travail des travailleurs et travailleuses des milieux sanitaires et sociaux à qui l’austérité généralisée à tous les échelons des collectivités locales, publiques ou privées, a déjà raboté la qualité de leurs services et leurs marges d’actions et dont nous sommes solidaires de leurs luttes.

Cette décision est d’autant plus brutale et injuste qu’elle épargne les rentiers du logement et les plus riches, qui ont reçu la promesse d’importantes baisses d’impôts, sans parler des grands groupes immobilier et du bâtiment. Elle ne s’attaque pas à la source du problème : des loyers et les charges qui ne cessent d’augmenter, étranglant le budget mensuel de plus en plus de familles.

Et c’est bien en ne baissant "que" de 5 Euros nos APL que le gouvernement déploie toute sa perversité psychologique et sa violence sociale.

5 Euros pour des gens qui ont quasiment toujours touché des salaires mensuels à 5 chiffres ça ne représente rien, et c’est tellement insignifiant, tout comme la vie des "petite gens" qu’effectivement, de quoi exactement vous plaignez vous ? On est sympa on vous enlève (pour l’instant) que 5 euros, comment pouvez vous ne pas avoir de dignité au point de vous plaindre pour 5 misérables euros ? N’avez vous aucune estime de vous pour pleurer pour 5 euros ?"
C’est là le génie pervers de cette mesure, culpabiliser les pauvres afin qu’ils ne se plaignent pas, pour les gens qui comptent leurs sous quasiment tout les jours pour être sûr de finir le mois, la symbolique des 5 euros est dégoûtante, c’est beaucoup trop pour ceux qui sont dans une tension budgétaire permanente, et ça semble terriblement insignifiant pour tout ceux qui ne connaissent pas encore les budgets en tension.
D’où une fracture de compréhension entre ceux qui sont suffisamment pauvres pour affirmer que "oui, 5 euros ma survie en dépends" et tout le reste qui ne comprends pas le drame qui se joue là, qui vont trouver ça futile, risible, anecdotique.
D’où le deuxième effet de cette mesure, stigmatiser encore bien plus les pauvres, qui ont à cœur ces 5 euros.
Du coup si les pauvres "pleurnichent", se plaignent pour une somme si ridicule, qu’est ce que ça dit de ces gens ?
Qu’ils sont des bons à rien, fainéants, incapables de vivre sur autres choses que les allocations, que ce sont des parasites, qu’ils devraient donc se bouger pour trouver du travail, pour réussir, "self made man"et ainsi se ranger du côté de ceux pour qui 5 euros c’est rien, négligeable, ceux qui s’en sortent, qui réussissent, en opposition à ceux qui ne sont rien pour paraphraser le président...
On est en plein dans une forme d’humiliation complète des pauvres, des personnes à revenus modeste qui sont incapables, non par leurs absence de volonté mais par le système actuel qui les empêchent de sortir la tête de l’eau sans l’aide sociale, sans les APL, sans la présence dans leurs budget de ces 5 euros.
Ainsi avec cette stigmatisation, on naturalise le fait d’être pauvre, être pauvre et "pleurnicher" pour 5 euros c’est donc être de nature flemmarde, passive, se laisser aller, être un parasite de l’assistance publique, c’est plus qu’un style de vie, c’est une façon d’être et c’est intolérable que ces gros flemmards osent revendiquer leurs mécontentement pour une somme si ridicule, c’est forcément qu’ils ne veulent pas se bouger, trouver du travail, réussir, ... C’est forcément louche.

C’est pourquoi nous appelons à la mobilisation générale cet automne des locataires et des mal logé.es et de tout ceux et celles qui sont en désaccord avec ces orientations afin que, dans le respect du droit à un logement choisi, décent et adapté pour toutes et tous, le gouvernement :

  • Revalorise les APL et les minimas sociaux au lieu de les baisser,
  • Applique et renforce l’encadrement des loyers et stoppe l’augmentation constante des charges
  • Stoppe les expulsions sans relogement comme la loi le prévoit,
  • Améliore les financements du logement social,
  • Durcisse la loi SRU en portant la production de logements très sociaux à 50% et en supprimant les PLS,
  • Œuvre à une politique du logement d’abord comme condition sine qua non pour vivre dignement.

Premières dates de mobilisation :

  • le 12 septembre, journée de grève et de manifestation contre la politique anti-sociale du gouvernement Macron et la loi Travail XXL
  • le 15 septembre aux côtés des locataires du 10-20 galerie de l’Arlequin dont les logements sont menacés de démolition.

REJOIGNEZ-NOUS,
RESTEZ INFORMÉS !


Tel : 06.41.30.55.18
droitaulogement@gresille.org
facebook : droit au logement 38

Derniers articles de la thématique « Quartiers Populaires » :

Non à la démolition du 10 - 20 !!

Après avoir demandé une prise de parole pour protester contre la démolition du 20 au conseil municipal grenoblois de lundi soir, l’association des résidents du 10/20 s’est vu refuser la prise de parole sous des motifs fallacieux - le projet n’est pas encore décidé, ce n’est pas à l’ordre du jour du...

Que reste-t-il du passé colonial ? Université populaire Villeneuve

Un cycle d’échange, de réflexion et de formation, destiné à un large public mais surtout aux habitants et habitantes du quartier. Le premier cycle de l’Université populaire s’est déroulé autour de rencontres-débats "Pour comprendre" sur les discriminations, l’islamophobie, les ghettos, les crispations...

> Tous les articles "Quartiers Populaires"

Derniers articles de la thématique « Logement » :

Non aux expulsions ! Non aux coupures d’énergie !

L’ Assemblée des locataires, mal logé.es, sans logement appelle à un rassemblement ce mercredi 15 novembre à 10h à Europole. A Grenoble et aux alentours, des milliers de personnes restent sans logement et sans hébergement. Cela concerne des femmes, des hommes, des mineurs, et des enfants en bas âge....

Hiver comme été : UN TOIT C’EST UN DROIT !

A l’occasion de la présentation officielle du PLAN D’HEBERGEMENT HIVERNAL RASSEMBLEMENT MERCREDI 15 NOVEMBRE 2017 9H15 Devant la Direction Départementale Cohésion Sociale Rue Joseph Chanrion Grenoble

> Tous les articles "Logement"

Publier/Participer !

Comment publier sur CRIC?

CRIC n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil participatif et collectif qui permet la médiatisation d’articles que vous proposez. La proposition d’articles se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié-e !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail : contactcricgrenoble[at]mediaslibres.org